Neige ensanglantée

Céline Gueguen

Une très courte nouvelle partagée dans le cadre du concours de nouvelles TBNN . Le thème: Cadavre et ski!

L'inspecteur venait d'annoncer la nouvelle: le cadavre d'André avait été retrouvé. Il était le dernier des cinq skieurs emportés par l'avalanche. L'espoir s'était amenuisé au fil des heures. Dans la salle de repos, les guides avaient presque tous soupiré de soulagement. Cinq minutes dans la neige et vous étiez comme mort. Il n'y avait pas eu de miracle.

«On l'a retrouvé où? On a sondé la neige avec les secours, mais rien...

-Il a été découvert à l'entrée d'une grotte, dans une zone où l'avalanche a été plus faible, mais suffisante pour provoquer l'écroulement de l'entrée.

-Et son système ARVA?

-Loin de là...


«Lola, Lola...Tu es là? Il se tenait à l'entrée de la grotte cachée sous la neige.

-Tu m'as trouvé. Dieu merci!

-André? Tu es aussi ici? Le ARVA de Lola m'a indiqué la grotte. Elle va bien?»

André se racla la gorge. Il tenait le dispositif de géolocalisation de Lola. Il ne pouvait voir le visage de l'homme à cause de la neige éblouissante.

«Putain, André! Réponds: où est Lola?

-En fait, elle est pas là. Elle a été emportée, elle est sans doute morte! Je suis désolé!»

L'ombre s'avança et la neige n'illuminait plus la grotte. Le sauveur était venu plein d'espoir et celui-ci se tranformait en stupeur.

«Si Lola...Si Elle n'est pas là, pourquoi tu as son ARVA?» L'explication fut laborieuse. Sanglotant, André avoua:il n'avait pas rechargé son récepteur la veille. Il avait demandé à Lola, la plus expérimentée, de lui passer le sien. Ils connaissaient tous deux la zone hors piste, c'était donc sans danger.Puis il y avait eu l'avalanche, André avait vu les autres disparaître sous la neige. Mais lui avait sauvé sa peau. Au fur et à mesure, son interlocuteur était devenu immense. A l'intérieur de cet homme, la rage avait remplacé la stupeur. Puis était arrivée la haine, implacable. Puisqu'Elle n'était plus là, il n'avait plus rien à perdre, même pas son âme- qui gisait désormais dans la neige. Sa main droite prit une pierre et la lança sur André. Puis ce fut une autre, une autre et encore une autre...Il le lapidait littéralement. Ce salaud devait mourir à n'importe quel prix! Puis il reprit conscience. Il amena le corps vers l'entrée, le couvrit de pierres et fit chuter de la neige. Peu importe qui le retrouverait et quand. Il s'en foutait, il avait perdu ce qu'il avait de plus cher.


«Je vous adresse mes condoléances, M. Langer. Pour votre fiancée et votre ...ami!

-C'est inutile. Mais merci quand même!»

Loïc se leva, sortit. Sur le perron du chalet, il s'arrêta et respira l'air frais. Rien ne pouvait enlever l'odeur du sang de ses narines.

«Loïc, c'est bien ça?

-Oui.

-Dites-moi, Loïc, pensez- vous que l'on puisse savoir qu'il y a eut un meurtre, mais qu'on ne puisse pas le prouver? -Aucune idée. Comment le saurais-je?

-Oh, je disais ça comme ça! Pour moi, c'est classé... Je vais rester un petit peu pour profiter de la montagne. Ça vous dirait de prendre un verre avec moi? On pourrait discuter de choses et d'autres. Vous me parlerez de la montagne, de Lola...»

Report this text