Pourquoi vous n'êtes PAS Charlie

riatto

Ce texte pointe un détail très précis concernant la forme qu'a prise un élan de sympathie spontané et parfaitement naturel : la confiscation/simplification du langage/message au profit de l'émotion immédiate et de l'identification sans recul.
Aujourd'hui il y aurait déjà tant à ajouter, mais d'autres l'écriront sûrement mieux.


***


Non vous ne l'êtes pas, ni moi non plus.

Et personne, en dehors des douze victimes de cet effroyable assassinat, personne n'est Charlie.

La raison en est simple, c'est que Charlie est mort, tandis que vous, si vous lisez ces lignes, vous êtes vivants. Par pitié...

Oh je sais ! Il fallait réagir le plus vite possible, organiser des veillées, des marches, des manifs, des fils à suivre, des pages facebook, pour hurler son indignation, sa stupeur, son effroi et surtout son émotion, bien canalisée par de nouvelles formes linguistiques empruntées au nouvel ordre grammatical.

Il fallait rendre hommage, se réunir, tout déballer, exhibition !

Un hommage est un acte posé, réfléchi, un recueillement respectueux, pas une mascarade digne du Ice Bucket Challenge !

 

Alors de voir ces millions de gens se laisser confisquer toute possibilité de langage et de pensée, les voir brandir ce #JesuisCharlie sans réfléchir une seule seconde au sens de ces mots m'a presque autant terrifié que l'attentat lui-même.

Je dis bien presque.

 

D'où sort donc cette énième émanation de la novlangue décérébrée que l'on s'est empressé de répandre comme une traînée de sottise ?

Comment ne pas s'indigner face à cette prise d'otage du sens et du langage qui, en quelques heures à peine, nous a confisqué toute nuance, tout sentiment, toute différenciation, tout sens des réalités ?!

 

Vous n'êtes pas Charlie et je ne suis pas Charlie !

 

Je suis vivantconscient de la tragédie qui vient de se jouer sous mes fenêtres.
Je refuse que l'on me projette dans ce monde ou identification et empathie ne sont plus qu'un seul et même mot. Je refuse que l'on m'arrache le sens profond des mots.

Je refuse d'abandonner mon identité pensante au profit d'un phénomène de réseau social dont la stupidité et la violence ne tiendraient pas en 140 signes.

 

On aurait pu écrire " je soutiens Charlie " ou même " je pleure Charlie " ou que sais-je encore ? Mais non !

Il a fallu que passe par là l'abominable monstre de la pensée en barquette venue d'outre-atlantique (eh oui).
Il a fallu que l'on invente un écho barbare aux formules #Iamquelqu'un ou #Wearequelquechose.

Il a fallu qu'en plus d'un assassinat qui m'a sans doute choqué autant que vous, on nous confisque jusqu'à la faculté de réagir en Hommes pensants et vivants.

 

Je ne suis pas Charlie car je suis vivant et que j'ai bien trop de respect pour les disparus. Je ne suis pas Charlie car je place en bien plus haute estime le recueillement sincère et la douleur muette face aux disparitions brutales et injustes. Je ne suis pas Charlie car je pense qu'il existe encore une frontière entre ces deux états que sont la vie et la mort, et que cette frontière fait de moi un être humain conscient du monde qui l'entoure et de ceux qui l'habitent.

 

Si vous pensez réellement être Charlie, et si donc vous avez perdu la faculté de séparer la pensée du vivant de l'absence du défunt, si les notions de vie et de mort sont à ce point brouillées par le bruit qui vous entoure que vous ne savez plus si vous êtes vivants ou pas, il est urgent de vous adresser (selon votre préférence) soit à un psychiatre soit à un prêtre.

 

Pensée recueillie pour toutes les victimes et leurs proches.



  • je suis Charlie , Riatto … je me suis sentie meurtrie personnellement , dés que cette horreur est arrivée ….Lisant depuis l'enfance des Charlie Hebdo et comprenant leur esprit , j'ai compris et adhéré à cette phrase immédiatement, sans devenir un mouton pour autant…dans "je suis Charlie" il y a l'adhésion à leur pensée libertaire en opposition à la volonté de supprimer leur liberté d'expression , la liberté d'expression en général, la liberté tout court.

