Midir mon Grand Amour, (2)

Etaine Eire

Étain est assise à sa table d’écriture, elle n’arrive pas à dormir. Des pensées, plus folles les unes que les autres, traversent son esprit. Pour se calmer elle se met à écrire à Midir.

Je n'arrive pas à dormir alors je prends la plume pour vous écrire ce que je ressens pour vous.                                                    Je vous aime avec mon cœur, ma tête et mon corps.                      Vous êtes apparu dans ma vie comme par enchantement.            Depuis que je vous ai vu, je pense à vous, je mange vous, je dors vous.                                                                                                        Grâce à vous, je sais enfin ce que veut dire le verbe aimer.            Je vous ai demandé de quitter l'Autre Monde parce que je veux vivre une histoire d'amour avec vous dans le présent.                    Je vous aime et je voudrais vous dire aimez moi.                            Je vous aime au point de vous laisser partir parce que savoir que vous existez suffit à remplir de joie tout mon être.                  Je vous aime au point de vous aider à conquérir une autre femme si vous l'aimez.                                                                          Je vous aime au point de devenir une lionne pour vous protéger des chiennes.                                                                                          Je ne suis pas jalouse.                                                                            Je crois en l'amitié entre un homme et une femme.                        Je n'attends rien de vous, juste que vous m'aimez de toutes les façons qu'une femme attends d'être aimé de son homme.            Je vous serais fidèle pour l'éternité et je vous chérirai.                  Je ne vous fais aucune promesse concernant notre bonheur sur le long terme car nous ne lisons pas l'avenir et que la vie n'est pas un long fleuve tranquille.                                                              J'ai du caractère et vous en avez aussi.                                              Je ne m'écraserai jamais devant vous et je ne vous demande pas de le faire pour moi.                                                                              Je nous veux libre de nos choix propres.                                          Je veux que nous nous soutenions dans nos choix.
Quant à l'union de nos cœurs, si union il doit y avoir, notre parole me suffit.                                                                                    Je retourne dormir en espérant rêver que vous rejoignez ma couche et que nos corps se mettent à danser à l'unisson.              Je vous souhaite une douce nuit.

Étain.

Signaler ce texte