Page estivale

marivaudelle

A l'ombre brûlante du parasol de mes rêves
Laisse-moi être une page érotique de ton corps qui s'enroule, qui se déroule.
Ta peau contre ma peau éveille mes sens.
Doucement, je me déshabille, un flux de pensées inouï fait un vacarme infernal mais si délicieux.
La douceur de tes lèvres court sur ma poitrine si généreuse.
Je te touche du regard, je te touche de mes mains, la chaleur me monte.
Ma bouche transpire de l'homme que tu es, j'ai envie de n‘en faire qu'à ma tête.
D'un claquement de doigt, je te dévoile mes arguments, osés comme l'été qui résonne.
Couleurs de plaisirs sur ta chair, pourquoi résister, ne serait ce pour une nuit.
Je savoure la gourmandise que tu m'offres, à contre sens avec la fièvre sur ma langue.
Je ne retiens pas ta main qui se pose, sans aucun prétexte, sans être romanesque, sur le bombé de mes fesses.
Mes fesses qui s'enflamment sous tes caresses tour à tour délicieuses et claquantes.
Quand tes baisers éparpillés sur ma fleur se font volage, 
Je crie comme un corps de femme.
Car femme pour toi je demeure.
Peau contre peau, tu maîtrises mes cuisses luisantes de la rosée qui a perlé.
Je devine les délices de tes pensées, 
Agenouillée,
Ta gourmandise goûte mon palais,
Je perds la raison dans nos frissons,
La symphonie de nos cris, 
Les caprices de nos corps soumis peignent le décor.
Tes yeux me supplient,
Dans un silence fracassant, ma langue se noie de tes perles de lait.
Ton lait dont je me gorge.
Je crie mon plaisir à gorge déployée.
Je te montre mes envies à fesses déployées.
Je deviens une merveilleuse femme dévoyée.
Je ne saurai jamais t'en remercier.
  • Voilà déjà une bien belle façon de le remercier. Bravo et merci encore pour ce texte, savoureux et délicat, comme les autres.

    · Ago 7 months ·
    Rope

    heisenberg

Report this text