    · Il y a environ un an ·
    Chc2ah2z

    nombredor75

    • Je ne pense pas avoir employé le mot "mouton" dans ce texte... On peut avoir été choqué par cet assassinat, et ce fut mon cas, et continuer d'émettre une opinion qui d'ailleurs ne cible qu'un détail linguistique, dois-je encore l'écrire...
      C'est ce que l'on appelle la "liberté d'opinion", et celle-ci est supposément garantie par la déclaration des droits de l'Homme.
      Pour ce qui est de la liberté d'expression, qui n'est absolument pas mon sujet, je pourrais aussi bien écrire un texte pour démontrer que non seulement elle n'existe pas, mais qu'elle n'a jamais existé.
      Il n'existe que des "tolérances" à penser contre l'État, et le régime n'y change jamais rien. République ou monarchie, un peu d'Histoire est salutaire pour s'en apercevoir.
      Aujourd'hui ce mythe de la liberté d'expression est plus que jamais étouffé par une surenchère de mesures pénales.
      La liberté dont je dispose, par exemple, est celle de dire ce qui ne choque pas... Trop.
      Les expressions " Incitation à " ou "Apologie de ", pour lesquelles on condamne des mots, des idées et des opinions, ne vous semblent-elles pas curieuses au pays des Charlies ? Cordialement

      · Il y a environ un an ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Merci. Il y a encore des gens qui réfléchissent ça redonne un peu d'espoir !

    · Il y a presque 2 ans ·
    408878 10150532363209820 885859675 n

    Alexandra Stique

    • Merci Alexandra ;-)

      · Il y a presque 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • une bien étrange distinction ; j'aurais souhaité plus de précisions. que penser ? il semble y avoir une distinction entre la mort physique et la mort mentale... je pense que ça n'est parce que l'on dit "je suis charlie" qu'on se rabaisse à la mort, qu'on manque de respect. au contraire, l'on perdure à leur mémoire, sans pour autant supporter ; ces personnes sont respectables, il ne faut guère les oublier. c'est subjectif, mais être charlie ne signifie pas seulement soutenir la liberté d'expression pour moi. c'est aussi penser à ces gens, plongés dans le risque depuis nombreuses années.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Image

    leeman

    • " que penser ? "
      Mais... bien exactement ce qui vous semble juste et cohérent. On n'"est pas" le deuil, on le traverse. Bien sûr le glissement sémantique qui fait disparaître la frontière entre empathie et identification n'a l'air de rien. Il est pourtant gigantesque. C'est un gouffre dans lequel chute la distanciation. Je vous invite bien amicalement à lire ce tout petit livre d'Eric Hazan " LQR, la propagande du quotidien". C'est bien plus fin que ce court article rédigé, faut-il le rappeler, le lendemain du premier assassinat.
      Cdt

      · Il y a presque 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Il est intéressant (à mon avis) de ressortir des écrits déjà publiés (sur Facebook en l’occurrence). Surtout lorsqu’ils sont récents, qu’ils sont une réponse à l’initiateur de ce fil, et surtout quand on n’a pas à en changer une virgule.

    13/01/2015 – 16h00

    La gueule de bois est encore là. Et pour longtemps encore… Après la stupéfaction, l’horreur, la peur, la colère, l’incompréhension, l’union, l’exaltation, nous voilà replongés dans les limbes cotonneux qui succèdent aux grandes fêtes.
    Dispersion ! Les manifestants ont regagné leurs pénates. La vie reprend son cours, et la mort est toujours présente. Et la couleur de fond des pancartes brandies, qui est aussi celle des drapeaux djihadistes, imprègne l’avenir qui nous attend.
    Je suis très pessimiste, le malaise qui m’empreint est semblable à celui qu’on ressent quand on se trouve dans une impasse. Car oui, je n’entrevois pas la porte de sortie. (…)
    Là, nous sommes face à une « armée de l’ombre », peu nombreuse mais très motivée, contre laquelle notre détermination et tout l’arsenal dont nous disposons ne pèse pas bien lourd.
    Les terroristes n’ont pas besoin de moyens pléthoriques en hommes, en armes, et en argent. Leurs effectifs sont suffisamment nombreux pour infliger d’énormes dégâts, une « kalach » est très facile à se procurer, pour pas cher, et les cibles vulnérables ne manquent pas !
    (…)

