Libertine

julia-rolin

Déjà publié mais bloqué - Extrait d'un roman érotique

Elle avait noué le masque vénitien proposé au vestiaire. Le miroir lui renvoyait exactement l'apparence provocante qu'elle voulait donner d'elle ce soir là. Emma, belle brune d'une vingtaine d'années avait des yeux d'un vert smaragdin. Quand elle souriait, un je-ne-sais-quoi faisait oublier ses fringues d'allumeuse sophistiquée. La gorge nouée ? elle était seule à le savoir, son regard disait : je fais ce que je veux ! Pour la première fois, elle rentrait dans un club libertin. Allure animale et ravageuse, elle allait s'offrir ce soir à trois ou quatre hommes en même temps !

D'ordinaire, à lui seul son partenaire suffisait à la satisfaire. Il savait combler sa faim de sensations extrêmes. Même si souvent, juste avant le feu d'artifice de l'extase, il lui arrivait d'avoir envie de lui dans tous ses orifices en même temps, c'était juste une sensation. Dans ces moments là, elle ne rêvait pas au scénario qu'elle s'apprêtait à jouer. C'était sa drôle de revanche, son dompteur habituel n'avait pas été assez discret, Emma avait découvert qu'il n'était pas exclusivement motivé par son seul plaisir à elle. Laisser éclater une colère inutile ne lui ressemblait pas et au lieu de rugir, elle avait choisi de prendre elle aussi son pied ailleurs !

Elle s'était parée de noir pour la circonstance. Les cuisses galbées de bas très fins, la libertine d'un soir avait chaussé des cuissardes aux talons vertigineux. Lentement, elle s'était approchée du comptoir, se déhanchant légèrement à chaque pas dans une démarche suggestive. Sous un top fluide et transparent, elle portait un soutien-gorge qui remontait davantage encore sa poitrine. Les aréoles se révélaient sous le voile, les seins menaçaient de s'échapper de leur prison à chaque geste! S'appuyant au bar, elle s'était hissée sur un tabouret, sa jupe était alors un peu remontée... elle avait  croisé ses jambes assez lentement pour qu'il soit évident qu'elle ne portait rien d'autre qu'un porte-jarretelles.

Emma regardait autour d'elle, fascinée par la clientèle évoluant dans l'ambiance feutrée du club. Lascive, faisant glisser sur sa peau un boa de plumes noires, dans une grande cage dorée au milieu de la piste, une danseuse terminait son striptease. Les hommes, entre trente et cinquante ans collaient à la tenue correcte exigée. Les femmes, presque toutes dans la jeune trentaine, arboraient des tenues délirantes. Latex, dentelles, toutes rivalisaient d'idées pour dévoiler leur anatomie. A côté d'elle au comptoir, un homme d'une quarantaine d'années était assis. Il maintenait sa partenaire debout entre ses jambes, une main sur chacune de ses fesses nues. Elle était "habillée" d'une guêpière de cuir lacée dans le dos. Un air de jazz juste au bon volume permettait de ne pas lever trop la voix pour s'entendre. D'un coin de la petite piste de danse une fumée artificielle s'échappait de temps à autre.

La nuit fantasque et irréelle était dans une bulle hors du temps.

Un homme s'était approché, lui avait tendu une coupe de champagne. Typé méditerranéen, assez grand, un bel hidalgo dans la trentaine ! Il paraissait courtois et avait les yeux d'un noir de braise. L'air très sûr de lui et c'était ce dont elle avait justement envie, un mâle dominant ! Si elle savait fixer les règles du jeu, il lui paraissait pouvoir être à la hauteur. Se mesurant les yeux dans les yeux, ils n'avaient bavardé que quelques minutes sur des banalités et rapidement, il avait orienté la conversation sur leurs désirs. Se fiant à son instinct, Emma chargeait l'inconnu de veiller à ce que le jeu ne vire pas au cauchemar.

Son verre à la main, il l'avait accompagnée sur la piste de danse. Immobile, le dos nonchalamment appuyé, il la regardait onduler au rythme de la musique. Elle se caressait, venait tournoyer près de lui, le frôlait. Langoureuse, elle repartait se tenir aux grilles dorées de la cage ouverte. A un moment, il avait glissé sans hâte ses doigts sur ses cuisses. Sa main était remontée lentement entre ses jambes... jusqu'à sentir son désir qui jaillissait déjà. Deux autres clientes dansaient, dont une grande brune aux jambes interminables, elle l'effleurait, lui suggérait d'autres jeux interdits.

