Pax Humana (3-3)

ixo

Répartir le travail autrement

Le nouveau contrat social en détail

L'économie penta-sectorielle : structuration

L'objectif d'une telle répartition est de mettre tout humain à l'abri du besoin, que ce besoin soit vital ou qu'il soit de disposer des services de la civilisation. Et cela a aussi l'avantage de libèrer les secteurs innovants du poids de devoir financer le fonctionnement de la civilisation.

En libérant une partie de l'économie des tensions liées aux intérêts privés, on facilite le travail décisionnel collectif et on évite tous les problèmes de corruption ou de non respect de la loi. En effet, la grande majorité des problèmes de non respect de la loi sont dus à des personnes qui font passer leurs intérêts avant ceux de la société et souvent au dépend même de la société.

Comment ça marche ?

Chaque humain au moins quatre travails, voire un cinquième.

Ces activités sont réparties par trimestres et la répartition est anticipée à l'année, quand c'est nécessaire.

Ainsi, l'on peut être actif dans deux secteurs pendant un trimestre, puis deux autres le suivant, puis quatre le suivant, puis trois, etc.

Les activités des quatre premiers secteurs sont non lucratives, on ne peut en tirer profit. Seules les activités du cinquième secteur permettent de dégager des profits. Toutes les activités sont sur le modèle libéral, donc elles ne sont pas le fruit d'une planification étatique, mais le fruit d'une auto-organisation sociétale comme l'est le modèle libéral actuel.

Il y a les activités libérales sans profit, dont on ne peut tirer qu'un revenu fixe et dont les excédents bénéficiaires sont reversés à des banques d'investissement qui sont aussi des organismes sans profit, ni pour la personne physique ni pour la personne morale.

Il y a les activités libérales avec profit, qui fonctionne comme une entreprise d'aujourd'hui. En revanche, elles seront bien moins taxées voire pas du tout, puisque l'impôt dans ce modèle économique est payé par le travail direct.

Les activités et les métiers des quatre premiers secteurs sont gérés territorialement à savoir à l'échelle de la région ou de la province ou de l'état, selon le terme utilisé dans chaque nation. C'est l'échelle de la décision des lois, mais pas l'échelle de l'exécutif et ni du judiciaire qui restent elle nationale. Ainsi, vous pouvez faire appliquer des lois ou juger des faits selon la loi, pour des lois qui ne concernent pas votre territoire. Cela permet une distance intellectuelle qui renforce l'impartialité.

Le premier secteur d'activité

C'est le secteur des activités vitales, c'est-à-dire des activités qui garantissent de pouvoir vivre : manger, boire dormir, respirer, uriner, déféquer, avoir un logement, avoir des soins et avoir une éducation.

Ce secteur d'activité comprend de produire la ressource, de la transformer, de la stocker, de la distribuer, de la mettre à la vente et de fournir un service consommateur et tout autre service lié, comme la surveillance des normes de sécurité et de santé.

Pour ce qui est de la nourriture, cela inclut donc toute activité lié à la nutrition à l'exception de la restauration exceptionnelle, comme ce qui est appelé « grand chef », cette activité faisant partie du cinquième secteur d'activité. Ainsi un grand chef pourra travailler dans la restauration pour son activité du premier secteur, mais il n'est pas obligé, il peut aussi travailler ailleurs dans le secteur primaire.

Pour ce qui est des soins, cela inclut toute activité de prévention et de traitement des maladies et disfonctionnements psychologiques et physiques. Y sont inclus toutes les pathologies non exceptionnelles, les cas rares ou très difficiles à traiter font partie du cinquième secteur d'activité, dans la partie recherche médicale.

Pour ce qui est du logement, cela inclut tout logement de résidence principale ou tout logement d'appoint lié aux activités. Tout logement secondaire est du domaine du cinquième secteur d'activité, ainsi que le domaine de l'hôtellerie. Les métiers de ce secteur incluent la construction et la maintenance des logements principaux, ainsi que les métiers de l'achat et de la vente, tout le monde étant propriétaire de son logement principal.