    15/01/2015 – 13h00

    Hier, à potron-minet, je m’habille en hâte pour courir au kiosque du métro. Plein de gens s’y attroupent, et repartent, les mains vides. Charlie est épuisé : moi aussi !
    Je prends la résolution de ne plus être Charlie. Ça va, la fête est finie ! La lucidité succède à l’enthousiasme.
    Que signifiaient ces trois mots en lettres blanches sur fond de deuil ? Comme tous les slogans, ils ont l’avantage de la concision et l’inconvénient de la simplicité. Pour moi, comme pour tant d’autres, « je suis Charlie », c’est le « ich bin ein Berliner » de Kennedy, ou le « nous sommes tous des Américains » de l’après 11 septembre. Ce n’est pas une adhésion automatique et durable à la ligne éditoriale du journal satirique, mais une manifestation de la compassion envers toutes les victimes, et d’un attachement sans faille à la liberté d’expression.
    Ce qu’on prête à Voltaire, qu’on a beaucoup cité dernièrement : « je ne suis pas d’accord… » vous connaissez la suite…
    Je ne suis plus berlinois, j’ai cessé d’être américain, et je redeviens moi. En gardant présent à l’esprit le souvenir de ces affreuses journées, la consolation d’avoir vu les Français unis (malgré la récupération de politiciens en mal de popularité) autour de leur drapeau et de leurs valeurs, et la volonté de se battre pour eux, à jamais.
    Je reprends ma liberté avec d’autant plus de bonne conscience que je ne fais pas partie des anti-Charlie d’hier. Je lisais parfois l’insolent périodique, et je riais souvent aux dessins à la limite de l’indécence, même si je devais admettre qu’ils pouvaient offenser certaines convictions. Je fus, pendant de nombreuses années, un lecteur régulier du Canard, et de Fluide Glacial ; c’est dire qu’il en faut beaucoup pour me choquer !
    Je rends hommage à tous ceux qui ne sont pas dans mon cas, et qui, malgré leur aversion pour l’esprit irrévérencieux du journal, ont manifesté leur solidarité. Je les crois nombreux.
    Je n’accepterais jamais un poste de rédacteur à CH. D’abord parce que j’ai peur. Ensuite parce que je suis respectueux des croyances religieuses, et que je ne me vois pas pondre un article, encore moins un dessin (je dessine très mal), fustigeant ou moquant la spiritualité. Je laisse ça aux autres. Ça vous semble contradictoire ? Pas à moi. Mais ça serait peut-être long à expliquer.
    L’union nationale éclatera avant que ne le fasse la prochaine bombe. D’ailleurs, n’est-ce pas déjà fait ? Les fissures apparaissent, les discussions s’enflamment, et le bout du tunnel, s’il y en a un, est très loin devant nous.
    Aujourd’hui, j’ai acheté « Minute », pour la première fois de ma vie. Tant pis pour la nausée et les mains sales. Pour emmerder Daniel Cohn-Bendit, qui a déclaré : « il n’y avait certainement aucun électeur du FN dans les manifs. » Après avoir pourtant eu la même idée que moi : déconnecter tous les partis de la manifestation. L’union, c’est l’union ; c’est comme la liberté d’expression, ça ne se négocie pas. Pendant la dernière guerre, la dictature du prolétariat s’est alliée avec le grand capital pour abattre le nazisme ; et des royalistes luttaient aux côtés des résistants communistes.
    Tout citoyen qui juge ignoble d’assassiner ses semblables pour un dessin, ou parce qu’il appartient à telle ou telle communauté, est mon allié dans cette guerre, qui ne fait que commencer…
    Il est vrai que Charlie, comme référence universelle et consensuelle, ça a moins de gueule que Rabelais, Beaumarchais, Diderot, Hugo, Voltaire…
    Tiens ? Pourquoi pas « je suis Voltaire ? »

    · Il y a environ 2 ans ·
    Livre1

    Alain Kotsov

    • Merci pour ce commentaire (très) argumenté.
      Vous abordez le sujet de la liberté d'expression, thème absent du texte ci-dessus ; c'est compréhensible et je vous rejoins sur pas mal de points.
      Un bémol cependant sur le sieur Voltaire, à qui l'on prête beaucoup sans aucune garantie qu'il ne rende quoique ce soit.

