L'inconnu

Hyacinthe Viroulaud

Je dirais à mon fils, ne fais pas confiance aux inconnus et demain j'irais élire un con pour la France que je n'ai jamais connu

Des hommes en costards qui se battent entre eux, pas un pour nous, avare ou méprisant ceux qui sont à nu.

Triste à dire, je ne peux serrer la main à ces élus. Le vote est un devoir, dans un monde où chacun est libre.

Paradoxe, à voir peut être que dans le futur je n'irai plus.

Respecter ceux qui sont morts pour s'exprimer, c'est crier que le combat qu'il leur a coûté la vie n'est pas terminé.

Report this text