Le royaume de Jeannette

ade


Ils arrivèrent à dix heures. Ils avaient pensé qu'à cette heure-ci, ils la retrouveraient dans de bonnes conditions. Dehors, le ciel s'était paré d'un bleu céruléen qui n'aurait pas manqué d'inspirer François-Auguste Ravier. Il faisait beau et pourtant leur esprit n'était que tempête. Des flots et des flots de questions se déchaînaient, des vagues de culpabilité les ensevelissaient, mais ils ne disaient rien. Seul, le silence, les unissait.

D'un commun accord, ils descendirent de la voiture et avancèrent jusqu'à l'entrée. Ils appuyèrent sur le bouton déverrouillant les portes d'accès puis progressèrent jusqu'à un sas, sorte de pièce spatio-temporelle qui délimitait leur monde et celui dans lequel ils allaient pénétrer. Les battants se refermèrent aussitôt qu'ils eurent passé cette frontière, se bloquant comme pour mieux les emprisonner dans cette geôle.

Des femmes en blanc s'affairaient dans de longs couloirs circulaires. L'une d'elles perçut leur présence et vint les saluer. Elle leur indiqua où trouver Jeannette. Ils l'avaient pourtant cherchée des yeux, mais ils n'avaient pu la reconnaître tant elle avait changé.

L'homme prit la main de sa femme et la serra plus fermement. Elle devinait combien cette vision lui était insupportable mais, elle ne pouvait que lui apporter un peu de soutien pour faire face à cette situation qui leur avait totalement échappé. Ils avaient essayé, ils avaient tout fait pour ne pas en arriver à cette extrémité mais ils avaient échoué.

Pourtant, elle allait un peu mieux Jeannette. Avec l'arrivée du printemps, elle s'était dit que tout allait s'arranger.
L'hiver avait été rude et lui avait tant de fois gelé ses maigres os. Elle n'en pouvait plus de ce froid, elle avait beau se vêtir chaudement, elle ne faisait que trembler. Elle avait pris la décision de ne pas allumer sa chaudière, non pas par avarice, mais pour ne pas chauffer les étrangers qui avaient investi sa maison. Des semaines que des envahisseurs s'étaient emparés de ses murs, des semaines qu'elle endurait leur présence, des semaines qu'elle hurlait et menaçait d'appeler les gendarmes pour qu'ils les flanquent à la porte ! Mais rien n'y faisait, ces êtres n'avaient peur de rien, ni de personne. Ils s'obstinaient à squatter tantôt sa chambre, tantôt le grenier, à subtiliser la nourriture dans son frigo, à l'empêcher de dormir. C'était comme s'ils étaient devenus maîtres des lieux et que la pauvre Jeannette était reléguée au rang des invités. Un comble alors que cela faisait plus de trente-cinq ans qu'elle avait acheté cette bâtisse avec son Paulo. Son Paulo… il lui manquait tant. Depuis qu'il était mort, tout allait de travers et personne ne la défendait. Pas même ceux d'à-côté qui venaient la voir tous les jours, lui apportaient ses repas, s'occupaient de ses remèdes, étaient présents lors de ses colères manquant parfois de se prendre un coup de canne parce qu'ils étaient de mèches avec ces hères qu'ils refusaient de faire déguerpir !

Jeannette en voulait à la terre entière, elle se sentait seule, abandonnée, incomprise, mal-aimée. Alors, pour faire fuir ses ennemis, elle avait usé de subterfuges. Elle cachait tout, déplaçait des objets, elle en était même allée jusqu'à introduire des petits cailloux dans la serrure pour que les importuns ne puissent plus tourner la clé pour entrer. Le seul ennui, c'est que les voisins avaient dû faire appel à un serrurier, car pas un instant Jeannette n'avait pensé qu'elle pouvait être enfermée.
Et, sans trop savoir pourquoi, il y eut une accalmie. Jeannette se sentait mieux, elle recommençait à sourire.

Puis… l'autre est venue. L'autre, celle qu'elle voyait dans le miroir, qui lui volait ses vêtements, celle qu'elle retrouvait dans la salle de bain, celle qui lui voulait du mal. Ce reflet sombre, ce mirage diabolique qui l'empêchait de vivre sereinement. Cette autre qui lui prenait son identité. Jeannette n'était plus, Jeannette sombrait. Alors un jour, n'y tenant plus, elle appela à l'aide mais personne ne put l'entendre, elle appuya sur son bracelet d'alarme et tout s'enclencha. Pompiers, hôpital, médecin, unité de comportement cognitif, maison de retraite spécialisée.

Le diagnostic tomba, Jeannette était atteinte de démence sénile : troubles du langage, de la mémoire, perte de la capacité de réflexion, hallucinations, paranoïa, agressivité... Aucun remède, seule une aide médicale pour aider à pallier à ses crises de plus en plus violentes.

Jeannette ne vit plus, elle survit dans ce royaume hostile que son cerveau a créé.

L'homme et la femme s'approchèrent d'elle doucement comme pour ne pas l'effrayer. Jeannette était en pleine discussion avec un spectre qu'elle seule pouvait deviner. Un bruit la fit sursauter, elle se tourna vers eux et son visage un court un instant s'illumina.

