Maria se ha ido....

Jaunie

Maria se ha ido. Maria s'en est allée… Nous avions fait connaissance de loin au début, habitant dans la même rue. Lorsque j'aménageais dans le bourg, il y a bientôt quatre ans, en fin de journée je la voyais assise sur sa chaise. Sur le trottoir devant chez elle. Avec de magnifiques lunettes de soleil de star. Au début elle me regardait avec étonnement.

-          C'est quoi ce truc ? devait-elle se dire…

 J'esquissais un « holà » furtif. Et elle finit par répondre aussi.

-          Holà…

Furtifs. Nos premiers rapports furent et resteront furtifs.

Puis le temps a passé et quand elle remontait le soir vers chez elle dans sa chaise roulante, aidée son aide-soignante attitrée, nous avions fini par nous donner de grands bonjours. Elle était en terrasse jusqu'à 10 heures à regarder. Moi aussi , avec mes amis vieux, mais plus jeunes. Regarder les gens sur la place, en terrasse. Il parait, dixit Marie Carmen mon amie vieille, qu'elle fut toujours ainsi à épier son monde. Pas critiquer mais être au courant de tout.

Maria s'en est donc allée à ses 94 ans, justement devant sa porte, assise. Arrêt cardiaque. La vie quoi. On arrive, et on s'enfuit parfois ainsi sans crier gare. Pas le temps.

Toujours mieux qu'un sale crabe.

La semaine dernière j'étais en Gaulle. Voir ma petite Lili de petite fille. Pour ses deux mois. Trois avec moi. Elle a de grands, de très grands yeux bleus. D'un bleu sans fond. Elle en a deux. Je le précise toujours. Un truc à moi. Elle a un regard presque froid sur ce qui l'entoure, et de temps à autre elle sourit. Le minimum pour entretenir le lien social.

Faussette à droite. Un seule faussette. Je le précise parfois.

Le soir où l'ainé se mit à préparer une paella, en plein air, les chasseurs, peu furtifs, tiraient. Et tiraient, jusqu'à la nuit tombée. Pas forcément très loin. La chasse, je m'inquiète toujours sur ces gens qui se shootent à l'adrénaline quand ils shootent les animales.

Mais je fus rassurée.

Oui en fait ils ont un quota. Tant de colliers de cerfs, tant de sangliers, tant d'oiseaux, et un quota aussi de vaches, de chiens et d'amis divers. Dans le quota d'amis il peut y avoir aussi un, ou deux mineurs.

Parfois leur gosse. Dans ce cas c'est un tragique accident. La fatalité. La vie quoi, et encore.

Comme quoi avec la réglementation en vigueur comment ne pas se tranquilliser ?

  • 600 000 cette année encore 600 000 à avoir tous les droits et le plus important de tous : tuer. Cette année ça coûte 200 euros !

    · Ago 8 months ·
    Mycjq3xv

    Christian

  • Une bise pour Marie et une pour toi Jeanne...

    · Ago over 1 year ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • hola maud. merci pour Nous
      bises también, et bon weekend

      jeanne

      · Ago over 1 year ·
      Dscn0440

      Jaunie

  • Le texte au début est ambiguë puis très clair à la fin. Que dire, quoi écrire sur l'infini irréparable de la bêtise humaine ? ...

    · Ago over 1 year ·
    Gaston

    daniel-m

    • Hola, ya quoi écrire ? Mais bon...
      Bonne semaine Daniel et merci de la visite
      jeanne

      · Ago over 1 year ·
      Dscn0440

      Jaunie

  • Maria, une figure du quartier qui s'en va...pensées pour elle ...Quant aux chasseurs, ils ne maîtrisent pas toujours , leurs tirs..les accidents , hélas sont légions.. bises Jeanne

    · Ago over 1 year ·
    W

    marielesmots

    • Hola, oui, ces départs sont le signe du temps qui passe...Pour les chasseurs...Que dire?
      un abrazo marie

      · Ago over 1 year ·
      Dscn0440

      Jaunie

Report this text