LEON

Marcel Alalof

Tronche de vie.

                                                         

 

 

Rappelle toi de Léon,que nous avions rencontré par hasard aux « Deux Magots » un soir et revu quelquefois.Il ne parlait que d'argent,avec un tel bagoût,qu'il fascinait l'auditoire,même ceux qui n'étaient pas intéressés par le contenu de son monologue.La désinhibition de quelqu'un rendu fou par l'or.Un peu comme Hitler,photographié dans une brasserie de Dusseldorf ,avec autour de lui les visages d'hommes et de femmes au même regard fixe,pris par son charisme mortifère,sa folie.

C'est avec ce charisme qu'il a séduit cette fille,blonde et distinguée,qu'il a épousée en grandes pompes,alors qu'il était au chômage.Ils n'étaient pas du même monde.Lui était issu d'une famille d'Israélites espagnols qui l'avaient éduqué comme eux et leurs ancêtres,sans changement,l'isolant du monde d'aujourd'hui.Elle,était issue d'un milieu bourgeois sans passé,et regardait en avant. 

Je me souviens d'un après-midi que nous avions passé chez un ami qui habitait impasse Lacépède.Nous avions une dizaine d'années.La mère nous avait servi du thé et des gâteaux tout chauds qu'elle venait de confectionner.Il se précipita sur l'assiette,mangeant les gâteaux à toute vitesse.Les mauvaises manières sont contagieuses.J'essayais de faire comme lui,mais j'étais moins rapide.

Imagine toi que j'ai rencontré Alain,qui m'a raconté la suite.Le couple a eu un enfant,puis s'est séparé.Quelqu'un l'a convaincu qu'il était déséquilibré et l'a poussé à faire une analyse.Au bout de quelques années,il était toujours déséquilibré,mais était devenu psychanalyste.Son but n'était pas de soigner,mais d'essayer de convaincre des jeunes femmes de faire une psychanalyse,pour les séduire.

Quelques temps plus tard,il était diagnostiqué psychotique,a été interné.Il est maintenant à la charge complète de l'Etat.Je l'ai vu,il y a un an ou deux dans le bus,impeccablement vêtu,portant un nœud papillon,le veston complètement boutonné,rasé de frais,la démarche mécanique et l'œil fixe.Seul au monde,le sien.

Report this text