LOGO RALLIE 242 à 248 yl5

vividecateri

Textes à contrainte

Mots du 14/09/2020 au 20/09/2020

Étrangleur, autorail, tergiversations, adolescence, baratiner. Crayon, cousin, abeille, furieux, porter.Carrière, expériences, complots, grandes, oublier. Bonté, monde, source, simple, revenir. zoo, jumeaux, instant, pareil, sortir. Chambre, entrer, corps, lourd, vaisselle. Justice, jungle, dossier, récemment, publier.

 __________________________________________________

- Mémé tu as lu le journal ce matin ?

- Non pas encore, pourquoi ?

- Les gendarmes ont arrêté l'étrangleur des animaux. Tu te souviens, celui qui a provoqué tellement de tergiversations parmi les soi-disant témoins, les enquêteurs et dans les journaux depuis deux mois.

- Ha! C'est bien ! C'est qui ? Et où ?

- Un garçon d'écurie nommé Gérard X qui travaillait au haras de la Sapinette, et qui, paraît-il a vécu des moments effroyables avant son adolescence. Il avait décidé cette fois, de placer la tête d'un poulain nouveau-né qu'il avait étranglé avec un câble, sous les roues de l'autorail, celui qui passe au village voisin ; En fait, c'est un enfant traumatisé, son père battait sa mère et avait provoqué la dépression et le suicide de la pauvre femme. Elle s'était jetée sous une Micheline au passage à niveau. L'autopsie de son corps disloqué avait révélé aussi, des marques d'étranglement. Et l'enfant qu'il était resté dans sa tête refaisait les gestes du père sur ces pauvres bêtes. Quelle histoire ! Pauvre gars ! C'est un fermier qui passait par là  qui l'a attrapé par le col. Il l'a aussi un peu secoué, quand les gendarmes sont arrivés il était un peu dans les pommes…

- Bah ! On va lui trouver un psychiatre à qui il pourra baratiner toute sa triste vie, il terminera certainement dans un asile, car si on le relâche, le gosse furieux qui est en lui recommencera…

- Voilà une affaire résolue, le journaliste qui s'occupait de cette intrigue va pouvoir passer à autre chose. Tu le connais c'est le cousin d'Albert, il vient de nous apporter le journal, tout fier qu'il est.

-… Je ne vois pas…

- Mais oui, José Trouvencor  qu'il s'appelle, c'est son pseudo, il fouine tout le temps dans le village. Un grand maigre qui butine comme une grosse abeille à gauche et à droite des nouvelles pour écrire ses chroniques dans les faits divers du « Petit Echo » ! Pour ne rien oublier il écrit tout le temps dans un petit carnet à spirales… Il a toujours un crayon ancré derrière son oreille droite !

- Ha ! Oui le fils d'Ernest, le frère d'Alphonse, le père d'Albert celui qui habite au bout de la rue.

- Euh…Si tu veux.

- Et il est journaleux ?

- Reporter comme il aime s'appeler !

- Il a donc fait carrière dans le journalisme le petiot…Et dire qu'il était un peu niais quand il était gamin…Il faut avoir de grandes expériences pour arriver à être « reporter » ?

- Je ne sais pas mémé, sans doute, je sais qu'il a étudié à la faculté et qu'il a beaucoup voyagé en Europe et dans le monde et qu'il a fait ses preuves en enquêtant sur une bande de voyous qui sévissaient dans la ville basse. Il a découvert leurs complots en les suivant discrètement et il a pu prévenir la police avant le braquage d'une banque. Ils ont été pris en flagrant délit. Il a écrit un article pour le petit Echo et c'est comme cela qu'il a été embauché.

- J'ai bien connu son grand-père au gamin, c'était la bonté même et simple avec cela. Il avait le don ! C'est lui qui a trouvé la source dans notre propriété. Malheureusement il ne devait pas revenir de cette saloperie de guerre d'Algérie. Sa femme a élevé toute seule Albert et Ernest, des vrais jumeaux. Des numéros, je te dis, ils étaient tellement pareils que même leur mère les confondait. Pas un instant, ils restaient tranquilles, espiègles qu'ils étaient. Un jour elle les a emmenés au zoo privé situé dans la petite ville voisine, il n'existe plus maintenant et c'est mieux. Et bien tu sais quoi, je ne sais pas comment, mais ils ont réussi à faire sortir de leur cage des oiseaux exotiques. C'est pourquoi nous avons maintenant des perruches dans les arbres du parc. Une autre fois ils ont fait entrer dans la cuisine de l'hôtel- restaurant« Chez nénette ». Un cochon énorme qu'ils avaient été cherché dans le champ du père Joseph. Le lourd animal a traversé la pièce en bousculant la grande table où était déposée toute la vaisselle du midi. Nénette effrayée, en hurlant s'est jetée si je peux dire, à corps perdu sous le lit d'une chambre du rez-de-chaussée. Heureusement des clients ont chassé la bête hors du bâtiment. Mais Nénette en a fait une jaunisse.

- A propos, de chasse et d'animal, j'ai lu récemment un article publié dans le « Petit Echo »  au sujet de ces imbéciles qui s'offrent des safaris dans la jungle pour braconner et tuer des animaux sauvages. C'est un dossier que José a traité. Grâce à lui la justice du pays a condamné les chasseurs à plusieurs années d'emprisonnement et une forte amende.

- Comme quoi, il est bien ce petit !

- Oui mémé.

  • les nouvelles arrivent à la vitesse du vélo du facteur. :o))

    · Ago 30 days ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

  • Sacrée mise à jour ! Question animaux, on tremble par chez nous avec nos milliers de chevaux qui sont devenus la cible de malades prenant plaisir à les mutiler sans oublier la chasse à courre en plein brâme !

    · Ago 30 days ·
    30ansagathe orig

    yl5

    • oui j'ai vu le pauvre cerf et aussi pour les chevaux... des malades...des fous des tarés..;
      suis contente de recommencer avec toi les textes à contrainte... cela m'a manqué. J'espère que tu vas bien maintenant. kissous de tout coeur

      · Ago 30 days ·
      One day  one cutie   23 mademoiselle jeanne by davidraphet d957ehy

      vividecateri

Report this text