On ne voyait que le bonheur

mamzelle-plume

Tu as la tête en vrac, des bulles de champagne dans les narines. L'ombre sous tes pieds s'élargie, s'étend, elle semble vouloir t'engloutir avant de rejoindre le ciel. Tes pas canardent le bitume dans un bruit de vielle mitrailleuse russe.

Tu portes tes émotions et tes sanglots en arbalète. Ces mots étouffés t'égorgent, te lacèrent le ventre. Tu as la rage au bide, mais personne à qui la hurler. Tu aimerais que ta vie ne soit pas ce champ de bataille, qu'elle soit autre chose que ce monde qui déraille. Mais rien n'y fait, tu n'es pas un soldat, pas plus criminelle qu'une fébrile flamme. Les cendres dans ta bouche, tu avances. Tu penses. Mais tu n'agis pas.

Tout autour de toi semble bloqué, le monde se change en statue de marbre. L'horloge de ton corps aurait besoin d'être réparée, ses engrenages peinent à tourner. Tu sens les cliquetis incessants, ce bruit infernal qui résonne en accordéon avec la machine à pop-corn que tu possèdes pour cervelle. Ces idées qui fusent sans cesse, se chamaillent pour te donner des ordres à suivre, les grains de mais s'élancent sans discontinuer contre les parois de ton crâne.

Tu aimerais que tout cela s'arrête. Tu aimerais faire taire la mécanique de ton corps. Pourtant, tu sais au fond de toi où réside le réel problème. Ce n'est pas ton corps qui se braque. C'est ton cœur. C'est ce trou d'obus qui te sert de cœur le véritable problème. Il y a longtemps que ton cœur n'est plus qu'un amas de poussière. Le goudron l'encrassant dessine une petite fleur de fumée, pas plus grande qu'un bourgeon de coquelicot. Mais un bourgeon tout de même. C'est ce qui te fait vivre. Ce qui fait que la machine continue de lutter.

Tu serres de tes mains moites ta poitrine, ton cœur se crispe. Un sentiment sordide te paralyse. Tu le sais. Tes pupilles phosphorescentes dans la nuit noire se perdent à observer. Tu connais les prémices de ta crise de conscience. La peur englue tes sens, elle asphyxie tes poumons, te ronge les os et t'incendie l'âme.

Tu as le ventre en gelé, le visage grimaçant. Le goudron dans ton cœur se répand dans ton corps, longe tes artères et noie tes poumons. Tes sentiments confus cognent la mécanique, tu peines à respirer. Tu dois arrêter de marcher, tes jambes te clouent au sol, tu sembles prise par des chaînes invisibles.

Un cri silencieux se lie dans ton regard, ton visage blafard se mue en affreuse balafre. Le feu dans tes yeux s'est éteint,  il n'y reste que deux grands puits sombres d'où s'écoule un liquide noirâtre.

L'encre dégouline de part tes paupières et ruissèle jusqu'à ta bouche. Tu tousses des nuages de cendres, elles brillent sous la lune comme les flocons de neige en hiver. Ton visage se macule d'une encre bleuâtre, tu te sens devenir spongieuse. Même tes ongles deviennent cascades, tes pieds reposent sur une flaque noire, éclaboussée de lumière.

Déliquescence. Tu te changes en encrier humain, des étoiles étincelantes t'incendie le trou d'obus que tu possèdes pour cœur.

 

Tu te sens chancelante, ta tête percute le bitume. Et tu comprends. L'âme ecchymose.

Que tu n'es rien, rien, rien que du vide, que du vent. Rien qu'un putain de mort-vivant. Alors tu portes ton malheur en anorak, en sursit jusqu'à la prochaine attaque.

 

 

 

 

  • c'est juste ouf. c'est sublime. ton texte fait mal tellement il est beau, tellement on le ressens. magnifique, vraiment. et un gros coup de cœur, évidemment.

    · Ago almost 3 years ·
    Img 20170126 213059 325 1

    nawel-

  • C'est au top, du top (du top).

    · Ago about 5 years ·
    Cat

    dreamcatcher

    • Merci ( décidément j'aime beaucoup le mot "top" moi aussi ) ;-) !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • C'est un texte magnifique, émouvant, bien écrit.. Superbe. CDC

    · Ago about 5 years ·
    Weekendplansnewest

    mlleash

    • Merci à toi pour le coup de coeur et tes mots !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Redondance..Plaisir de te lire et pas de merci

    · Ago about 5 years ·
    Images

    aurevoir

    • J'me dois de te remercier tout de même, Kouka..