Pour ce qui est de l'eau (collecte, approvisionnement, traitement), tout y fait partie de ce secteur d'activité. L'eau ne peut faire l'objet d'une activité lucrative.

Pour ce qui est du traitement des urines, défécations et respirations (pour les activités en vase clos comme le minage de profondeur ou les activités spatiales), tout y fait partie de ce secteur d'activité. La mise à disposition dans les espaces publics de ses services et le traitement de ces déchets biologiques ne peut pas faire l'objet d'une activité lucrative.

Pour ce qui est de l'éducation, ce secteur d'activité comprend toute l'éducation de la naissance à l'âge adulte, ainsi que toutes les formations aux métiers des quatre premiers secteurs d'activités. La formation aux métiers du cinquième secteur d'activité appartient au cinquième secteur d'activité.

Ces métiers sont effectués par des entreprises libérales non lucratives. Ces activités étant non lucratives la production redeviendra locale ipso facto, puisque la globalisation de ce secteur n'est lié qu'à la volonté de certain de contrôler toute l'économie pour des soi-disant économies d'échelle qui ne servent que certains et non le bien commun.

Le second secteur d'activité

Ce sont les activités qui font une société, une civilisation : le bien vivre ensemble, la gestion du territoire, du travail, de la monnaie, de l'information, des infrastructures de transports, des déchets et du recyclage, ainsi que tous les services et travaux liés. C'est dans ce secteur d'activité que sont gérées les activités législatives, celles qui gère la création de la loi et des normes.

Ces métiers sont administrés par des entreprises de type « agences de travail intérimaires » qui répartissent le travail en fonction de critère de proximité géographique et de compétences. Elles fournissent un salaire unique, ainsi le travail n'est pas effectué pour des raisons de profits, mais pour des raisons de nécessités sociétales.

La mise à disposition, la maintenance et l'entretien de locaux pour les activités des quatre premiers secteurs sont gérés par ce secteur d'activités, ainsi que toutes les infrastructures nécessaires aux activités sociales libres d'usage.

Les métiers de l'information liés aux quatre premiers secteurs d'activités sont gérés par le deuxième secteur d'activité, les métiers de l'information au sujet du cinquième secteur d'activité sont gérés par le cinquième secteur d'activité.

Les banques dont le rôle est la gestion de la monnaie, sont des activités non lucratives à tous les étages de l'activité. Les monnaies sont non spéculatives et l'existence de crédit doit être à taux zéro obligatoirement. Les monnaies locales qui payent les activités des secteurs un, deux et trois, comme la monnaie internationale qui paye les activités des secteurs quatre et cinq, sont administrés par des banques non lucratives.

La monnaie est une valeur d'échange, pas une ressource, elle sert à faciliter les échanges et ne peut pas servir de levier d'ajustement économique, ni de source d'enrichissement privé.

Le troisième secteur d'activité

L'énergie : production, distribution, construction des infrastructures et maintenances.

L'énergie est la clé de la civilisation moderne, ainsi son approvisionnement est des plus stratégiques et il est des plus important que le plus de personnes possibles soient capables d'intervenir pour construire et réparer les infrastructures.

Et il sera beaucoup plus simple de penser une production d'énergie non polluante s'il n'est plus possible de tirer profit de cette activité.

Ces métiers sont effectués par des entreprises libérales internationales non lucratives.

Le quatrième secteur d'activité

La sécurité : tous les services de sécurités, y compris les services de rôle exécutif d'une nation et les services judiciaires.

Et par sécurité est entendu tous les types de sécurité nécessaires à une société, allant de la surveillance de baignade, à la sécurité des matériaux dangereux, en passant par les forces de polices, la sécurité du trafic aérien, routier, naval jusqu'aux forces d'intervention anticriminelle et les services d'intervention des catastrophes naturelles, écologiques ainsi que les services de pompier.