      L'emploi systématique du verbe "être" résonne comme l'accomplissement de la prophétie orwellienne de destruction du sens et des nuances.
      Je me souviens encore des conseils de rédaction m'invitant à remplacer les trop faciles "être", "avoir" ou "faire" par le riche éventail de verbes que compte la langue française.

      Il aura 25 ans pour qu'on m'intime l'ordre de faire le contraire.
      Ironie.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Merci Riatto pour votre commentaire, merci d’avoir lu jusqu’au bout cette si longue intervention ; et merci à WLW de n’en pas limiter la taille. Effectivement, c’est plus chronophage que de lire un slogan sur une pancarte ou un message publicitaire, ou un « tweet » limité à 140 caractères. La mode est à la courtitude, mais si nous aimons les mots, c’est le cas ici je pense ! nous ne pouvons regretter leur abondance !

      Le verbe être, bien qu’il acquière une certaine noblesse quand on l’oppose à son rival avoir dans des expressions teintées d’humanisme, est le plus fréquent et le plus passe-partout de notre belle langue. Il peut souvent être (ou plutôt se voir !) avantageusement remplacé par un autre, plus précis, plus beau, plus littéraire.

      Mais avez-vous pensé à « suivre » ? Serais-je le seul à avoir ironiquement interprété les trois mots brandis par la foule du 11 janvier ?

      « Je suis Charlie ». Oui ! Je suivais les journalistes assassinés, dans la manifestation à laquelle je n’ai assisté que par le cœur et la télévision. Et aussi les autres victimes qui les suivaient, policiers, juifs, passants, que les dramatiques circonstances ont conduits malgré eux à voir leurs noms inconnus associés à ceux de caricaturistes qu’ils ne connaissaient pas, ou étaient juste chargés de défendre. J’ai suivi le cortège, mais je n’ai pas suivi, encore moins été, les politicards qui se trouvaient en première ligne. Aujourd’hui, je ne suis plus rien ; je ne suis que dans l’esprit une autre ligne, de conduite et de pensée, opposée au fanatisme aveugle et guidée par la liberté.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Livre1

      Alain Kotsov

    • (Déjà réagi au verbe "suivre" dans un autre commentaire)
      Les traductions ( I am Charlie, yo soy Charlie ) laissent peu de doute sur la nature du slogan.
      Quand à les suivre là où ils sont, chaque chose en son temps mais je n'y tiens pas plus que ça pour le moment...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Comment expliquer tout haut ce que je pensais tout bas.
    Chapeau monsieur.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Myself2 copie

    anxiolytique

    • Merci

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • je pige mais on peut aussi interpréter ''Je suis Charlie'' par je marche derrière Charlie ''je poursuis Charlie'', son œuvre (voir mon texte :Ah TENTA''

    · Il y a environ 2 ans ·
    Mariage marie   laudin  585  orig

    franek

    • les espagnols ont traduit " yo soy Charlie "
      hum...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Je comprends que vous ne puissiez pas être Charlie quand je vous vois analyser le "Je suis Charlie" de façon aussi littérale

    · Il y a environ 2 ans ·
    64e679016 6b64 478d 8d2f 0c9cb9c8752c.2

    sigismond--tartampion

  • Monsieur, vous êtes admirable.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Afrique ouest femmes poils

    ouiouilaplume

    • Voilà un commentaire simple, précis, honnête et pertinent.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Juste un petit mot (sans rentrer dans le débat des commentaires, au demeurant tous intéressants) : tu es le premier texte en lien avec la tragédie de Charlie Hebdo que nous avons mis en home (nous = l'équipe éditoriale de WLW), parce que nous avons aimé ta démarche. S'interroger sur le sens d'un slogan, et le poids des mots sur la réflexion commune, sont des éléments pertinents pour notre communauté d'auteurs.