— Bonjour Monsieur ! Bonjour Madame !

Pendant quelques secondes, ils crurent qu'elle les avait reconnus mais ce n'était pas le cas. Une profonde tristesse les transperça. L'homme, alors, se pencha vers Jeannette et l'embrassa tendrement. Il ne dit pas grand-chose, juste un :

— Bonjour Maman.

  • Très beau texte.

    · Ago 10 months ·
    Couv2

    veroniquethery

    • Merci !

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Tes 2 derniers textes sont poignants et accompagnés de belles tournures de phrases. Tu es très inspirée ces derniers temps.
    J'espère que tu as la forme.
    Embrass"ade" :-)

    · Ago 10 months ·
    Avatar

    Olivier Bay

    • Merci Olivier. J'espère que tu vas bien également et j'espère aussi te lire très bientôt.
      "Bay"cot :-))

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • ça va bien. Merci.
      Sinon j'ai quelques trucs en préparation, mais pour voir l'évolution, il vaut mieux faire un tour sur mon site Wordpress ;-)

      · Ago 10 months ·
      Avatar

      Olivier Bay

    • Je suis allée y faire un tour. Très sympa :) Préviens-moi quand tu publies à nouveau. Bises

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • juste terrible touche tout le monde vieillir est un enfer, intense et beau

    · Ago 10 months ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

    • Comme tu dis, vieillir est un enfer... Savourons et profitons de la vie tant que l'on peut. Bises Christophe et merci.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Une triste situation mais si joliment décrite, qui rappelle malheureusement quelqu'un à beaucoup d'entre-nous

    · Ago 10 months ·
    027 orig

    Chris Toffans

    • Merci d'être venu me lire Chris. Une situation qui, selon des études, risque fort de se développer ... Triste.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Jeannette dans ses brumes, où son vécu se prend les pieds dans le tapis, ce cogne aux souvenirs réels ou fantasmés, se mélange, se confond, se fond en un tout incertain. :o))

    · Ago 10 months ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

    • Tout à fait ça, merci Hervé :)

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • je comprend...ma mère est partie le 1 mars...

    · Ago 10 months ·
    Byme

    Patrick Gonzalez

    • :( des bises poète

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • :(

    · Ago 10 months ·
    Gotham penguin

    Edgar Allan Popol

    • :(

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Hélas, la démence sénile a également touché ma mère. Au début, c'était comme un ralentissement du cerveau, elle n'arrivait plus à rassembler ses idées, à coucher des mots sur le papier, elle se perdait dans les rues pourtant bien connues. Et puis vint la peur, des gens lui voulaient du mal, elle se terrait dans son appartement. Alors ce fut l'hôpital, violence contre le personnel,mais douceur lorsque je venais la visiter. Elle me serrait dans ses bras, comme elle ne l'avait jamais fait auparavant....Et puis, son corps, comme son esprit a lâché, c'était mieux pour elle, elle allait avoir 87 ans...

    · Ago 10 months ·
    Louve blanche

    Louve

    • Merci ade, pour ce texte si émouvant !

      · Ago 10 months ·
      Louve blanche

      Louve

    • Merci Louve. Triste pour ta maman.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • C'est la vieillesse qui a gagné. En consolation je me dis que de ses sœurs, de son frère, c'est la seule à ne pas avoir été détruite par le "crabe", Merci ade et bonne journée à toi !

      · Ago 10 months ·
      Louve blanche

      Louve

  • Merci Ade de nous faire toucher du doigt la réalité d'un monde qui n'existe que si nous le partageons. Si ce partage cesse nous devenons plus étranger au Monde que des extraterrestres.

    · Ago 10 months ·
    Mycjq3xv

    Christian

    • Merci à toi d'être toujours présent dans ce partage.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Que c'est triste de finir ainsi... quand la maladie frappe... difficile pour l'entourage ... une histoire bouleversante Ade

    · Ago 10 months ·
    W

    marielesmots

    • Oui difficile, tous les sentiments se mêlent, culpabilité, tristesse, impuissance... La démence est vraiment une maladie douloureuse à la fois pour le malade et pour l'entourage.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Je me rappelle de ce voleur de rêve, qui un soir d'hiver a tout emporté Je me rappelle comment patiemment il a muré l'accès à mes émotions Une à une, il a remplacé chaque case souvenir par une brique de néant
    Les hommes en blouse blanche me tenaient serrée dans un torchon Ils ont remplacé mes paupières par des barreaux qui ne laissent passer que l'ennui Mon coeur s'est calcifié dans une caverne ou je pleure des stalactites Je me rappelle avoir vécu le bonheur dans une autre vie mais je ne me rappelle plus laquelle !
    Pourquoi suis je assise sur ce banc à parler avec cet homme ?

    · Ago 10 months ·
    Chainon manquant

    dechainons-nous

    • Sublime le texte, triste le fond. Merci d'avoir laissé ces lignes ici.

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Je voudrais vous simplement ce mot "bravo".

    · Ago 10 months ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Merci beaucoup Etaine

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • touchant et très bien écrit !

    · Ago 10 months ·
    Img 5684

    woody

    • Merci woody

      · Ago 10 months ·
      Ade wlw  7x7

      ade

Report this text