MON HOMME.

Etaine Eire

Photo trouvée sur Pixabay.

Regarde mon corps qui frissonne lorsque tu daignes, enfin, de tes mains le caresser.
Mes yeux se ferment pour mieux goûter à cette fièvre du désir de toi qui m'envahit.
Me voilà, devant toi, haletante et attentive au plaisir qui remonte du plus profond de mon être.
C'est certain tes mains, douces et soyeuses, savent y faire.
Elles connaissent le moindre centimètre de ma peau blanche.
Le temps semble, toujours, s'arrêter à la seconde où tu poses tes doigts délicats sur mon bouton ardent.
Il s'érige attendant qu'une chose, ta langue pour qu'il le fasse chavirer.

Report this text