    Nous t'encourageons à laisser ce texte sur ta page pour que d'autres puissent en profiter dans les jours et les semaines qui viennent.

    Et tout est bien résumé dans la phrase suivante : "Je ne suis pas Charlie car je suis vivant et que j'ai bien trop de respect pour les disparus. "

    Encore merci pour ton texte !

    · Il y a environ 2 ans ·
    Img 1379

    Agathe Ramsamy

    • J'aurais sans doute dû préciser l'angle Lacanien du texte mais passons. Je le laisse ici ;-)

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • 19 652 lectures? y a trucage là. La plupart d'entres-nous dépassent à peine les dix lectures...Ou alors, autre explication, c'est la même personne qui est venue 19 652 fois....

    · Il y a environ 2 ans ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

    • Ce texte a été relayé par d'autres sites… Et avec les évènements récents, ça a fait boule de neige.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Ok, t'as fait le "buzz" alors...

      · Il y a environ 2 ans ·
      P1000170 195

      arthur-roubignolle

    • ça doit être ça
      je l'effacerai dans quelques jours, ça n'aura plus vraiment de sens ;-)

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Personnellement ce qui m'a étonné c'est au contraire la diversité, la richesse et la créativité des messages de soutien...En toute liberté

    · Il y a environ 2 ans ·
    Photo14 1

    pierre-m

    • Un point de vue optimiste, c'est bon à partager.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • PS. Tu dois obtenir haut-la-main le championnat du "plus de commentaires".

    · Il y a environ 2 ans ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Pour les commentaires je ne sais pas. Pour les lectures oui, malheureusement...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Je n'en avais pas vu le nombre … incroyable

      · Il y a environ 2 ans ·
      Avatar

      nyckie-alause

  • Ce "je suis Charlie" est une simplification de la peine, une récupération d'un slogan plus ancien et tout aussi significatif "nous sommes tous des juifs allemands". Tu as raison sur tout, enfin sur presque tout. Tu as raison sur la récupération consumériste (et politique). dans tous les cas, Merci à toi.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Absolument. C'est banaliser l'horreur.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Salut Laurent.

    J'ai lu le texte, pas les commentaires (il y en a bcp trop).
    Tout cela est délicat. D'ailleurs, délicate, la période l'est aussi malheureusement.
    Je comprends les uns, je comprends les autres. Je les comprends autant que je comprends que le besoin des uns n'est pas forcément celui des autres...
    Mais ce qui est important finalement, ce n'est pas le débat sur la crédibilité ou la pertinence du slogan, c'est surtout qu'il y ait réactions.
    Car l'indignation, qu'elle que soit sa motivation, est toujours source de réflexion voir d'actions. Et c'est surtout ça qu'il faut retenir. En tout cas, c'est mon (tout petit) avis du samedi soir ;-)
    Bonne soirée.
    ;-)

    · Il y a environ 2 ans ·
    Ob 6e9c97 419489 101850993277061 122149641 n

    wic

    • Réagir est important en effet.
      Réfléchir ne l'est pas moins, et ce sont deux choses très différentes…
      Je vais de ce pas lire tes nouveaux textes ;-)
      Amitiés !