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Bon j'vais me taper la tête sur les murs... je reviens. J'ai fait l'école buissonnière de mes lectures WLW... ben maintenant je me trouves con. Passé à côté de cette merveille. 1ère question, comment tu fais ? Tout ce vocabulaire. Qui tombe juste ? Ca crée une atmosphère. On enlève rien. Rien. Sinon il manquerait un truc. Parce que oui faut que ca fracasse mais en douceur... sinon elle est où la poésie...
    2e chose, c'est fluide. Ca coule comme l'encre. c'est le style qu'il faut. J'aime la mise en forme. Par saccade. Ca monte. On le sent...

    BRAVO quoi... CDC.

    · Ago about 5 years ·
    10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

    cerise-david

    • Mais non, ne te frappe pas, ou frappe toi contre de la guimauve, c'est tout mou, ça fait pas mal :-) et c'est bon en bouche. Merci beaucoup pour ton commentaire, et tes mots qui me touchent particulièrement ! Je reste sans mots face aux tiens. C'est pas commun, d'ailleurs.

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • on ne peut rester insensible et je ne le resterai pas..
    Bravo pour ces émotions et merci de nous les transmettre

    · Ago about 5 years ·
    Images

    aurevoir

    • C'est moi qui te remercie pour tes mots !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • C'est la gorge serrée que je lis ce texte. Il m'évoque des choses que j'ai vécues récemment et qui font monter les larmes au coin de mes yeux.
    Bref, c'est déchirant, c'est très beau.

    · Ago about 5 years ·
    15823671 349713518746777 4083102009993322557 n

    Alyce Nocturne

    • Oh, ton commentaire me touche.. Je te souhaite d'être moins perturbée.. Merci à toi !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • bien, j'aime bien, tu pourrais essayer, c'est juste une suggestion, de relire ton texte et virer tout ce qui n'est pas essentiel ou tout ce que tu trouves un peu moins fort, percutant ou coupant/tranchant. My 2 cts

    · Ago about 5 years ·
    10919502 657715364340269 1653171330 n

    Edgar Fabar

    • J'y penserais merci pour le conseil Yannick, et merci pour ta lecture !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • arrivée !!!!

    · Ago about 5 years ·
    Lberte

    sauterelle

  • J'aime ce texte, où je suis arrivé par hasard.

    · Ago about 5 years ·
    Lberte

    sauterelle

  • J'adore. Les premières lignes m'ont embarquée.

    · Ago about 5 years ·
    Cocoteau

    feather

    • Merci beaucoup pour ton passage Feather et pour tes mots !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • que de richesse dans ton texte qui touche les cœurs et qui laisse échapper pleins d’émotions.......un vrai petit bonheur à déguster avec les yeux........

    · Ago about 5 years ·
    123321

    Plumette Du Coeur

    • Oh ton commentaire me touche, à déguster comme vous le sentez ;-) Merci !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Je sens que tu vas chercher les mots au tréfonds...

    · Ago about 5 years ·
    Mycjq3xv

    Christian

    • Du fond de mon âme, et de mon clavier, merci !

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Que dire... à part que c'est très bien écrit. J'ai adoré, malgré une forme de tristesse qui se dégage de cet écrit.
    Bravo et merci pour ce bon moment de lecture.

    · Ago about 5 years ·
    Images

    Sébastian Poulain

    • Merci beaucoup Sébastien, la tristesse est un peu ma marque de fabrique souterraine ;-)

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Waw un texte qui émeut. ...! belle écriture !

    · Ago about 5 years ·
    Ade wlw  7x7

    ade

    • Merci Ade.. Douce pensée et au plaisir de te lire,

      MamZ'Aile Plume.

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • Belle plume :)

    · Ago about 5 years ·
    Rose rouge touches du piano 12395 934

    Edgar Allan Popol

  • Une cervelle de pop-corn... une petite fleur de fumée... tousser des nuages de cendres... j'aime beaucoup ce vocabulaire là.

    · Ago about 5 years ·
    Philippe effect

    effect

Report this text