Miroir du temps

ade


Enfin le dernier village avant d'arriver. Au niveau de la scierie, je tourne à droite. Il est midi passé, le bruit des machines s'est tu. Je m'arrête, ouvre la portière et me laisse enivrer par l'odeur du bois coupé. Mes yeux se posent sur le parc à grumes. Je descends et me dirige vers ces troncs non encore délestés de leur écorce.  Le parfum de la résine me renvoie l'image de mon Grand-père affairé derrière son banc de scie, s'éreintant pour faire le stock de bois, unique source de chauffage pour l'hiver.

Entre mes mains, je laisse s'écouler de la sciure, cette fragrance que je sentais sur lui lorsque je posais affectueusement ma tête sur son ventre rebondi ; un sourire s'esquisse alors sur mon visage pourtant qu'il est loin ce temps là, si loin..

Je reprends le volant et parcours les 5 kilomètres de virages restants, au travers des pinèdes et des prés parés de genêts en fleurs.
J'entrevois le cimetière à droite sur la colline, ses croix m'accueillent, fantômes du passé. Là, une larme perle sur mes joues, toujours cette même sensation, cette oppression, ce manque qui s'insinuent en moi. Je tente de chasser ces démons, il fait trop beau pour se laisser aller à des pensées obscures.

 

Je me gare devant la bergerie déserte. Les moutons ne bêleront qu'en fin de soirée rassasiés de l'herbe fraîche des pâturages.
Sur les escaliers en pierre, une enfant est assise et me fixe de ses grands yeux verts. Son visage de candeur, ses traits me sont familiers.
Elle semble attendre quelque chose ou quelqu'un. Je la regarde mais les mots restent bloqués en moi.

Elle se lève, saisit ma main et m'entraîne vers le bas du village, empruntant le même chemin que je prenais autrefois.
Nous marchons environ 2 kilomètres avant d'entamer la montée du sentier en terre qui me menait à mon refuge. Je pouvais passer des heures seule dans cet endroit, solitude salvatrice et protectrice.

Soudain, j'ai la sensation d'entendre les pétarades de 125 venant ternir ma quiétude.
L'enfant serre plus fort ma main, elle sait ce que je revois alors elle m'entraîne et se met à courir comme pour semer mes souvenirs.

 

Côte à côte, nous arrivons au bois, haletantes de cette course effrénée. Sur un tapis de feuilles, nous nous reposons un instant, profitant de la fraîcheur et des rayons du soleil jouant à cache-cache avec les branchages  et nous sommes bien.
Notre calme revient peu à peu, nous apprécions ce moment.
Qui est-elle ? Elle lit en moi comme dans un livre et malgré tout je ne parviens pas à lui parler. Et j'ai tant à lui demander pourtant et tant à lui confier aussi.

 

Nous repartons à la maison, mais devant la porte d'entrée, elle stoppe net et refuse de continuer me faisant signe d'avancer. Je referme la porte et instinctivement je regarde par la fenêtre, il n'y a personne, pas une âme, tout est désert. J'aurais juré pourtant qu'elle était là !

Je pars à la cuisine et rejoins ma Grand-mère pour le restant de la journée. Je lis les post-it collés ici ou là pour l'aider dans son quotidien. « Pensez à éteindre la lumière » « Vous avez 94 ans », sa mémoire à présent ne tient que sur quelques bouts de papier. Mon cœur se serre et en filigrane, l'image de cette enfant qui ne me quitte pas.

Au moment du coucher, je gravis lentement les escaliers, l'angoisse me reprend comme il y a des années. J'ouvre la porte de la chambre et au milieu du lit, elle est là. Je n'avais pas rêvé, elle existe bel et bien.

Elle semble à son tour  terrorisée, scrutant la toile accrochée au mur « l'Angélus » de Millet. Je me couche à ses cotés et comme avant je joins mes mains, priant que les cauchemars ne reviennent pas, priant pour qu'elle soit épargnée par la noirceur de la nuit.
La Bête du Gévaudan ne viendra pas la dévorer même si Grand-mère a dit qu'elle ne mangeait pas que les bergères, une meute de loups ne l'entraînera pas dans son terrier, les masques de comédie ne viendront pas corrompre ses rêves.

Je la prends contre moi et je trouve enfin les mots, je la rassure : « Je suis là ma douce, tu n'es pas seule, ce soir je veille sur toi ». Elle s'endort apaisée et je ne la quitte pas des yeux . Si fragile, si innocente, si pure, aujourd'hui elle a bien mérité son repos.

 

Il est temps pour moi de repartir, de laisser ma Margeride. J'embrasse tendrement Grand-mère et sur l'escalier en pierre, je m'assieds un instant. Je passe ma main dans ses cheveux châtains et caresse son visage, un jour elle sera grande et elle sera maitresse de son destin.

Une fois de plus, les larmes coulent et dans le rétroviseur, je la vois qui s'éloigne, qui s'évanouit mais elle est là gravée à jamais au fond de moi.
Peu importe notre âge, peu importe nos vies, nous gardons toujours l'empreinte de notre enfance en nous.

