Pour sa Morgane

Taner Kaymak

j'arrive pas l'oublier...

Il n'a pas d'arme mais une plume qui s'acharne…

Sans état d'âme, quand il parle d'elle son cœur flâne…

Pour une dame ou l'inspiration ne connais point la panne…

Tony klam, meurs en silence, mais dans l'écrit pour elle plane…

 

Sa dulcinée il l'a gravé dans son cœur qui encore trépane…

Il n'ose revenir vers elle, mais il vit encore pour sa morgane…

En direction la morgue comme dirige une bergère des ânes…

Son amour a fait de lui un être de la souffrance un toxicomane…

 

Au côté son aimer il se voyait comme le plus heureux ayant sa courtisane…

Encore ensorceler par son passer enfanter, son slam sans cesse la profane…

Vivant pour elle, repensant à ses « j'aime » plus question d'être un gentleman…

Il tient à peine debout,  plus l'ombre de lui-même, c'est-à-dire à l'anglaise un man…

 

il culbute et bute sur son passer n'ayant point de but, n'arrivant pas à oublier celle qui l'appeler « ma gitane… »

Admiratif de son aimer, son cœur la rétorque parlant de la morgue ou son amour avec ou sans  rempli de  chicane…

Encaissant les caprices de sa bienaimée il céda la délaissant par contre cœur après répétition de tant de diane…

Purgeant à ce jour un cœur souiller de sang à pleurer, n'oubliant pas celle pour qui ses pensées n'arrive pas à la dédouane…

 

Signaler ce texte