Mais la libertine d'un soir savait exactement pourquoi elle était là. Quatre hommes l'avaient suivie dans un petit salon. Un simple rideau de perles masquait le mal nommé "coin câlins" de la piste de danse, pour le plus grand plaisir des voyeurs. Au centre de l'alcôve, un grand lit en simili rouge était surmonté d'un matelas plus petit, une sorte de podium. Montée sans hésiter s'asseoir sur le point le plus haut, Emma avait penché la tête en arrière et écarté les jambes.

Sans paroles, elle les attendait. L'hidalgo s'était déshabillé, il était monté le premier. Son ardeur fièrement dressée, il avait posé un genou à côté de la belle et lui avait mis un préservatif dans la main. Pour toute réponse, elle avait tout de suite touchée du bout des doigts son envie qui perlait. Elle commençait à sentir qu'elle ne contrôlait plus très bien ses interdits, sa pudeur. Ses mains avaient imprimé quelques vas-et-viens d'une douce pression sur la garde.

Sentant le rythme de sa respiration s'accélérer un peu trop, pour lui laisser le temps de se contenir elle était descendue s'asseoir sur l'autre matelas. Un des autres hommes faisait voler ses mains douces sur ses chevilles, ses genoux. Elle l'avait laissé remonter jusqu'à son antre. D'un geste doux et ferme, le grand brun lui avait pris la nuque, offrant son bel attribut à la gourmande. Lentement, elle lui avait mis le préservatif et commençait elle aussi à sentir son rythme cardiaque s'affoler. Il était tout de suite venu forcer sa bouche où il avait oscillé, murmurant son désir.

Son langage cru l'avait un instant déstabilisée mais après-tout, nommer dans tous les styles leur anatomie.. Il ne l'insultait pas non plus... elle avait choisi de ne faire aucun commentaire pour ne pas couper son élan. « Si seulement il pouvait se taire ! »... Mais il avait su distiller avec modération les mots hards et vulgaires qui, elle le découvrait, l'excitaient. Elle n'avait qu'une hâte, c'était de le sentir venir en elle !

Comme dans un rêve, soumise aux caresses, elle lâchait prise. Les deux autres hommes caressaient son ventre, ses seins. Gémissant de plaisir, elle avait fermé les yeux envoûtée par la sensation d'abandonner son corps à toutes ces mains inconnues. Dans sa bulle, elle prenait plus de plaisir que ce qu'elle avait imaginé dans ses fantasmes les plus fous ! Elle se cambrait et ondulait sous les caresses. Le corps arc-bouté contre l'un, tendu vers un autre, elle ne cherchait plus à retenir ses râles et ses soupirs.

Le grand brun était descendu du podium pour aller fermer la porte de l'alcôve…


  • Cela me donne envie de lire plus ...
    Merci pour ce moment de pur fantasme ;)

    · Il y a presque 2 ans ·
    20150707 152400

    Vincent Z

  • Oh combien de lecteurs. assidus surement. j'ai écrit deux nouveaux textes en 4 jours c'est le maximum. Le deuxième à paraitre demain.

    · Il y a presque 3 ans ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • j'ai lu! j'ai lu à haute voix tant ça sonne bien ta musique ;))

      · Il y a presque 3 ans ·
      Loin couleur

      julia-rolin

  • bon, Julia, ma coquine !.... tu es TRES coquine ! lol.... :-))) et merci pour la vidéo Boléro, danse que j'avais déjà vue il y a longtemps !.....

    · Il y a presque 3 ans ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • c'est moi qui te remercie de commenter mes délires ;))) j'aime quand ta plume ose l'encre coquine aussi!

      · Il y a presque 3 ans ·
      Loin couleur

      julia-rolin

    • :-))

      · Il y a presque 3 ans ·
      12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

      Maud Garnier

  • moi j'aime bien cette fifille aux yeux vert marag... samrag...ramasgadin, enfin celle qui se fait enfin enfiler dans une partie de gue-din ;-)

    · Il y a presque 3 ans ·
    Photos de la phablette 014

    amphicyon-ingens

    • rires!!! merci d'aimer amphi ;)))

      · Il y a presque 3 ans ·
      Loin couleur

      julia-rolin

Signaler ce texte