Mille et une mains

James Px.

L'aube morbide du pêcheur illicite
Sécrète des rêves lymphatiques
Rien ne se dissipe
Au sain de sa nécromancie
La mer toujours sème ses imbroglios
Sans antinomie

Pour essayer de nommer et définir
Ses innombrables radeaux de la méduse
Je garde cette strophe
Proche d'un réseau filaire agréé
Odieux et anthropophage
Ce dépeçage d'âmes innocentes
De la misère et de la guerre

Faute de trop bien saisir ou par ignorance
Je n'ai rien sauvé ni effacé de ce crâne
Comme l'horreur de ses heures assassines
Qui l'animent et me poursuivent

Le thon rouge a disparu
Mais la mer a conservé son sang
Comme les mains du migrant
Brûlées par le sel
Les embarcations fantômes
Au bord du rivage
Des rescapés affolés s'agrippent à la vie
De la nuit des mains se tendent
Et les hissent vers la terre ferme

Pour ne pas gracier
Je me garderai juste ces mots
Entassée comme une sardine en boîte
Une lumière infantile m'est apparue
M'a souri et serré si fort la main
Qu'elle me réclame encore sa liberté
Comme ses mille et une mains
Méditerranéennes

  • Pour le côté plus terre à terre, des MNA dans l'urgence ont abordé, dans le silence de notre société, ont adopté, la voie des sillages transgressés...à qui la faute? Même plus des non-informés....que faut-il faire?

    · Il y a 12 jours ·
    Facebook

    flodeau

Signaler ce texte