P(ossession) M(oderne)

minuitxv

Quand les cheveux se laveront tous seuls…

Il savait que la soirée serait dépressive.

C'était comme ça le dimanche souvent, depuis son canapé.

Plus tôt dans la journée, il avait saisi un « je t'aime » lancé au hasard de la rue, et fait comme s'il lui était adressé, pensant que l'autre n'en ferait rien parce que bon à rien.

Ce n'était pas du vol, juste un emprunt qu'il ne rembourserait jamais.

Le jour, comme son moral, déclinait.

Il aurait bien ouvert une bouteille mais il avait eu la flemme de sortir, pas lavé, pas rasé, débraillé.

Il ne lui restait rien qu'un has-hardeux site de rencontres libertines pour lui apporter quelque clameur du monde extérieur, si tant est qu'un vagin puisse parler.

Pouvait-il déduire du profil « fontaine 7 » qu'il en existait au moins six autres et peut-être plus encore ?

Que penser de feelation40 ?

D'improbables coïts et autres orgasmes simulés, au summum de la vulgarité mise en ligne.

Voulait-il vraiment faire partie de ce monde ?

Cette réflexion en guise de préliminaire à une masturbation cérébrale, depuis que sa libido s'était fait la malle.

Non il n'était pas tombé bien bas.

Il s'était juste offert une aller-retour en enfer.

Il avait l'antidote, il savait quoi faire pour s'élever au-delà de son pénis bientôt mis en bière.

Il lui suffisait de choisir ce qu'il voulait mettre dans sa boîte crânienne: un peu de philosophie, un petit tour chez les artistes, Leonor Fini au programme du soir, pour faire de beaux rêves et tenter de donner un nouveau souffle à sa vie.

Une subtile odeur venue de nulle part, il suspecta son cerveau de partir en roue libre et d'improviser les contours d'un monde à lui seul intelligible.

Son désespoir tout puissant lui ouvrit en grand les portes du fantasme.

Quitte à exister, plutôt qu'à servir à rien, son cerveau produisait des effets spéciaux.

Il s'en fichait, il était en plein trip et jamais il ne redescendrait,

Certains dimanches soirs sont morbides, le sien dingue à souhait.

Dans son livre, Ralph Sarchie décrit trois étapes : l'infestation, l'oppression, la possession.

On aurait pu suspecter qu'il en était arrivé à la troisième, mais on a préféré l'interner.

Report this text