La gamme de métier est suffisamment vaste pour que chacun puisse participer.

Ainsi nous avons une société faite de citoyens qui savent ce que c'est que d'être responsable et cela évite tous les comportements infantiles de rejet de l'autorité. Chacun étant obligé d'y participer, il aura l'occasion de se rendre compte à quel point il est « facile » de travailler dans ce secteur. Et ce que cela signifie réellement que d'être responsable de la sécurité d'autrui.

Et certaines de ces activités étant stressantes, cela permet de faire reposer la charge du stress sur davantage d'épaules.

Cette activité bien que sans profit est payée en monnaie internationale, cette activité garantie à chacun de disposer d'une source de revenu en monnaie internationale.

Ces métiers sont effectués par des entreprises publiques non lucratives, régionales ou nationales.

 

Le cinquième secteur d'activité

Le cinquième secteur d'activité n'est pas un secteur à salaire unique, il permet une activité lucrative. En effet, les humains sont à la fois des êtres sociaux et égoïstes.

La condition humaine nous oblige à partager le travail, mais la psychologie humaine fait que nous aimons aussi nous distinguer, que nous apprécions de faire valoir notre mérite.

Ainsi la cinquième activité permet à chaque individu de briller en société et d'en tirer bénéfice.

En ayant prouvé par son travail dans les quatre premières activités qu'il a payé son tribut à l'humanité, chaque humain est désormais libre d'être égoïste sans nuire aux autres.

Le cinquième secteur d'activité étant celui lié au développement de l'humanité, par les arts, les sciences, la spiritualité et les loisirs, chaque individu pourra briller par son mérite dans des activités qui finissent de toute manière par améliorer le bien commun. Ce secteur d'activité inclut toutes les activités connexes à l'activité principale, comme la construction d'infrastructure, la gestion de l'information, la construction des outils et équipements etc.

 

Le cinquième secteur d'activité est optionnel car non seulement certains humains n'ont pas ce besoin de briller en société, non seulement certains humains à certaines périodes de leurs vies ne se sentent pas aptes à relever des défis et d'autres parts, la vie parfois nous demande de disposer de temps libre, soit parce que nous avons quelque chose de difficile à vivre à un moment donné, soit parce que nous avons besoin de temps libre pour nous-mêmes, sans qu'il soit besoin de le justifier davantage.

Pour le domaine des sciences et de la spiritualité, il convient de cadrer les activités par des règles éthiques qui anticipent autant les docteurs Frankenstein que les gourous imposteurs.

 

L'économie penta-sectorielle : modalités économiques

Afin de permettre à ce système d'être difficilement corruptible, il convient de le cadrer dans des principes simples qui évitent les brèches actuelles.

Tout d'abord, ce système repose sur un salaire unique pour les quatre premiers secteurs d'activité. En effet, le système actuel basé sur l'enrichissement personnel n'amène que corruption et abus divers. Comment faire confiance à une entreprise quand la motivation de ses dirigeants est l'enrichissement personnel ?

Aujourd'hui, certains sont producteurs de nourriture ou de médicaments et leur motivation première est l'enrichissement personnel, ce qui amène tous les scandales que nous connaissons et tous les scandales que nous ne connaissons pas, car les accumulateurs de richesse sont experts dans l'art de s'entraider pour être toujours plus riches quitte à ne pas respecter les lois.

Alors certes, un système économique basé sur l'intérêt privé reflète une partie de la nature humaine, mais la nature humaine ne se résume pas à son égoïsme, elle est aussi la capacité à évoluer et à s'entraider. C'est pourquoi, je pense qu'il est bon de créer une société basé sur une image positive de l'humanité afin de ne pas l'enfermer dans une image négative.

 

Un salaire unique permet d'éviter certains travers de notre société où il suffit d'être très riche pour ne pas avoir à craindre la loi.

