Leçon de français

marivaudelle

Lucidité sur une grammaire sensuelle
Dans mes rêves les plus obscurs je n'avais imaginé
Qu'en me connectant sur Internet par une triste soirée
J'aurais rencontré le fruit de mes sombres désirs
Celui qui aujourd'hui toujours me fait languir
De mots lancés tel un orgueilleux défi
Je me suis abîmée dans un abysse sans merci
Cette relation charnellement épistolaire
Me soude à lui par des plaisirs solitaires
Ses caresses de mots vont sous mes doigts
Sa prose m'embrase comme il se doit
D'une chaleur profonde il s'enfouit en moi
Mon ventre brûle de ses lettres, feu grégeois
A mon souffle saccadé rythme de lui
Mes seins durcis mordillés par ses écrits
J'enserre en ma source ses pensées alanguies
Je murmure à son oreille et révise ma copie
J'inscris son silence par un baiser langoureux
Calligraphie son corps avec mes doigts peureux
Jouant de ses muscles les courbes de vers radieux
Et c'est sur moi qu'il court son verbe rougi
Lorsque des plaisirs de ma bouche il jouit
Que de ce vocable libéré je ravale et souris
Attendant qu'il consigne ceci sur ma nudité
D'un griffonnage excédé de douce sensualité
Mettons un terme au jeu et qu'il vienne me ponctuer
Finissons d'orthographier ce flot de paroles débonnaires
Ou je me libérerai d'une particule autoritaire
Afin de chevaucher l'esprit de ses mots incendiaires
D'orthographier ses idées délicieuses de salacité
De conjuguer à tous les temps cette folle lubricité
Me soumettre à sa verve avec lasciveté
Tendant vers lui mes callipyges pages lettrées
Entre y lire ce qu'il souhaite y concéder
Qu'il vienne me consumer de son épistolaire désir forcené.
Pour que de ce savoir je puisse m'assoiffer
L'encyclopédie de son corps les feuilles tourner
De son crayon, de ma plume, je veux recommencer
L'histoire, là où Morphée m'avait emmenée
Il y a peu, dans le songe d'une nuit passée…
Transcrivez sur moi vos antiques contractions de volupté
Permettez- moi encore à votre verve goûter
Abreuvez moi encore de ce fleuve lunaire dessiné
Au hasard sur mon corps déposé, formé, crayonné.

Report this text