Lettre à mon jeune moi de 15 ans

Alison

Ayant eu 25 ans il y a moins d’une semaine, j’ai décidé d’effectuer une retrospective de ma jeune vie à travers une lettre que j’aurais aimé lire à mes 15 ans, à un âge si particulier.

Cher jeune Moi, 


Je sais que tu as toujours pris plaisir à recevoir et à lire des lettres manuscrites qui te sont destinées. En voici une, qui j'espère, pourra t'éclairer, te rassurer, sur tes doutes, tes angoisses et tes futurs choix de vie. 

Tu as 15 ans, moi j'en ai eu 25 ans. Dix ans nous sépare, dans ma tête c'était hier, dans la tienne, tu ne franchiras pas les vingt ans. Et pourtant ! 25, c'est un grand âge pour toi mais si petit pour certains. Je commencerai pas le sujet qui te tracasse le plus, qui te donne beaucoup d'angoisses, à toi mais aussi à Papa : ton parcours scolaire et professionnel. 


Je te rassure, ton baccalauréat, tu l'auras haut la main et tu feras même partie des meilleurs ! Surprise, n'est-ce pas ? Tu feras pleurer Papa de fierté, et ta réussite, tu ne la devras qu'à ton assiduité et ton obstination. N'écoutes pas les personnes malveillantes qui te font perdre ta confiance en toi et appuies toi seulement sur celles qui veulent ta réussite. Ta revanche, tu l'auras, je te l'assure. Tu prendras avec une grande jouissance et une grande fierté ton diplôme sous le bras, et tous les soirs ou tu voulais en finir avec la vie , parce que tu pensais que tu n'avais aucun avenir, seront très loin derrière toi. Je te l'annonce tout de suite : la normalité que tu aimerais tellement acquérir, n'existe pas. Tu comprendras que chacun est unique, et toi la première, avec tes qualités, parce que tu en as beaucoup même si tu ne les vois pas pour l'instant, et tes défauts. Il n'y a pas de bon ou mauvais ni de monde manichéen. Tes cicatrices, tu n'en auras plus honte, elles feront ta force et un rappel efficace dans les moments ou tu manques le plus de courage. 


Il faudra bien prendre soin de tes quelques amis. J'emploie le terme quelques car tu te rendras compte qu'il ne suffit pas d'être populaire pour être bien entourée. Tu devras être là pour eux comme ils ont été là pour toi dans tes plus grands moments de souffrance. Mais parfois, tu ne pourras rien y faire…  A l'âge de tes 23 ans, tu devras faire face au suicide de ton amie Laura. Alors, oui, tu te diras que tu aurais dû voir certains signes avant-coureurs, que tu aurais dû faire quelque chose, tu ne sauras pas quoi mais quelque chose quand même. Cette souffrance, cette culpabilité, que tu penses insurmontable, va t'aider à réaliser certaines choses. Te lever le matin et aller à l'Université te sera difficile, parler, entendre, manger, dormir, encore plus compliqué. Mais tu vas te relever, comme toujours. Premier déclic : tu veux VIVRE et te battre. 


L'Université ça n'a jamais été pour toi, et tu t'en rendras compte très vite même si tu persisteras pour faire plaisir à Papa et Maman. Sois heureuse de te lever le matin et de faire ce que tu aimes réellement. Ta vie professionnelle prendra un tournant inattendu. C'est la restauration que tu choisiras, ta véritable passion. Oui, Papa va crier et être inquiet. Mais c'est le meilleur choix que tu feras, crois moi ! Tu devras tout recommencer à zéro mais un beau parcours professionnel t'attend, et tes préjugés sur l'école s'estomperont. Tu rencontreras de véritables professionnels, certains seront tes mentors et te pousseront à donner le meilleur de toi même, te pousser dans tes retranchements et à rêver plus grand. Tu travailleras dans de grandes maisons, tu serviras par trois fois, un Président de la République, toujours avec élégance et fierté. Et quelques jours avant tes 25 ans, tu apprendras une merveilleuse nouvelle qui boostera ta carrière professionnelle. Ne doutes jamais de tes capacités, aies confiance, tout s'atténuera avec la maturité. 


Actuellement, je sais que tu souffres beaucoup de ta relation avec Papa. Avec le temps, tu comprendras que la famille est essentielle et qu'il ne souhaite que ton épanouissement. Tu pardonneras ses erreurs et sa maladresse. La maladie et la mort sont nos plus grandes angoisses, et ça ne changera pas dans le temps malheureusement. Papa va tomber malade, il aura un cancer. Ne fuis pas comme je l'ai fait, c'est inévitable, et même si le mot est très léger, c'est le destin. C'est ta force mentale et ton courage qui te sauvera car tu verras, à l'hôpital, des choses très difficiles à accepter. Gardes en tête que tes combats sont tes plus grandes victoires. Papa surmontera le cancer avec beaucoup de bravoure, et tu comprendras ce lien indestructible qui unit vos coeurs. Consacre toujours du temps à Papa et Maman, prends bien soin d'eux car c'est à eux que tu dois TOUT. Ils seront ton moteur de vie, ton sourire et ton courage. 


Pour terminer sur des choses plus heureuses, tu feras de beaux voyages. Ta timidité, tu la vaincras car tu sortiras de ta zone de confort. Avec seulement tes baskets et ton sac à dos, tu partiras découvrir d'autres villes, et d'autres cultures. Tu auras, au fond de ton coeur, des souvenirs gravés pour longtemps. La solitude que tu redoutes tant avec l'âge, tu sauras l'apprivoiser et même l'apprécier. 


Alison, toi qui est si petite, je te souhaite, avant tout, de l'épanouissement et de la confiance en toi. Je reste persuadée que tu iras bien plus loin que tes 25 ans et que beaucoup de choses, bonnes ou mauvaises, t'attendent encore. La vie n'est pas une succession d'évènements heureux, simplement une route, parfois un peu sinueuse, qu'il faut savoir surmonter. 


Je t'aime, c'est important que l'on se le dise. 


Bien à toi, 

Alison. 

  • A-t-elle bien reçue la lettre? Non, parce qu'avec les ennuis de la Poste en ce moment, faut s'méfier...

    · Ago 2 months ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

  • Une idée très originale et bien traitée. Peut-être que dans dix ans, gamine, tu écriras du haut de tes trente-cinq ans à la gamine que tu étais à vingt-cinq, pour lui présenter ton mari et ton ou tes enfants. :o))

    · Ago 2 months ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

Report this text