NE FAIS PAS TA VICTIME

sophiea

De la difficulté de devenir adulte

NE FAIS PAS TA VICTIME !

Voilà ce que me dit parfois ma fille, lorsque je livre mon ressenti face à une dispute ou une remarque trop vive. Cela me blesse car, pour moi, dire quand on se sent mal est aussi important que de dire quand on se sent bien non ? Hier, elle l'a dit à nouveau et j'ai eu besoin de clarifier tout cela aussi ai-je chercher la définition de ce mot :

Définition de victime

- Créature vivante offerte en sacrifice aux dieux. Immoler, égorger une victime.

- Personne qui subit les injustices de qqn, ou qui souffre (d'un état de choses). 

 - Personne tuée ou blessée. La catastrophe a fait plus de cent victimes.

- Personne injustement tuée, condamnée à mort. Les victimes du nazisme.

 

Bien, prenons un exemple :

Une professionnelle me crie dessus, à cinq centimètres de mon visage en abaissant son masque.  Et cela dans la rue, devant des enfants (de moins de 3 ans) et d'autres professionnelles, sans aucune discrétion. Pour une erreur de commande d'un jouet. Je peux comprendre et accepter sa colère mais pas sa manifestation.

Je me suis excusée pourtant et j'avais même trouvé une solution pour y remédier mais la personne a continué à hurler. Elle n'a pas appelé pour s'excuser après, ni le lendemain et n'ai pas revenu au travail depuis (cela va faire deux semaines). Je demeure avec ce sentiment d'avoir été agressé verbalement et physiquement (elle est entrée dans mon cercle intime) et de ne pas pouvoir être entendu dans mon ressenti.

Comment collaborer avec cette personne après ? Comment avoir l'assurance d'un minimum de professionnalisme, d'empathie et de respect ? Et si cette personne s'autorise cela, est-ce la porte ouverte à d'autres débordements de sa part ou d'autres personnes ? Quand bien même, elle serait reçue par la directrice pour parler de son attitude bien après les faits, que va-t-il se passer ?  Ai-je envie de recevoir des excuses forcées ?

Je demeure avec mes questions et un sentiment d'injustice. Je ne fais pas ma victime, je suis une victime. Mais comme la plupart du temps je prends sur moi et encaisse, quand je ne le fais pas, cela fait des histoires…

Pour la professionnelle, elle aura un simple rappel à l'ordre. Pas de blâme. Validant le fait que mal parler aux gens n'est pas grave. Cela risque donc de continuer. Vous vous dites sans doute que j'exagère, que je surréagis. Mais si certaines personnes n'accèdent jamais au statut d'adulte c'est bien parce que personne ne les a fait sortir de leur toute-puissance d'enfant de deux ans. Etre adulte c'est avoir la capacité d'assumer ses actes et donc d'anticiper pour ne pas se trouver dans une situation qui ne pourrait être assumée.

Comme c'est difficile de grandir…

Report this text