L'eau à la bouche

menestrel75

Quand j'aurai exploré tes parfums et que tu auras su me sentir, alors nous viendra l'eau à la bouche.
D'une langue impatiente et délicate, je chercherai les sels capricieux de ta peau, les sucs secrets de ton corps, les sèves les plus rares,
celles capables de me troubler par leur subtilité.
Tes saveurs féminines taquineront mes papilles et je croirai alors goûter à la félicité.
 
Je vais apprendre à mentir… sur mes désirs.
Car dès que vous connaissez mes envies,
vous me laissez alanguie, puis exaspérée.
Et je vous en veux… puis je vous … Puis je vous désire.
 
Sous l'incidence de nouvelles émotions, tes frémissements engendreront de nouvelles exhalaisons plus exceptionnelles encore.
Des particules d'arômes aux goûts de fruits défendus, de terre vierge et de feuillages frais envahiront mon être en profondeur.
Ma bouche, mon air et mon sang s'imprégneront du goût de ton corps en état de plaisir.
Aux racines de mon cerveau les marques de ta chair s'imprimeront à jamais.
 
Mais mes envies sont encore là, de vous.
De votre tête à votre queue.
Qu'un jour, peut-être, j'aurai enfin en moi. 
Mon envie de votre doigt entre mes fesses.
Votre queue enfin dans ma caverne.
Et j'espère que vous aimerez conduire sa danse en moi.
 
J'irai cueillir ton pollen dans les plis de tes chairs
comme tu récolteras mes sels, les alcools et mes écumes à la manière d'une sorcière.
Assoiffé de te connaître, je te boirais comme tu me suceras.
 
Je ne suis que points de suspension
Dans des mots entre parenthèses
Qui veulent dire mais se taisent.
Je ne voudrais être qu'abandon,
 
Nous nous pourlécherons.
Nous nous lécherons la bouche, le cou et le visage comme des loups, comme des chiens.
Nos salives se mélangeront, nous nous régalerons de nos sèves entremêlées en un fluide éphémère et enivrant.
Ton air sera mon air, ton goût sera mon goût.
 
Je vais apprendre à mentir, oui,
Je ne veux plus me sentir désarmée,
Je me donne sans retenue,
Je m'offre entièrement nue.
Dénuée de mauvaises pensées

J'aime tes pieds si féminins,
Que tu laisses nus en été,
Ils sont le début du chemin
Qui mène à ton intimité.

Monsieur, ma virginité anale,
Se découvrira sous vos caresses buccales,
Vous vous enfoncerez dans ce jardin secret,
Que nul autre n'a encore exploré.
 
Tu gémis, et je te vénère
Bénissant ton embrasure
Plus parfaite qu'une chimère,
Plus divine qu'un ciel azur.
Courte chimère est cet instant
Où prisonnier en toi, ma muse,
Venant de l'extérieur, j'entends
Les clameurs de ta cornemuse
  • des émotions qui se transmettent, superbe

    · Ago 6 months ·
    Reveuse

    shalimar

  • c'est incontestable, j'ai l'eau à la bouche

    · Ago 7 months ·
    Creersavie

    anna_lise

  • C'est un romantisme ardent dont je me régale...

    · Ago 7 months ·
    Coquelicots

    Sy Lou

  • Il n'est pas facile de mentir quand on est sous l'emprise de la passion. Superbe désirs dialogués.

    · Ago 7 months ·
    Mauve

    marivaudelle

  • Comment ne pas succomber à de si beaux, de si ardents écrits !!

    · Ago 7 months ·
    Louve blanche

    Louve

  • Étaine Eire à chaud, il est temps qu'elle se trouve un motard photographe...j'en raconte des bêtises mais suis-je vraiment responsable...ce sont vos chroniques qui le sont :-))

    · Ago 7 months ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Etaine, un peu d'air Irlandais nous fera le plus grand bien! Moi je boue! Si je te racontais la taille de mes dents... elles rayent le plancher.

      · Ago 7 months ·
      00

      gone

    • :-)))

      · Ago 7 months ·
      Visage etaine eire capture %c3%a9cran

      Etaine Eire

Report this text