L'idée d'entité

onizuka

Nous vivons tous sur la même chevelure

Nous pourrions être soyeux comme du velours

Plutôt que pousser vers l’air pur à vive allure

Nous retombons toujours car trop lourds

 

Alors on se peigne, on se classe par  mèches

C’est très tendance de s’accrocher  à ses racines

Dont on nie l’origine commune : Gilgamesh

Ou l’humanité chauve se sauvait de l’abîme

 

A force de se les rentrer dans le crâne

C’est le meilleur moyen pour finir par les perdre

A trop tirer dessus, on se décolle la membrane

Comme sur la chasse pour évacuer la merde

 

A trop se geler, on se fixe ou on se rase

Il paraitrait que c’est ça d’être moderne

Faire semblant de réunir alors qu’on écrase

Et les coiffeurs entretiennent les balivernes

 

L'idée d'entité de plus en plus nous échappe

Les identités deviennent même meurtrières

Déviant l'unité, elles forment une chape

Dont s'écharde l'humanité en actionnant des prières

 

 

On se classe en laissant des portes closes

Pendant que les palaces les exposent grandes ouvertes

C'est au cœur de la société que le peuple implose

Est-ce ta couleur qui compte quand tu as le rôle d'une soubrette

 

 Soubresauts, tremblement et révolte

Ces sombres sots pour un rien sont prêts à faire sortir les colts

Ceux qui cherchent à se différencier ensuite s'étonnent qu'ils récoltent

La méfiance de l'autre et qu'on leur ferme des portes

 

 Et qu'importe si tu n'es qu'une serrure

Comment tu vas bien faire pour traverser le mur

Ton groupe est un ciment ou tu ne fais que te fixer

Et chaque individualisme domine la mixité

 

 Alors on s'excite de montrer ses différences

Ces putains de sévices auxquels on fait référence

On se drape vicieux de la sale Histoire de la France

Quelle superbe idée de catégoriser les souffrances

 

 

 Comprend que c'est pas Français que j'veux qu'tu d'viennes

La nationalité pour moi est un leurre, une chienne

Que ce soit l'algérienne ou bien l'américaine

Sous les drapeaux, on ne trouve que des hyènes

 

 

On se donne des codes, on se donne des genres

Quelle magnifique mode d'affirmer qu'on dérange

Moi je pense aux anciens qui sont devenus des cendres

Qui s'ils voyaient tout ça auraient la main qui démange

 

Si on commence à jouer à qui subit le plus

C'est vraiment qu'on se contente du rôle de puce

Et si c'est juste poursoi qu’on veut une bonne place

Et bien restons des passifs poux pestant dans l'impasse"

 

Signaler ce texte