Pax Humana (2)

ixo

L’irrespect de la Nature

La pollution

La première pollution en termes de gravité est la pollution de l'eau. Car sans eau, pas de vie, sans eau potable, pas de civilisation.

Or, non seulement, nous polluons l'eau des rivières, des nappes phréatiques et des réserves d'eau sous forme de neiges et glaces montagneuses, mais nous polluons à tout va, bien au-delà de l'eau.

Il semble que le seul critère qui compte pour les humains soit l'hygiène de leur domicile, rejetant plus loin ce qui est sale. On peut y voir une similarité avec le comportement animal, lorsque les animaux préparent ou entretiennent leurs terriers et habitats, ils rejettent à l'extérieur ce qui n'est pas souhaité à l'intérieur.

Notre maturité intellectuelle vis-à-vis de l'écologie peut se résumer pour beaucoup à l'hygiène de l'habitat. Et ce n'est pas une écologie, c'est une hygiène de vie, comme chez les animaux.

Et nous n'avions pas besoin de préoccupations écologiques avant il y a cent ans, parce que notre impact sur l'environnement ne pouvait détruire que localement un écosystème. Par exemple, la métallurgie, la teinture des tissus et d'autres activités humaines détruisaient déjà localement la biodiversité.

La pollution est née de notre capacité à produire en masse des produits destructeurs et à les rejeter sans traitement : notre industrie actuelle ne fait que ça.

Et il semble que cela nuise à l'économie d'avoir des préoccupations écologiques, sinon pourquoi il y aurait-il eu le scandale des moteurs diesel trafiqués pour paraitre moins polluant qu'ils ne le sont ?

Il est d'ailleurs très consternant de voir toute l'immaturité du traitement d'une telle affaire, quand on sait que c'est un ingénieur qui a payé les décisions de ses supérieurs et que les populations de tous les pays ont juste écouté l'information sans même protester, ou en protestant sans se donner les moyens de faire changer le système.

 

Déjà, par nos rejets, nous détruisons la viabilité de la planète pour notre espèce et les autres. Et de plus, lorsque certains font en sorte de réguler ces comportements, les décideurs se comportent comme des enfants que rien ne peut arrêter dans leurs obsessions délirantes et qui accusent quelqu'un d'autre quand ils sont pris en flagrant délit. Tout en se serrant les coudes entre décideurs, entre enfants obsessionnels, pour que l'affaire ne fasse pas les titres de l'actualité plus d'un mois.

 

Destruction de la biodiversité

Par nos rejets polluants, nous détruisons la biodiversité, mais en plus, nous dévastons des écosystèmes pour collecter nos ressources, pour produire notre alimentation et pour notre habitat.

Et là, comme pour les moteurs diesel trafiqués, les décideurs font comme si ce n'était pas grave.

La catastrophe est si colossale que nous parlons d'une extinction massive d'espèce provoquée par l'humanité et les informations des médias nous parlent toujours de guerres, de terrorismes, de chômage, de crises économiques et de football.

Business as usual ! On fait tourner la boutique !

Changement climatique

Fatalement, à force de foncer tête baissée dans le mur, il arrive un moment où la tête touche le mur et c'est le dérèglement climatique. Il est évident pour tous sur la planète que ce dérèglement climatique a lieu : montée des eaux, disparition des glaciers …

Mais les décideurs font toujours comme si tout allait bien.

En même temps, ce sont les mêmes décideurs qui nous expliquent qu'il vaut mieux jeter la nourriture, plutôt que de perdre une vente, alors qu'il y a des populations sans sécurité alimentaire et cela, même dans les pays riches.

Guerres modernes et écologie

On ne voit pas comment avec de tels dénis, nous n'allons pas droit vers une guerre, une guerre pour habiter dans les espaces de viabilité, le peu qu'il restera après que l'immobilisme écologique en ait détruit la plupart.

Et comme les dirigeants actuels accédant au pouvoir, sur toute la planète, sont soit des fascistes soit des businessmen, on ne voit pas comment les choses pourraient changer.

Or, une guerre moderne a un fort impact sur la biodiversité même si les gouvernements et les militaires sont prêts à vous assassiner pour éviter que quelqu'un en parle.

Nous sommes donc face à un déni total des décideurs mondiaux, déni qui nous amène droit à la catastrophe et plutôt que d'appeler les pompiers parce que la maison brule, on attend qu'elle ait fini de bruler. Peut-être parce que ce n'est pas la maison des décideurs qui brule ?

Et pourtant si ! Puisqu'il n'y a qu'une seule planète !

