Le silence du cimetière

Théo S.

Poème inspiré par le cimetière de la Madeleine, à Amiens (Picardie).

Le silence du cimetière cache les cris de ceux dont le cœur a trépassé dans la peine, dans les larmes salées, dans la douleur sèche. Je déambule le long d'une allée de tombes soigneuses, belles, au marbre luisant et grisâtre. Je hume une odeur de chênes, de pins, de fougères rafraîchies par la rosée du matin ; de fleurs qui n'attendent qu'à se déclore d'un long sommeil hivernal. L'arôme de la vie parfume le cimetière. Les dormeurs de l'éternel se cachent sous des tombeaux gigantesques, monuments surréalistes. Par admiration, je me serais attendu à y voir sortir une idole déchue, un dieu enterré. La magnificence de ces mausolées détonne avec le délabrement des sépultures plus anciennes encore. Les os de ceux qui y étaient inhumés avaient connu des âges dont le souvenir se dissimule dans les livres. Le Temps fit son œuvre sur leur corps et âme, il le fait sur la dernière trace d'existence d'un homme, d'une vie entière, désormais représentée par un sépulcre devenu cénotaphe. Le marbre se fissure, les pierres se brisent : tout revient à la poussière. Je me balade le long d'une allée, me questionnant sur la vie de ces hommes, femmes et enfants sans visage, et méditant sur le fait, qu'un triste jour, l'une de ces stèles verra inscrire mon nom.

  • Quitter ce monde est toujours triste pour ceux qui reste.
    Un très beau texte, apaisant.

    · Il y a 4 mois ·
    Version 4

    nilo

  • Très joli texte. Ce genre de promenade invite souvent au questionnement. Il m'est arrivé, a contrario, d'aller chercher de la force sur la tombe d'une arrière-grand-mère que je n'ai pas connue mais qui est devenue ma confidente.

    · Il y a 4 mois ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Nos ancêtres sont toujours à notre écoute... Un cimetière c'est reposant et incroyablement inspirant.

      · Il y a 4 mois ·
      Ecrivain 5

      Théo S.

Signaler ce texte