Mr Hyde

barbiechou

Je vais tenter de vous décrire, de coucher sur ce support immatériel, quelque chose difficile à transcrire.

C’est plus fort qu’un sentiment car c’est irrépressible, plus fort qu’une envie car irraisonné et totalement incontrôlable.

Cette chose à fait chuter les hommes les plus puissants, fait vaciller des pays détruit au quotidien le bonheur de centaines d’hommes et femmes vivant heureux en couple sans se douter de cette bête tapis au fond de l’esprit peut se réveiller à tout moment et à tout âge.

Difficile de nommer, plaisir, animal, primaire, irrésistible, toucher, frisson, domination, brutalité, douceur, intense, en fait il n’a pas de mot. Ce sentiment est à la fois brutal, désiré et interdit, irrésistible et inavouable.

J’aimerai tellement exprimer ce sentiment, le pousser jusque son paroxysme, ressentir cette petite mort qui ne dure que quelques dixièmes de secondes durant lesquels vous avez l’impression de mourir et de revivre mais cela va contre mon éducation, cette envie de brutalité, cette envie, ces interdits, ces visions.. Faire subir à l’autre cette bestialité, cette violence, cette intensité.

Tic, tac, tic, tac..

Inexorablement, mon compteur tourne, il tourne et il augmente sans possibilité de le stopper ou même de le ralentir.

Tic tac, mon esprit lentement s’embrouille, l’adrénaline monte doucement..

Combien de temps me reste t il avant que cela ne devienne totalement incontrôlable.. ?

2jours, 3 jours..

On chasse irrémédiablement, un regard, un sourire. Tel un prédateur se préparant à étancher sa soif de sang, tel un drogué envisageant le pire et se préparant à de longues heures.. On cherche, on regarde. Qui pourra étancher la future soif ? Dans les heures qui viennent, irritable, nerveux, désinhibé, capable de passer outre la timidité pour arriver a ses fins.. on connaît trop bien ce sentiment, tel un homme à qui on aurait administré un sérum lui permettant toutes les audaces, devenir un surhomme. Le regard aiguisé, l’ouïe fine, le moindre son, la moindre image, excitant son cerveau..

partie inhumaine et indissociable de la nature humaine. Dr Jekyll et Mr Hyde. Ou te caches tu Hyde ?

la future proie se doute t elle de ce qui l’attend, ce doute t elle de ce pouvoir d’apaisement qu’elle aura sur moi. Me permettant de redevenir Dr Jekyll, doux et attentionné en attendant que Hyde frappe de nouveau à ma porte. Combien de temps ce manège va t il durer, n’existe t il pas un palliatif, un médicament permettant de contrôler Hyde de l’endormir et ainsi me permettre de n’être que Jekyll. Si ce médicament existait vraiment, suis je sur de vouloir le prendre ?

je sens mon poul s’accélérer, mes tempes se gonfler. Tic tac. Je sens que je vais devoir apaiser cette puissante envie qui monte, ne serait ce que pour quelques heures, en attendant que ma proie montre le bout de son nez et étanche ma soif.

Tic tac, mon horloge travaille.

Je sens les heures, les minutes, les secondes s’égrainer. Le mouvement de l’aiguille.

Répétitif. Orchestré.

Rythme hypnotique. Soporifique pour certains.

Ce temps qui passe qui monte qui gonfle..

Cette flèche droite, fière..sure et sèche avec le temps.

Tic, tac, une horloge, une heure..

Et mon corps qui avance. Au compteur, qui s’échauffe. Je monte dans les tours..

Une mécanique bien huilée.

Souffle accéléré. Chaleur. Peau irrisée.

Que cherches tu ? Mr Hyde au détour du métro, dans un regard à une terrasse de café, sais tu vraiment de quoi il est capable si il était totalement libre ? je ne le sais moi même, je tente de le contrôler pour éviter de me laisser glisser dans l’inconnu, de quoi est il capable, de quoi suis je capable, il attire et fait peur…Mr Hyde… il fait parti de moi, il est ce Tic Tac, il cherche à se montrer, pour combien de temps vais je encore pouvoir l’empêcher de se montrer.. ton regard le renforce, ton jeu m’y fait plonger..tu le sais, et tu en joues.. qu’est ce qui t’attire chez Hyde ?

