LR 228

Christian Lemoine

Auto-médication. Chat, farine, souplesse, aussitôt, partager

L'homme aux longues dreadlocks, allongé dans le couloir encombré de l'hôpital Bichat, se moque des bruits et des agitations. Il repose sans se soucier en rien des courses ou des appels, rastafari neutraliste qui ne s'occupe pas des bousculades qui le frôlent. Il a les yeux clos, la tignasse rêche à lourdes pendeloques lâchées alentour du brancard. Sur une tablette près de lui, un bol de soupe laissé intouché, il ne se nourrit pas, il ne s'abreuve pas, il navigue dans sa méditation à grande distance des trivialités naturelles. Nulle crainte qu'à aucun moment il parte à gémir, sa voix n'est qu'un insensible murmure portant vers des inconnus de lui seul devinés son indéfectible foi en son destin. Il vogue dans une béatitude étayée de fumées éthérées, sur un crescendo si tomenteux qu'il y perçoit des douceurs de soie.

Report this text