Pas de panique

Adrien Crispyn

Exercice de style.

Pépé Pierre apparaît à la porte du préfet de police de Paris qui prend le procès-verbal des paluches du précité. Apparemment, un prénommé Paul prétend avoir perdu près du parterre de pensées du père de Patrick, un impeccable pardessus apporté par un prêtre de Genève parlant parfaitement portugais. 

- Convoquez ce Paul et qu'on l'amène ici afin d'élucider cette affaire au plus vite, dit le préfet de police de Paris à Pierre, déjà prêt à partir.

« Convoquez ce bolet qu'on a ? Médicis a faim et lui a cédé sept verres au plus vite ? » répète pour lui, pépé Pierre, qui n'a pas compris. Le préfet de police de Paris prend alors son portable et parcourt son répertoire. Pouf ! Il appelle Prosper et le prie d'apporter Paul. Une plombe plus tard, Paul est aperçu en plein milieu du parterre du père de Patrick, perdu dans ses pensées (les siennes, pas celles du père de Patrick).

- Raconte-moi tout gamin, dit le préfet.

- Mon manteau, perdu. Mon manteau, perdu.

- Deux manteaux ?

- Non, 3 Suisses.

- De Genève ?

- Non, de laine superbe.

A ces mots, le préfet de police de Paris ne se sent pas de joie, il ouvre un large bec et laisse tomber sa proie...

- Tu peux partir gamin. Je sais qui est le coupable. Pépé Pierre ! Prenez la porte de droite et priez le père de Patrick de parvenir jusqu'ici. 

« Prenez la botte de droite ? Et priez l'imper de patrie. Que deux ? Part à Venise et jouxte, si ! » répète pour lui, pépé Pierre, pantois, qui n'a toujours rien compris. Prosper perçoit par chance la phrase prononcée par le préfet et part sur le champ attraper le père de Patrick. Perturbé par la perte d'un presque-parka à parure animale, Paul part de la pièce, mais soudain, paf ! le pire se présente. Pris à partie par le père de Patrick qui passait par là, Paul est prisonnier. Pâle de panique, Paul prie et se met à pleurer quand ses pupilles se posent sur l'épaule crapuleuse du pédant pas plaisant qui se présente à lui. Le préfet, prévenant, s'interpose. 

- N'est-ce pas vous, chenapan, qui prîtes le vieux manteau du jeune garçon ? 

- Je n'apprécie guère les coupes qui tranchent venues d'ailleurs et de trop d'ans d'âge. 

- Vous voulez dire, la coupe trench avec col tailleur et double boutonnage.

- Non, pas du tout.

- Mais qu'est-ce donc que vous avez là ?

- Une patte de serrage au bas des manches. 

- Charmant. 

- Non, raglan, corrige le père de Patrick avec la précision prétentieuse du prélat parvenu.

- Et ceci ?

- Une poche en biais.

- Cela vous va à ravir.

- C'est à revers.

- Bien entendu. Mais dites-moi monsieur, la description ci-avant de votre pardessus me rappelle vaguement un manteau qui était l'objet de notre discussion et ceci, antérieurement à votre tentative d'entourloupe. 

Le préfet de police de Paris s'arrête pour prendre sa respiration. Alors qu'il s'apprête à plonger à nouveau sa proie dans une pluie de palabres pour la piéger, le préfet s'approche imperceptiblement de Paul, resté pétrifié sur le pas-de-porte près des parleurs. Il aperçoit alors un col-amovible-en-fausse-fourrure-noir, pendant de la poche percée du pantalon de Paul, perclus. Il pivote et dit :

- Savez-vous monsieur de quelle couleur était le manteau du jeune garçon ?

- Je crois savoir qu'il était beige.

- C'est faux ! Il était noir, comme le vôtre aujourd'hui.

Le préfet se précipite sur Paul et prend promptement la preuve du parjure du père de Patrick. Le petit, paralysé par la peur, n'a pas pu partager plus tôt le profond plaisir éprouvé à la vue de son précieux présent chapardé auparavant par le perfide père de Patrick. 

Pris au dépourvu, le coupable, capable du pire, prend la poudre d'escampette. Il part, la ceinture à nouer sous passants, pli ouvert au dos. Puis le père de Patrick panique, perd ses repères et plouf! le préfet de police de Paris le surprend par derrière et l'harponne.

- Qui sont vos complices ? A qui profite le trafic ?

- 60 % pour laine, 20% cachemire et 20% polyamide.

- Ah c'est donc ça ! Je te relâche si tu rends le manteau au gamin, tu as compris ? Tu lui rends.

- Livré sur cintre ?

- Voilà.

Le père de Patrick opère comme prévu. Paul est ravi. Le préfet de police de Paris parade alors un peu et se prend à prononcer quelques panégyriques à sa propre personne. Pathétique.

Signaler ce texte