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Avant toute chose, je ne suis pas au Front National et je ne partage ses idées.
    Ce que nous avons vécu ces derniers jours est un drame. Rien ne justifie les tueries que nous avons vécues cette semaine.
    Toutefois, je ne suis pas Charlie. Ceux qui prétendent que Charb était un héros devraient lire ou relire Pierre Desproges qui déclarait : "Ah, bien sûr, si j’avais cette hargne mordante des artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 10 000 km de Santiago…".
    Charlie Hebdo est un fond de commerce. C'est une entreprise commerciale. L'attaque contre Charlie Hebdo n'est pas une attaque contre la liberté d'expression. C'est une attaque contre la liberté de critiquer l'islam. Je pense qu'il existe une frontière tenue entre la caricature et l'insulte. Charlie Hebdo a souvent franchi le pas. Je ne suis pas croyant. Toutefois, je respecte les religions tant qu'elles ne tombent pas dans le radical.
    On nous parle de liberté d'expression mais ce sont les mêmes qui condamnent à mort Eric Zemmour, Denis Tllinac, Michel Houellebecq, etc. pour leurs écrits.
    Je ne pense pas que la plupart qui revendique la liberté d'expression accepterait d'être caricaturé par Charlie Hebdo comme, par exemple, se faisant sodomiser par le pape ou n'importe qui d'autre. Je ne pense pas non plus que les journalistes auraient réagi autant s'il s'était agi d'un attentat contre Minute avec autant de morts. Ils nous imposent un logo Charlie sur leurs chaines TV mais n'oublient pas de le retirer lors des publicités.
    La liberté d'expression est un leurre réservée à une élite. Au nom de quoi est-elle réservée aux artistes et aux journalistes ? Si je commets un salut nazi dans la rue, je serais condamné. À raison. Si je suis un "artiste", je ne serais pas condamné. Je m'abriterais derrière un pseudo "Happening". Lire la presse de ces derniers mois. Idem si je publie une caricature sur mon site Web avec le niveau de Charlie Hebdo. Je serais condamné.
    Je pense aussi à ces policiers qui sont morts en voulant défendre le droit à Charlie Hebdo à être ce qu'il est. Le jour même de l'attentat, SEUL Le Figaro a eu un mot pour les policiers morts au "combat". Ce fut le silence complet sur Libération et le Monde. Idem sur France 2 et Canal Plus.
    Plus grave est l'attaque de l'épicerie cachère. C'est une attaque antisémite. C'est une attaque contre le vivre ensemble. Ces mêmes intellectuels et journalistes qui condamnent l'antisémitisme sont les premiers à coller une "étoile jaune" aux juifs. Il n'est de cesse que l'on nous présente un auteur comme un écrivain juif, un réalisateur juif, etc. Il y a quelques années, Jérôme Charyn a envoyer paître une journaliste qui insistait à le présenter comme un auteur juif. Il a répondu qu'il était Américain.
    Je n'accepte pas non plus que l'on crée des citoyens de première classe et d'autres de seconde classe. Au nom de quoi l'extrême gauche aurait le droit de défiler et non pas l'extrême droite ? Stop aux procès Stalinien et à la récupération par de nombreux partis.
    Pour terminer, j'aimerais rappeler une histoire vraie. Il y a quelques années, à la sortie du stade où des nord africains avaient sifflé la Marseillaise, une télévision Française a interrogé l'un d'entre eux qui a déclaré : "Je suis musulman avant d'être Français" . En 2011, aux Usa, pour la commémoration du 11 Septembre 2001, des musulmans Américains qui en avaient assez d'être stigmatisés ont défilé dans la rue avec pour slogan : "Je suis Américain avant d'être musulman".
    Je ne suis pas Charlie.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    michelpepper

    • Je ne connais pas très bien Charlie Hebdo, mais je tiens quand même à prendre sa défense sur certains points.
      Vous dites de Charlie Hebdo que "C'est une entreprise commerciale". Certes, ils vendaient leur journal, mais si leur seul but était de gagner de l'argent, ils n'auraient pas pris les risques qu'ils ont pris ces dernières années en publiant leur journal. De nombreux magazines et journaux gagnent plus d'argent que Charlie Hebdo sans jamais risquer leur vie.
      Vous dites que Charlie Hebdo critique l'islam. D'après ce que je sais, ils ne critiquent que l’extrémisme, le fanatisme et l'intolérance religieuse.
      Enfin, Charlie Hebdo a t-il franchi la limite qu'il y a entre caricature et insulte? A priori, je ne crois pas, mais je ne connais pas toutes les caricatures publiées par Charlie Hebdo. Cependant, quelqu'un de mieux placé que moi pour juger à considérer que non: Charlie Hebdo a plusieurs fois été jugé pour insulte publique mais la justice l'a acquitté à chaque fois.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      le-pour-et-le-contre

