Mon âme au Diable

ixo

M'enfin !

Au lieu de vendre mon âme au diable, ce qui m'avait paru une affaire douteuse, je me suis dit :

Par tous les Dieux de l'Univers et par le Dieu Unique, pourquoi se contenter d'un petit diable local, alors qu'il y en a plein d'autres dans l'univers. Si j'émet des actions sur mon âme et que je vend 49% de mon âme à tous les diables de l'univers, de manière qu'ils soient tous obligés de se partager les parts de manière égale, de manière à ce qu'il soient obligés de faire un peu de mathématiques et qu'ils soient condamnés à découvrir les sciences. Soit dit en passant.

Là, ils sont tous en moi, avec leurs yeux vifs, l'œil de ceux qui sont persuadés qu'ils vont pouvoir s'emparer de mon âme. Ce qu'il n'avait pas prévu c'est l'effet que ça allait donner qu'ils soient tous présents en moi. Jusqu'au moment où ils ont commencé à se rendre compte de leur situation.

Ils n'ont pas pu s'empêcher de sentir que leur tâche ne serait pas facile, alors pour entamer tout de même leur besogne, ils ont commencé à faire en sorte de faire grossir leurs parts de marché sur mon âme en se détruisant les uns les autres. Parfait ! J'avais plus qu'à étudier les diverses techniques de combat de tous les démons de l'univers, bien au chaud, dans mon âme.

Pendant ce temps dans un pays lointain, j'ai vendu les autres 49% de mon âme à Dieu, au Dieu Unique. Cette fois ci, c'était pour passer mon Baccalauréat avec Dieu, il fallait que je lui démontre que j'étais capable de rire du sens de l'humour de Dieu. Je lui ai donc vendu mon âme tout en sachant qu'elle lui appartenait, j'ai su faire rire l'univers, Dieu, et j'ai eu mon Bac.

Pour les 2% d'âme qu'il me reste en souveraineté, je m'y trouvais bien, en paix avec moi-même. Puisque finalement je venais de faire le deal le plus juteux que je ne pourrais jamais faire. Je sais pertinemment que mon âme appartient tout autant à Dieu qu'au Diable, je n'ai pas le choix, c'est la vie qui veut ça, parfois même les anges deviennent des démons. Mais j'ai quand même réussi à faire croire aux démons de l'univers que j'étais stupide. Le business ! Tant qu'on fait rire Dieu, c'est bien !

Nous en parlions, l'autre jour, lors d'un de nos diners, avec Alexandre, Gengis, le Père et la Mère Noel, j'aime à soigner la cuisine pour mes tuteurs, tout est important dans la vie. Nous parlions donc de mes intentions pour l'humanité et deux de mes convives me regardaient avec dans le regard, cette manière de voir le monde qui transparait comme si l'on pouvait, dans leurs yeux, lire toute la corne faite aux fesses d'avoir passé autant de temps à cheval.

Ce qui les aida à ne pas me détester pour la chance que j'ai d'être né après que l'humanité ait atteinte les rivages électriques des dieux, c'est qu'ils voyaient à quel point j'étais reconnaissant du travail qu'ils avaient accompli et que j'avais bien conscience de ma place, de l'envergure de mon terrain d'action.

Qui ne peut pas être admiratif de la grande leçon d'humanité que Gengis nous a enseignée concernant les murailles et les taxes frontalières. Ou les leçons d'urbanisme d'Alexandre.

Qu'on le veuille ou non, l'humanité converge vers elle-même, en guerre ou en paix et les courants majeurs convergent à Bagdad et Babylone, le cœur de l'ancien monde, lieu de la concentration des énergies humaines, vortex qui pourrait basculer en trou noir, si l'on ne prend pas garde.

Je fais le plus possible en sorte de prendre la parole lorsque je suis prêt à l'accomplir.

Et il semble préférable, au vu des tensions humaines planétaires, que je prenne la parole.

Signaler ce texte