Les quatre premières activités sont donc conduites comme aujourd'hui, mais réparties en quatre emplois pour chaque humain et un salaire unique pour chacun des quatre emplois. Il ne s'agit pas d'un communisme mais d'un libéralisme sans profit.

Pendant presque l'entièreté de l'histoire de l'humanité, l'économie a été aux mains d'une élite possédant à la fois la majorité des biens et la majorité des décisions. C'est ainsi qu'est né le libéralisme, la volonté de la libre entreprise.

Or, dans le système ultralibéral actuel, il n'y a plus de liberté d'entreprendre puisqu'à nouveau, une élite s'est accaparée toutes les richesses et les pouvoirs décisionnels, nous ramenant à la case départ, ruinant ainsi la capacité de chacun à entreprendre puisque les parts de marchés sont aux mains de bien peu de personnes. Comment peut-on entreprendre quand les parts de marchés sont déjà prises par les plus grands conglomérats ?

Or, la liberté d'entreprendre est nécessaire à la fois à l'épanouissement individuel par la prise de responsabilités et d'initiatives, mais aussi à l'épanouissement sociétal grâce à ce que chacun est porteur de sa propre vision du monde et donc, de sa propre capacité à innover et à trouver des solutions aux divers problèmes et obstacles de l'humanité.

Un système à salaire unique permet toujours à tous une flexibilité pour gérer leurs priorités : ceux qui mettent leurs priorités dans un logement spacieux mettent davantage de leur revenu dans ces dépenses que dans les autres, ceux qui priorisent une nourriture de qualité de même, etc …

Chaque activité des quatre premiers secteurs (besoins vitaux, besoins sociétaux, énergie et sécurité) offre donc à chacun un salaire fixe.

L'économie penta-sectorielle : modalités financières

Il conviendrait de disposer de deux monnaies : une monnaie locale, par territoire administratif, pour les activités liées aux besoins vitaux, aux tâches sociétales et à l'énergie. Et une monnaie internationale liée aux activités de sécurité et du cinquième secteur d'activité.

La monnaie locale ne permet de payer que les fruits du travail de ces trois secteurs d'activités, ceci afin d'éviter que les mafias et les dominateurs ne puissent la subtiliser et corrompre. Cette monnaie est une monnaie d'échange strict, sans possibilité de spéculation et dans une version totalement numérisée, elle peut aussi être nominative afin d'éviter encore une fois, qu'elle soit subtilisée ou accaparée par les experts de la manipulation.

La monnaie internationale est gagnée par le travail de sécurité, obligatoire, ce qui garanti que tout individu puisse jouir des activités achetables dans le cinquième secteur. Et comme le cinquième secteur d'activité est optionnel, chacun dispose tout de même d'une source de monnaie internationale.

La propriété privée

Cette notion est déjà bousculée par notre capacité à produire en masse beaucoup de choses. Quelle est la valeur d'une chose si ce n'est sa rareté ?

Je pense donc que cette notion va beaucoup évoluer dans les décennies à venir. Mais de toutes manières, l'humanité est matérialiste et même les plus spirituels sont attachés à des biens matériels. A quoi servirait-il de créer un système qui ne respecte pas la nature humaine ?

Je pense donc que la propriété privée restera une valeur essentielle, en revanche, c'est son champ d'application, son territoire qui va évoluer.

A mon sens, s'il y a bien un endroit qui légitime la propriété privée c'est sur la possession de certains biens. En effet, il est facile de constater que beaucoup sont incapables de respecter ce qui ne leur appartient pas, voire certains sont mêmes incapables de respecter ce qui leur appartient. C'est pourquoi, si chacun possède certains des biens matériels, chacun est responsable de leur entretien. Si vous n'êtes pas capables de respecter vos biens matériels, soyez celui qui doit en payer les conséquences.

C'est pourquoi, même dans un système à salaire unique, il me semble bon que chacun soit propriétaire de son logement, de son véhicule, de ses outils et de ses biens de consommations, ainsi ce n'est pas à la société, donc aux autres, de payer la négligence de certains.

