Muse-mirage

menestrel75

écrit voici quelques lustres, dans un moment-mirage. Et chacun sait combien les mirages sont trompeurs...
Sans Muse, point d'Artiste ;
Sans Gala, pas de Dali
Sans Jacqueline et les autres, point de Picasso
Et Leonor Fini, et Poulton et Cocteau
Peintre ou musicien, sculpteur ou écrivain,
Tous et toutes ont été guidés par une Muse,
consciemment ou pas…
Qui voit le monde plus triste...
Muse embellie,
Muse ravie,
Muse endormie,
Muse parée, alanguie,
Muse jolie,
Muse des Amours et de la Vie, comme Thalie,
Des Arts lyriques et des Mots, comme Polymnie,
Qu'eût été Aragon sans Elsa,
Ou Man Ray sans Kiki et la musique de son corps,
Son Violon d'Ingres à l'égale de Terpsichore,
Femmes aux galbes de reine sous les ors,
Reflet mythique, Féminité inspiratrice,
Initiatrice, rêve érotique,
Muse qui fait naître l'Art, et le Regard,
Tu sublimes les idées, même la nuit, si tard,
Alchimique beauté évoluant en oeuvre éthérée,
Comme le grain de sable en une perle nacrée,
Rêve incarné se mêlant au désir,
Parfois bonheur dans le plaisir,
J'ai souvent regretté de ne pas savoir dessiner…
Plus encore depuis que je t'ai virtuellement vue…
Et encore quand ma mémoire imaginaire te voit nue…
J'aurais tant aimé te croquer d'un fusain…
Le dessin romantique et érotique est si profond,
Point de mots mais tant d'émotion(s).
Alors, je mets mon émotion (et mon érotisme)
Dans les petits ou grands mots que j'écris !
Dans les dernières semaines d'une toute récente année,
Cela aurait pu se passer, bien sûr, au lustre dernier
Et même lors du siècle passé, il n'est pas si éloigné,
Mon esprit romantiquement éveillé avait aperçu
Une naïade qui semblait nager dans les mêmes eaux que moi.
Me croyant protégé par ma bonne lucidité,
J'ai commis l'erreur d'oublier qu'une naïade est parfois Lorelei.
Dans les vagues de désirs que je croyais partagés,
Je me suis laissé porter, entraîner par un courant
Qui me fit prendre mes désirs pour de vraies réalités.
Je rêvais que j'aurais pu être une sorte de gentil phare
La guidant vers l'embouchure d'un lac de plaisirs.
La Lorelei a toujours guidé les navigateurs vers le mirage
D'un horizon inaccessible où ils firent toujours naufrage.
 
Dieu soit loué, oui, il m'est arrivé de croiser
Une femme, ou une autre, qui m'a inspiré
Quelques désirs, quelques envies sages ou folles
Ou, tout simplement sagement folles…
J'aimais nos échanges…elle y mit fin…
Elle revint l'espace de quelque entrain
Chacun-chacune soigne sa faim…
Comme j'aurais voulu que sa faim soit sans fin…
 
  • Très beau texte... Plein de vérité, une pointe de nostalgie, j'adore ton style... Tu as bien fait de le publier, il reste toujours d'actualité, si je puis me permettre.

    · Il y a 5 jours ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • je te permets... !!! de continuer à aimer mon style, petite Sy Lou

      · Il y a 4 jours ·
      Cavalier

      menestrel75

    • Merci :)

      · Il y a 3 jours ·
      Coquelicots

      Sy Lou

Signaler ce texte