L'homme cintré

Swan Le Loup

Ma mère, bronzant au soleil, m'avait prévenu : « Méfie-toi du travail, des couples et des mendiants. »

Je suis l'homme cintré.
Pas celui qui dit bonjour merci au revoir silence et à demain.
Chacun veut sa part du gâteau et moi j'ai la dalle.
Je suis devenu le plus grand escroc que la terre n'ait jamais engendré.
Je vends du rêve or ma vie est un cauchemar. Alors je ferme les yeux.

C'est le zbeul dans ma tête et dehors c'est le dawa.
La foule s'envie, s'encule, s'emmerde.
Pour zapper on tape des coups de sang, on baise des coups de foudre, on tente des coups d'état.
Putain de sa mère ! On vit dans une société où il faut faire crari.
Je suis comme ce clochard qui s'allonge au soleil pour camoufler son teint naturel.
Sur le Coran la vie est courte et je suis déjà trop vieux.
J'ai essayé d'être celui que je ne suis pas.
Quant à l'amour on s'est dit « à demain ! ». Je ne l'ai plus jamais revu.
Quand on repousse au lendemain ce que l'on désire maintenant, il est déjà trop tard.
.j'emporte mes désillusions sous mon aile car les vilaines habitudes on ne s'en détache pas aux premiers rayons de soleiL

J'ouvre les yeux.
La clarté sur mon visage, les flics au cul et l'avenir dans le derrière.
L'homme cintré déboutonne.
Nique sa mère ! Ma mère avait raison.
Mon ombre masque la ville, sa bureaucratie et ses idioties, et moi je marche au soleil.

Report this text