L'économie penta-sectorielle : cas particuliers

Cas particuliers 1

Le salaire de la première activité est garanti sans autre condition, ainsi cela permet à chacun, même aux usurpateurs, de disposer au moins du minimum vital.

En effet, il y a, et je pense qu'il y aura toujours, des gens experts à faire leur maximum pour ne pas travailler. Il est bon de ne pas les ostraciser totalement, en leur fournissant le minimum vital qui garantit qu'ils n'aient aucune raison valable d'en vouloir à la société.

En leur garantissant le minimum vital, la société les met devant leurs responsabilités : s'ils n'ont que le minimum pour vivre, c'est leur faute puisqu'ils ne respectent pas le contrat social.

Ainsi les quatre premières activités sont obligatoires, mais il est anticipé une flexibilité pour les usurpateurs experts dans l'art de ne pas payer leur tribut communautaire.

Cas particuliers 2

Il existe aussi des individus inaptes au travail par naissance ou suite à un accident. D'une part, il est bien évident que ces individus ne doivent pas être mis à l'écart de la société (ne fait pas à ton prochain ce que tu ne souhaiterais pas qu'on te fasse) et d'autres parts, il convient de chercher les moyens de les faire participer autant que possible. En effet, parmi ceux qui sont incapacités, bons nombres souhaiteraient participer au travail collectif malgré leur handicap.

Il n'y a que dans un système sociétal basé sur la domination et la brutalité qu'on peut accepter de les mettre à l'écart. Ce qui est le cas dans tous les systèmes sociétaux actuels partout sur la planète.

L'économie penta-sectorielle : avantages

Création d'emploi

Dans cette organisation économique, la création d'emploi est totalement inutile. En effet, le travail est réparti entre tous, empêchant de facto la possibilité de chômage. Chacun fournit sa quotte part de travail dans chaque secteur d'activité, il n'y a donc ni pénurie d'activité possible ni chômage possible.

Les sociétés ne sont donc plus guidées par la création d'emploi, mais par la bonne répartition des tâches, par les économies d'échelle et l'optimisation de chaque tâche.

La civilisation humaine, par une optimisation de la répartition des tâches, par une optimisation de la réalisation des tâches, par la suppression des doublons productifs et par la fin du pompage financier des élites, va permettre une totale libération du temps pour chaque humain qui ne peut l'amener qu'à s'éloigner toujours plus de son animalité primitive en ayant le temps de se consacrer à ce qui fait de nous l'humanité, une espèce capable de bien plus que de satisfaire ses besoins primordiaux, une espèce capable d'avoir d'autres ambitions que la protection d'un territoire et l'entretien d'une élite junky de toujours plus de pouvoir.

Elévation spirituelle

Cette nouvelle répartition du travail implique donc que chaque individu participe aux tâches vitales, aux tâches sociétales, aux tâches de sécurité et d'approvisionnement en énergie.

Cela permet d'éduquer un citoyen responsable et plus apte à participer aux décisions communautaires.

En effet, en participant à plusieurs activités, chaque citoyen est responsabilisé davantage qu'aujourd'hui, ce qui augmente sa confiance en lui-même.

En se rendant compte par l'expérience qu'il n'est pas moins capable qu'un autre, l'individu ne s'enferme pas dans une image réductrice de lui-même, ce qui est une véritable plaie, car ceux qui se pensent inférieurs ont tendances à chercher des protecteurs, inutiles s'ils ont confiances en eux. Et comme les protecteurs sont souvent des usurpateurs, « ceux qui n'ont pas confiance en eux-mêmes » les nourrissent et les font proliférer seulement par manque de confiance en eux-mêmes.

Un bon moyen de tuer l'hydre est de l'affamer.

De plus, en participant à plusieurs activités, l'individu acquiert davantage de connaissances sur le monde et la société, ce qui fait de lui un meilleur citoyen puisqu'il est ainsi plus apte à comprendre les enjeux et défis des décisions politiques.