Il attire et attise.

Mon inconnu. Mon propre inconnu, celui qui sommeil, celui qui dicte, celui que je garde, celui qu’on convoite.

J’ai été élevée en petite fille modèle. Pas en femme séductrice. Alors d’où me vient elle sinon de ce moi profond..

Education familiale, j’aime a croire que je me suis faite seule. Et ce personnage qui ne peut être plus moi que moi, je l’aime.

Mon image connue de toujours est celle de mon éducation. Mon moi actuelle est mon travail de fond.

Délivré lors de l’intimité, attisé et déclenché lors de rencontres, de regards, de frottements, d’odeurs et d’envies.

Oui on a tous un Hyde, cet être en nous, ce nous véritable.

Alors ne pas en avoir peur, en être émerveillé, attiré, le convoiter et pourquoi pas le révéler, le ivre et l’être pour enfin vivre selon sa propre façon de penser. De baiser..

Est ce moi j’aimerai que non, il est toujours sur mon épaule, je n’aime pas en être dépendant. Et je le suis..

Qui est Hyde ? est il mon reflet négatif, le résultat de mon éducation, il est violent, vicieux, des idées à l’opposées de ma vision de la vie et pourtant il est une partie intégrante, son apport est indéniable… il m’influence.

j’ai peur de prendre gout à Hyde et de le préférer à Jekyll.

Es tu sur de pouvoir assumer ton Hyde, es tu sur de pouvoir remplir ses inspirations et de les assumer. Se sentir grisé par la limite, la franchir, la dompter est difficile. Elle est là, a notre portée c’est ce qui la rend si belle, et dangereuse.

Mr Hyde est mon reflet dans le miroir. Il est ce que je ne suis pas.

Tic Tac.. la fin du décompte approche, la bombe humaine est sur le point d’exploser..Hyde trépigne d’impatience et devient de plus en plus puissant réclamant son du, sa proie. Jekyll ne pourra plus le retenir bien longtemps. C’est déjà un exploit de l’avoir contenu aussi longtemps.

A quel prix. Stress,e nvie, perte de concentration, onanisme sans fin pour la moindre idée concupiscente… ces idées de plus en plus obsédantes, de plus en plus osées..

Souvent tu partages avec Hyde, tu sembles être son exutoire. Il te voit contrainte, il voit ta nuque, ton souffle, prise contre un mur ou une porte, ta jolie culotte en dentelle noire sur tes fines chevilles. Pas de préliminaire, c’est pour les tendres, les amoureux. Il veut du vice, du plaisir sans fioriture, du brutal. Sentir cette pénétration au plus profond de toi, sans rien entre lui et toi, sans aucune barrière, pas de plastique, pas de sentiment, te sentir contrainte d’accepter ses choix, voir tes yeux se plisser à cette délicieuse sensation de cette première pénétration. 5,10, 15 minutes de cette dance brutale.. il eveut sentir ta peau, ton humidité puis se libérer sur ce corps parfait, le souiller dans un cri de libération, s’écrouler submergé par ce plaisir libérateur.

Tu as pris du plaisir, il s’en moque, il était juste là éphémère, il dispaait aussi vite qu’il est appar, alissant Jekyll avec ses doutes, cherchant à se justifier afin de ne pas passer pour un monstre.

Jusque quand ?

Tic Tac, il y prend gout, le compteur est repartit, plus vite que d’habitude, plus fort, il en veut plus…plus…plus. Cela ne s’arrêtera donc jamais.

Tic Tac, il est là, on le sent, monter..venir..en mon sein, je le sens en moi, sur moi.

Ce temps m’inonde et m’égraine à chaque seconde..ses mains sales sur moi, sur mes envies, dans mon regard.

Il m’accélère, me possède, me domine, me joue..au gré de mes envies. 

Tic Tac.. toujours.

 Encore, plus fort..

Report this text