Comment se fait-il que les décideurs se comportent ainsi ?

L'irrespect de la dignité humaine

Le modèle de pensée des décideurs était déjà dévastateur avant que nous puissions menacer la viabilité sur Terre. Il était dévastateur de la dignité humaine et il l'est toujours, puisque le sursaut démocratique des 200 dernières années semble s'éteindre sous les coups de bélier des dictateurs obsessionnels.

En effet, il semble que ceux qui considèrent l'humanité comme un bétail nourrissant l'élite au pouvoir, soit toujours ceux qui accèdent au pouvoir. Parce que les assoiffés de pouvoir se permettent des cruautés inimaginables par d‘autres, les humains sains d'esprits finissent par accepter l'esclavage de peur de mourir ou de souffrir.

Parce qu'il est naturel pour certains de réduire en esclavage les autres, « les inhumanistes » finissent par être ceux qui décident de tout pour l'humanité, même si leur accession au pouvoir n'est méritée que par leur capacité à être les plus cruels, les plus meurtriers et les plus corrupteurs.

C'est-à-dire que l'humanité est gouvernée par ceux qui sont capables de ne respecter aucune règle.

C'est-à-dire que l'humanité est gouvernée par ceux qui trouvent sain que l'humanité soit à leur merci, sans autre projet pour l'humanité que l'asservissement éternel.

Esclavagisme moderne

Nous avons atteint un paroxysme dans l'esclavagisme, avec l'esclavagisme assisté par ordinateur.

Les humains ne sont même plus traités comme du bétail, ils ne sont plus que des valeurs dans des bases de données.

En fait, depuis la mise en place de l'élevage au début des civilisations, certains humains se sont comportés de la même manière avec les humains qu'avec les animaux domestiques. Les esclaves ne sont à leurs yeux que des animaux domestiques capables de réaliser des tâches plus complexes que les animaux.

Et quand on voit comment est traité le bétail aujourd'hui, on comprend comment sont traités les humains. Tout est au service d'une élite et tout n'est qu'ustensile des projets de l'élite.

Et nous sommes tellement nombreux que lorsqu'on annonce un génocide à la télé, cela fait moins d'effet que l'annonce de l'ouverture des soldes.

Il est même possible aujourd'hui d'être débité en tranche et vendu pour ses organes pour des gens dont la vie vaut mieux que celle de la personne débitée.

Manipulation de masse

L'invention de la presse, puis des médias de masse et maintenant d'internet n'ont fait qu'accentuer l'hégémonie des élites.

En manipulant les informations qui transmettent les connaissances sur le monde, les élites maintiennent le troupeau dans l'ignorance et une culture de la haine permettant de contrôler les masses, par le « diviser pour mieux régner » notamment.

Perte des autonomies

Sauf que nous avons encore atteint un paroxysme dans les comportements abominables de l'élite, parce qu'aujourd'hui les élites contrôlent tout le quotidien de l'humanité. Alimentation, eau, information, pharmacopée, …

Très peu de personnes savent faire pousser leur alimentation, beaucoup ne savent même plus cuisiner, il n'est pratiquement plus possible de se soigner avec des « recettes de grand-mères » ...

La compartimentation des savoirs-faires a été poussé à son extrême et beaucoup ne savent plus faire que leur métier et acheter le reste. Nous sommes sous perfusion d'un système aux mains d'une minorité de la population, alors que dans les sociétés de nos ancêtres, même si les humains étaient pour beaucoup les esclaves de leur élite, ils pouvaient au moins produire leur nourriture et leur commodité de vie quotidienne.

Non seulement, il y a perte des savoirs-faires, mais ce système renforce le rôle de la monnaie qui permet que le système fonctionne ainsi. Or, il suffit que la valeur de la monnaie vacille et tout le monde se retrouve dans une situation insoutenable.

C'est une catastrophe, car s'il arrivait la guerre globale des fascismes nationaux, plus personne ne serait en mesure de subvenir à ses besoins et nous verrions un effondrement civilisationnel tel qu'il n'en a jamais existé dans notre histoire. L'humanité n'a jamais été aussi fragile.

Psychologie humaine

Ma grande question concernant l'humanité n'est pas de comprendre pourquoi elle ne parvient pas à se rebeller, puisque le système est construit pour que les humains ne puissent pas se rebeller, et même qu'ils n'en aient pas envie. Comme pour le bétail : alimentation régulière et sécurité de l'enclos.

Ma grande question, c'est comment ceux qui font partie de l'élite peuvent vouloir de telles conditions de vie pour l'humanité ?