De plus, cette répartition du travail permet aux humains de s'exprimer au mieux de leur potentiel tout en disposant d'un filet de sécurité sociétal. Dans nos sociétés actuelles, la grande majorité des humains sont enfermés dans un travail qui ne leur permet pas d'exprimer leurs potentiels. La créativité des humains est gigantesque et pourtant ils sont réduits à n'être que des opérateurs techniques, ce qui bride et fait faner leur potentiel.

De plus, en garantissant à tous une justice élémentaire sur les nécessités premières, on peut autoriser chacun à jouer à des jeux plus ambitieux, sans nuire ni aux autres ni à la société, ni à la nature.

De plus, grâce à cette répartition du travail, il n'est plus besoin de taxe ni d'impôt, puisque chacun fournit sa part de travail pour que chaque élément de la civilisation soit construit ou entretenu. L'impôt est donc payé par le travail direct. C'est donc un système qui diminue de beaucoup la capacité de certains à échapper à leurs devoirs, en ne payant pas l'impôt.

L'idée n'est donc pas de brider ou d'enfermer les humains dans un cadre strict, mais de les obliger à prouver leur loyauté envers l'humanité par le travail ce qui, à la fois, leur garanti de pouvoir disposer du minimum de civilisation et à la fois les autorise à jouir d'une liberté mature.

« Prouves ta loyauté et tu seras libre d'être qui tu souhaites ! »

Disparition ou réduction de la nocivité des élites

Autre avantage : étant donné que nul n'est dispensé des quatre premières activités, il n'y a plus génération d'une élite qui finit toujours par croire qu'elle est supérieure aux autres humains, voire qu'il lui est autorisé de se comporter de manière immonde, comme si faire partie de l'élite, c'était devenir un être supérieur.

Si la constitution d'une élite est irrémédiable à l'humanité, cette élite n'aura plus les moyens de tout s'accaparer et sera donc moins dangereuse pour la société et la biodiversité.

Innovation

Par cette organisation du travail, l'innovation va être fortement libérée. En effet, aujourd'hui pour pouvoir innover, il faut disposer d'argent pour payer son activité, ce qui bride énormément l'innovation puisque l'élite s'accapare toujours le maximum de finance.

Ce qui implique que c'est l'élite financière qui décide quelles seront les innovations financées, alors que leurs critères premiers ne sont pas la valeur de l'innovation mais sa capacité à assurer un retour rapide sur investissement.

Grâce à cette organisation du travail, chacun pourra innover plus activement, car aujourd'hui lorsque vous recevez un salaire, il vous sert à payer tous vos besoins et vos envies.  Avec un tel système, chaque emploi pourvoit à une des nécessités humaines :

Pourvoir à ses nécessités primordiales, grâce à son travail dans le premier secteur d'activité. Pourvoir aux besoins sociétaux en participant au deuxième secteur d'activité, participer à la production et distribution d'énergie avec le troisième secteur d'activité et pourvoir à la sécurité grâce au quatrième secteur d'activité.

L'énergie n'en devient pas pour autant gratuite, car lorsque les choses sont gratuites, beaucoup les gaspillent. Mais chacun reçoit la rémunération qui lui permet de payer sa consommation d'énergie.

Travailler dans une entreprise innovante ne coutera donc pas le même salaire aux employeurs. Le seul salaire que devra verser l'employeur sera un salaire pour le travail strict dans l'entreprise, puisque chacun disposera déjà, par ses autres emplois, de sources de revenu pour chacun de ses besoins.

De plus, bons nombres d'innovation ne demande que d'avoir du temps de réflexion puisqu'elles sont souvent une réorganisation de procédé productif. Ces innovations ne sont aujourd'hui pas valorisées car personne ne veut financer une innovation qui ne génère pas de bénéfice.

