Liste 4 - Le Zèbre à l'envers

colonelle

- " Ne dit-on pas des querelles de clochers ? Oh... Veuillez m'excuser... Une vieille habitude que de vouloir toujours tout corriger...
- Cette habitude n'est pas mauvaise. Mais... Cela doit vous obliger à être irréprochable vous-même !
- En effet, grammaire, syntaxe et orthographe ne peuvent ainsi plus prendre de vacances. Mais je n'ai à m'en prendre qu'à moi-même.
- Et puis, on remarque plus facilement les erreurs des autres, n'est-ce pas ? Vous savez, cette histoire de poutres dans l'oeil et de poussières dans celui du voisin ". Il me regardait droit dans les yeux en prononçant ces mots, le chameau. Il était flagrant qu'il voulait que je le reprenne. Son petit sourire en coin en disait long.
- "Je vous taquine. Je suis juste un peu jaloux de votre propension à vouloir rectifier les gens".

Il resta un instant silencieux, perdu dans ses pensées. Puis il alla s'asseoir sur un rocking-chair en bois, dont le style contrastait bizarrement avec les étagères en PVC constituant les rayons du magasin. Il se balança légèrement.
- "Ce n'était en effet qu'une simple... querelle, comme vous dites. C'était une femme que je trouvais particulièrement charmante. Oui, charmante... Vous connaissez le site d'écriture We Love Words... ? Oh, je suis sûr que oui, il faudrait être troglodyte pour ne pas connaitre".
Je rougis un peu et raclai ma gorge. Il allait parler de moi, peut-être de nous !
- "Elle s'appelait Maeva".
Hein ...??? Ah non ! Mais non, pas du tout !
-"Comme ma première femme... Et avec du recul, j'estime qu'elle a abusé du fait que... Oh ! Et puis, qui sait... Ce n'était peut-être qu'un imposteur. Tout le monde peut se cacher derrière un pseudonyme ! N'est-ce pas ? J'ai été quelques temps fasciné tant elle me la rappelait. Et puis il y eut ce... paltoquet... Ce mufle... Ce foutriquet !". Il se balançait toujours et j'avais le sentiment qu'il souffrait de ses propres paroles. Mais en même temps, il avait le même sourire provocateur qu'au début de notre conversation, j'avais du mal à le cerner.
- "Nous étions tous trois abonnés entre nous et parlions en privé. Il parlait d'elle en termes extrêmement osés tout d'abord, mais seulement à moi. Le temps passant, me disait qu'il aimerait lui faire ceci... ou cela... Les mots sont devenus de plus en plus grossiers, limite violents. Puis il l'abordait cash dans certains de ses commentaires comme un gentleman. Et elle semblait conquise. Hallucinant. Dégoûté, j'ai laissé tomber... Vous en auriez fait autant, n'est-ce pas ?
- "Oui, oui, bien sûr !".

Je ne me souvenais plus d'une certaine Maeva. Mais une chose était certaine: j'avais désormais très envie de lire son livre. Et lui, toujours en se balançant, traçait une ellipse du bout de son pied.

Report this text