Qu'est-ce qui change dans la psychologie des humains pour que, lorsqu'ils accèdent au pouvoir, les humains cessent toute empathie et légitiment la domestication des autres humains ?

Avec toujours une histoire comme : « Oui mais c'est vrai que ces gens là sont débiles, donc c‘est normal qu'on les traite comme des débiles et des esclaves ! »

Une première guerre globale ?

Les préoccupations de l'humanité ne sont tellement pas écologistes et sont tellement immatures, que nous voyons surgir à nouveau le spectre des dictateurs sur toute la planète : la Chine et la Russie était déjà ouvertement des systèmes où la liberté individuelle n'a aucun droit d'exister, l'Inde et sa démocratie fantoche sont, avec leur religion de caste, un système esclavagiste par la religion. Mais même au sein des démocraties progressistes et notamment les USA, les domesticateurs d'humains prennent le pouvoir.

Et on sait très bien que leur absence totale de subtilité psychologique ne peut mener qu'à la guerre.

Nous sommes donc face à une catastrophe écologique et la réaction des décideurs est de préparer une guerre en faisant accéder au pouvoir les pires des humains.

Et je dis bien « faire accéder », car si les élites n'avaient pas pour intention de manipuler les masses et donc leurs décisions démocratiques, les élites n'achèteraient pas les médias et ne feraient pas en sorte d'occuper tous les postes de pouvoir.

On fait en sorte de posséder les médias lorsqu'on veut manipuler l'information.

Risque de giga-dictature

L'horizon de l'humanité s'assombri à nouveau, et on pourrait même imaginer un nouveau modèle de dictature : la total-dictature où une élite d'un million de personne règne sur une humanité avilie.

Il suffit que l'élite ait le monopole de la technologie moderne et que les populations soient renvoyées au moyen-âge pour ce qui est de leur développement technologique, et c'est fait.

Il suffirait de dix ans pour que cela soit mis en place.

Et du coup, un contrôle total du bétail humain serait alors possible, qui laisse même envisager des humains modifiés génétiquement pour n'être que des animaux capables de tâches complexes, mais sans plus aucun libre arbitre.

Quelles garanties les élites décideuses actuelles peuvent-elles offrir à l'humanité que cela n'est pas leur projet ?

Quand on sait que nous sommes dans la même situation qu'en 1930 où une poignée d'individus ont le contrôle de tout et que les populations sont à la merci des élites et que les populations mangent dans la main des élites.

Quand on sait qu'en 1930 les élites ont fait accéder Hitler au pouvoir, aidé notamment par la famille Bush qui a gouverné par deux fois les USA ces dernières années. Cela pousse légitimement à penser que nous allons à nouveau vivre un cauchemar abominable et ce, uniquement afin de permettre à certains psychopathes de vivre leurs lubies de domination.

Un Rwanda planétaire

Qu'est-ce qui, dans les comportements actuels des élites, pourraient empêcher un évènement comme celui qui s'est passé au Rwanda en 1994 ?

Les élites possèdent tous les moyens de créer cette horreur et rien ne peut nous garantir d'une part, qu'elles n'en ont pas la motivation, au vu de quel genre de personnage accède au pouvoir actuellement, et d'autres part, rien ne nous garantit qu'elles soient en mesure de l'empêcher, puisqu'elles sont bien mieux outillés dans le « diviser pour mieux régner » que dans le « aimer vous les uns les autres ».

 

  • Bravo, belle démonstration, redoutablement convaincante et étayée. Il est vrai que notre capacité d'agir est limitée, tant il est difficile de trouver la volonté et les moyens de minimiser notre impact sur les écosystèmes. Il existe pourtant des façons d'agrader notre milieu (en opposition à la dégradation que nous peinons tant à réduire), et quelques humains en sont conscients et passent à l'acte. Cela suffira-t-il ?
    Peu probable que ces initiatives fassent le poids vis à vis de la machinerie implacable mise en place avec notre soutien pas toujours éclairé.. Par conséquent, que nous reste-t-il comme leviers au niveau individuel ou micro-local pour infléchir cette tendance ? Aucun je pense. Et donc je m'en tiens à faire de mon mieux au quotidien, en tenant compte des enjeux globaux, sans penser que ça pourrait changer le monde, juste en me disant que sur mon lit de mort j'aimerais croire que j'ai trouvé ma place et que je l'ai habitée de façon vivante. Mais peut-être que je me trompe.

    · Ago about 1 month ·
    Default user

    martinet

Report this text