D'autres parts, bons nombres de recherches scientifiques ne demandent pas non plus de matériels et n'amènent pas non plus de bénéfices financiers, alors qu'elles amèneraient des bénéfices sociétaux.

Le système d'investissement financier actuel est un système qui bride l'innovation et la recherche, puisque les investisseurs ont besoin d'un retour sur investissement. Avec un le nouveau système économique, tout le monde étant déjà à l'abri du besoin, tout le monde sera libre de s'investir dans l'innovation, sans qu'il soit besoin que cela soit rentable financièrement.

Le temps libre dégagé pour tous, devenant la source de la capacité innovatrice et créatrice de nos sociétés.

Economies d'échelle

Cette organisation du partage du travail va permettre des économies d'échelle guidées par l'efficacité et non la rentabilité. Les économies d'échelle sont importantes à réaliser puisqu'elles visent à ne pas augmenter la charge de travail inutilement et à réduire les doublons productifs.

Les économies d'échelle ont une mauvaise réputation aujourd'hui, puisqu'elles ne visent pas le bien commun, seulement l'enrichissement d'une élite. Et elles détruisent l'emploi sans qu'il soit proposé de source de revenu alternative, mettant ainsi en danger des personnes et par voie de conséquence, la paix sociale, car les gens dans le besoin fournissent de bonnes recrues pour les faiseurs de guerre.

Dans cette nouvelle économie, les économies d'échelle permettent de réduire la charge de travail au bénéfice de tous, ce qui libérera du temps pour le cinquième secteur d'activité ou pour la dilettante, puisque ce secteur d'activité est optionnel.

S'assurer que tout le travail soit effectué

C'est et ce sera toujours la clé de toute civilisation.

Afin d'optimiser au mieux cette tâche, je propose de mélanger deux fonctionnalités déjà présentes dans les sociétés humaines actuelles : le travail intérimaire et les systèmes informatiques de gestion territoriaux.

Grâce à l'informatisation, nous pouvons très facilement organiser la logistique et la répartition du travail. Tout le monde devient intérimaire, en ayant quatre activités d'intérimaire. La répartition des activités est dirigée par l'efficacité, à savoir l'affectation de la meilleure ressource humaine pour chaque tâche et l'affectation de la ressource humaine la plus immédiatement disponible.

 Cette organisation renforcera le travail local, évitant aussi de transformer la vie de certains en nomade du travail ce qui les empêche de pouvoir construire une vie sociale. Et cela diminuera de beaucoup aussi le transport de marchandises qui est une des sources importantes de pollution.

Dans une telle organisation du travail, la formation permanente est clé au bon fonctionnement sociétal. Ce qui pourrait permettre aux seniors de trouver une place dans la société, par la transmission de leur connaissances. Une nouvelle manière de penser le paiement des « retraites ».

 

Grâce aux améliorations technologiques, nous allons en plus être capables de réduire drastiquement la quantité de travail nécessaire à chaque activité, permettant de doubler voire tripler les effectifs affectés afin de s'assurer que chaque tâche est effectuée.

Les trois origines de la nuisance au bon accomplissement du travail sont les fainéants, les dominateurs et les incapables.

Les fainéants auront la sécurité d'un revenu minimum et ne nuiront pas à la société par leurs inefficacités. De plus, comme la cinquième activité est optionnelle, ceux qui ne sont que des fainéants passagers, auront la garantie du droit au temps libre.

Les dominateurs, ceux qui cherchent à faire partie de l'élite pour avoir des esclaves qui font le travail à leur place, se retrouveront dans une société qui ne permet pas la création d'une élite, en tout cas, pas d'une élite nuisible aux besoins essentiels de l'humanité. Les dominateurs sont des fainéants qui veulent, en plus, jouir des conforts les plus luxueux. Une vraie plaie pour l'humanité, car ils sont capables de comportements bien vils pour arriver à leurs fins, comme les mafias, par exemple.

