Le vent tourne

azraelys

Ce qui me déchire jusqu'aux entrailles,

Parfumait l'air d'autrefois.

Ce en quoi j'avais foi

N'est plus qu'un train sans rails.

 

Nos paroles se percutent,

Alors que de nos lèvres blêmes

Il ne reste plus qu'insultes.

Quel tandem !

 

Ce champ magnétique,

Cet amour idyllique,

Ces premières fois…

De mots coincés, ici et là.

Bouche cousue,

Yeux boursouflés,

Bras tendus…

Le vent vient de tourner.

 

Report this text