Place des Amandiers

azraelys

C'est un endroit que j'aimais beaucoup visiter lorsque j'étais en Guyane.

À la place des amandiers,

Sous les feuillages verdoyants,

Les silhouettes fondent sous les rayons brûlants , 

Où chacun voit ce dont il a besoin. 


Assis sur des bancs,

Face à un océan asséché

Que la mangrove dissimule,

Il y a ces gens.


À la place des amants liés,

Des corps et des baisers

S'échangent entre gamins

Qui ne croient plus à demain.


À la place des amants niais,

Ni dieu, ni maître.

Que des enfants du paraître,

« Des adultes », qu'ils disaient.


À la place des incendiés,

Il n'y a plus d'amandes à ramasser,

Que des tas de feuilles mortes

Et des souvenirs qui insupportent. 


Report this text