  • Oh bah c très beau visuel très humain tendre , le décor se plante clairement sur qq détails qui parlent à tous texte en odorama aussi, c chouette de lire un texte qui touche pouf comme ça mine de rien un texte ds lequel on rentre de plus en plus à mesure qu'il avance, me fait penser à un film de tim burton entre rêve et réalité, pour moi c juste une réussite un hymne à celui qui finalement ne meurs jamais l'enfant un hymne à ce que nius sommes en vrai avant la métamorphose en adulte qui nous change tant, trop.... I adôôôre

    · Ago about 3 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

    • Je ne sais pas comment te remercier pour ce com Christophe, tellement je suis touchée ! Franchement waouh comme ça fait du bien de lire ça merciiiiiii j'adooore tes mots !!! :)

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Ben moi j'aime beaucoup.
    Et je n'en reviens pas de la grande, très, variété de tes styles d'écriture et textes
    Toujours touchants.
    Take care.

    · Ago about 3 years ·
    Img 1097

    jireoparadi

    • Oh merci, grand merci à toi et quel plaisir de te revoir chez moi ! A très bientôt

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Magnifique texte

    · Ago about 3 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Merci nyckie

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Très jolie et émouvante évocation. Je ressens aussi ces émotions là ... Merci

    · Ago about 3 years ·
    Poup%c3%a9e des survivantes

    Natacha Karl

    • Un grand merci à toi Natacha. A très bientôt

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Tu nous prends par la main et on se laisse emporter sur les rivages de notre enfance. Me voila pleurer avec toi sur ces heures qui ne reviendront plus !

    · Ago about 3 years ·
    Mycjq3xv

    Christian

    • Il faut garder les belles heures en nous et chasser celles qui nous attristent alors non, pas de pleurs Christian sourire aux belles choses vécues et à venir (sinon je vais encore sortir mes kleenex). Merci pour tes passages précieux (et non je n'oublie pas à très bientôt :) )

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • je n'ai jamais eu de grand père,,et si peu de grand mère...
    il est beau ton texte,,,;-)

    · Ago about 3 years ·
    Pat

    Patrick Gonzalez

    • :-( .... Merci Patrick, belle journée à toi :)

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • :-)

      · Ago about 3 years ·
      Pat

      Patrick Gonzalez

  • Moi, je suis repassé devant la maison de ma grand-mère il y a 15 jours. J'ai hésiter à toquer, mais à quoi bon ? Il faut tourner la page.

    · Ago about 3 years ·
    Cp

    petisaintleu

    • On peut tourner la page oui, pour autant les lignes ne s'effacent pas, il faut apprendre à vivre avec son passé et ne pas laisser des douleurs nous empêcher d'avancer .

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Il est des douleurs qui laissent de terribles traces ... avec le temps, elles s'atténuent ... on vit avec ... on trouve une forme d'apaisement ... On ressent bien le poids de la peur de cette petite fille ... bravo Ade

    · Ago about 3 years ·
    W

    marielesmots

    • Elles ne s'effacent pas, on vit avec et on trouve le chemin de l'apaisement. Merci Marie d'être toujours là :)

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Un joli retour en arrière, en enfance, une belle nostalgie tout en délicatesse....Merci pour ce tendre texte Ade :-)

    · Ago about 3 years ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • Merci Douce Maud (Mauve) touchée (dis le pow wow c'est pour bientôt? ;-) )

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • Nonnnnnnnnn je vais pas vous ennuyer avec ça lol

      · Ago about 3 years ·
      12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

      Maud Garnier

    • Mais noooonnnn tu ne vas pas nous ennuyer voyons ! perso ça m'intéresse et j'attends avec impatience :))) zouh

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • Si tu veux je t'envoies des photos sur FB hihi tu peux de me trouver sur la page du Lutin ou de Colombo :-))

      · Ago about 3 years ·
      12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

      Maud Garnier

    • Dac, je vais te chercher alors ;-))

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • et tu as vite trouvé :-))

      · Ago about 3 years ·
      12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

      Maud Garnier

    • ;-))

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • C'est la nuit des étoiles aujourd'hui . Tu en fais briller pas mal .

    · Ago about 3 years ·
    479860267

    erge

    • Merci Z (tu vois j'en ai toujours autant en stock :-)) bizz et à bientôt

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

  • Une plume adesque à souhait que je retrouve avec grand plaisir. un beau mélange de nostalgie, d'espoir, de force et de vulnérabilité. Tout toi ma Z.

    · Ago about 3 years ·
    Ananas

    carouille

    • Adesque c'est joli ça ma Z. Merci beaucoup et gros bizouu

      · Ago about 3 years ·
      Ade wlw  7x7

      ade

    • Elle a raison la jolie plante, le style adesque c'est tous les sentiments mélangés ;-)

      · Ago about 3 years ·
      Loin couleur

      julia-rolin

Report this text