Osmose étoilée

rechab


C'est comme un sillage
dans la mer,
avant qu'elle ne se referme
sur mon passage .
Je franchis un instant
le paysage de chair,
l'attention de l'heure indolente
appelant soudain sa tension .

On se presse comme on se cherche,
d'avant en arrière,
glissant dans le sucre lacté :
c'est peut-être l'habitacle
où on voudrait demeurer,
et la muse guide
l'oeil aveugle
progressant dans l'obscurité.

Elle aime ce paysage
soudain bousculé,
entoure le phare allumé
de ses caresses fluides
jusqu'à prolonger l'abandon
à l'extrême bord d'une osmose finale,
où l'idole provisoire, après un cri de joie,
se perd dans le jardin étoilé.


RC

Report this text