Les incapables pourront toujours être éduqués, voire soignés psychologiquement puisque, souvent, les incapables sont des personnes qui n'ont pas confiance en eux, résultat d'une éducation parentale ou d'une société de domination qui cherche à écraser les individus pour mieux les exploiter.

L'écologie

J'aborderai cette manière de vivre dans le monde, dans le chapitre de l'instauration de la civilisation humanité, car les freins à l'écologie sont tous nos comportements liés aux héritages de nos ancêtres et ils seront traités ci-après.

L'écologie recouvre au moins trois manières : le recyclage, la non-pollution et le respect des écosystèmes.

Je ne pense pas qu'il soit possible de créer des systèmes respectant la nature quand nous vivons dans des systèmes politiques et moraux qui ne respectent déjà pas la dignité humaine.

La clé de voûte de l'écologie se nomme « Terre Sanctuaire ». En effet, nous ne disposons que d'une seule planète et elle en devient donc Terre Sacrée et doit être traitée comme telle.

Un nouveau paysage sociétal

Ainsi, dans la Civilisation Humanité du Système Solaire, il n'y aura plus d'artistes, de politiques, d'économistes, d'artisans, de fonctionnaires …

Tout le monde ayant plusieurs activités, l'humain n'est plus enfermé dans une profession qui l'étrique ou lui fait croire qu'il est supérieur ou inférieur aux autres.

Les humains sont avant tout des humains, avant d'être quelqu'un qui fournit un travail. Dans une telle société, une fois bien rodée, une fois toutes les économies d'échelles réalisées, nous pourrons tous jouir d'un temps libre inimaginable aujourd'hui.

Un monde qui permet enfin de se débarrasser des élites qui ne sont bonnes qu'à créer des guerres et des tensions inutiles par leur volonté de tout dominer et d'avoir toujours plus de pouvoirs.

Un monde qui permet tout de même de briller en société mais sans nuire aux autres.

Un monde qui créé un filet de sécurité civilisationnel.

Un monde qui permet l'unité humaine.

Un monde qui renvois les comportements belliqueux et de domination, à un monde du passé, à un monde obscur et néfaste dont il est temps de se débarrasser.

Dans un système où les activités essentielles de l'humanité sont à l'abri des instincts prédateurs des humains les moins matures spirituellement, chacun est garanti de disposer de tout ce qui est nécessaire au quotidien.

Et chacun est le garant de la liberté de l'autre.

Chacun est le garant de la Pax Humana.

 

Ce qui est difficile lorsqu'on cherche la justice sociale, c'est que les humains ont des maturités spirituelles très différentes.

Il m'a donc paru essentiel de stabiliser l'humanité en donnant à chacun la possibilité de disposer de toutes nécessités, de forcer chaque humain à prouver sa loyauté envers la civilisation humanité en prouvant qu'il donne sa part juste de travail, le tout, afin de libérer l'humanité dans les activités les plus spirituellement élévatrices : les arts, les sciences, les spiritualités, la vie sociale et les loisirs.

Puisque ce qui fonde une société est la répartition du travail, la seule morale légitime est la juste répartition du travail et de ses fruits. Il devient donc sacré que chacun prouve sa loyauté envers l'Humanité en effectuant sa quotte part de travail et il devient donc tout aussi sacré qu'en juste rétribution, chacun dispose de temps libre en juste proportion.

L'objectif étant de créer une civilisation où il est bon de pouvoir compter sur chacun afin d'en finir avec ces civilisations où il vaut mieux être quelqu'un dont on doit se méfier.

Créer une civilisation où être honnête n'est pas synonyme de stupidité, pour en finir avec ces civilisations où l'on voue un culte à ceux qui sont parvenus à s'enrichir le plus, à des civilisations dominées par ceux qui sont le plus experts à ne pas respecter les règles de vies communes.

 

Chers humains, ce monde est à notre portée, il est au bout de nos doigts, il ne demande que le courage, la patience et la détermination de le construire.

 

 

Report this text