    • Je maintiens ma pensée et je corrige :
      • Je n'ai jamais écrit que Charlie Hebdo critique l'Islam. Relisez le texte. J'ai écrit que Charlie Hebdo a été attaqué pour sa critique de l'islam.
      • C'est facile d'être contre quelqu'un quand on est à 10 000 kilomètres de lui. Lire Pierre Desproges. L'Abbé Pierre dénonçait la pauvreté mais ne se faisait pas du "fric" avec !!!
      • On nous parle de liberté d'expression mais ce sont ces mêmes journalistes qui condamnent à mort Eric Zemmour, Denis Tillinac, Michel Houellebecq, etc. pour leurs écrits.
      • J'attends de vous une réponse par OUI ou par NON à cette question : "Accepteriez-vous, au nom de la liberté d'expression, d'être caricaturé par Charlie Hebdo comme, par exemple, se faisant sodomiser par le pape ou n'importe qui d'autre ? Vous trouverez de nombreux exemples sur Google à la rubrique "Images".
      • Côté justice, il y a consanguinité entre la justice et la presse. Exemple : Si je commets un salut nazi dans la rue, je serais condamné. À raison. Si je suis un "artiste", je ne serais pas condamné. Je m'abriterais derrière un pseudo "Happening". Lire la presse de ces derniers mois. C'est arrivé et les exemples sont nombreux. Ce n'est pas parce que vous êtes acquitté que vous êtes innocent !!!
      Raymond Aaron écrivait que nous étions dans une société hémiplégique. C'est vrai. Tout est blanc ou noir. Il faut être de gauche ou de droite. Il faut être pour ou contre...
      Bien à vous,

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      michelpepper

    • Comment faisait l'Abbé Pierre pour gagner sa vie? Je pense que les fondateurs de Charlie Hebdo se sont dit à peu près: "quittes à gagner ma vie grâce au dessin, autant le faire en dénonçant ce qui me révolte". Si leur seul but était de gagner de l'argent, je pense qu'ils auraient trouvé d'autres métiers mieux payés et moins risqués que dessinateurs de presse.
      Je sais que Charlie Hebdo critique Houellebecq, Zemmour et d'autres, mais je ne sais pas exactement pourquoi, alors je ne peux pas juger.
      Charlie Hebdo a peut-être publié une caricature de quelqu'un se faisant sodomiser par le pape, mais c'était une personne anonyme. La caricature visait l'Eglise, pas la personne se faisant sodomiser. Je n'arrive pas à imaginer pourquoi je serais représenté dans une caricature comme celle-ci, donc j'ai du mal à répondre à votre question. Pour y donner tout de même une réponse à votre question, je pense que oui, je serais vexé, mais je reconnaîtrais leur droit à une telle caricature (qui, si elle n'est pas fondée, n'aura je l'espère peu d'impact). J'ai lu aujourd'hui une citation attribuée (à tort si on en croit certaines sources) à Voltaire qui répond aussi à votre question: "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire."
      On peut penser que la justice n'est pas infaillible et qu'elle puisse être influencée selon qui est jugé. Mais si c'est un organe de presse qui a été jugée, ce sont des institutions religieuses influentes qui ont portés plainte. Qui des deux à la plus grande influence sur la justice?
      Enfin, je ne suis pas d'accord avec votre idée de société où tout est soit noir soit blanc, mais là c'est un autre débat. Il est bien d'avoir des opinions, mais il faut qu'elles reposent sur des bases solides, qu'on ai d'abord pesé le pour et le contre. Mieux vaut ne pas avoir d'opinion que juger sans réfléchir. Je sais que Charlie Hebdo a souvent marcher à la frontière de l'insulte, mais sans preuve qui m'ai convaincu je préfère croire qu'ils n'ont pas dépassé les limites de ce que la liberté d'expression leur autorise.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      le-pour-et-le-contre

    • Je note que vous "jugez" alors que vous ne connaissez pas Charlie Hebdo et que vous ne l'avez "jamais" lu. Vous parlez sans savoir !!!
      "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire."
      Je partage ce point de vue. Alors que Charlie Hebdo et autres confrères mettent en pratique cette adage et ne condamnent pas "à mort" Eric Zemmour, Denis Tillinac, Michel Houellebecq, etc. pour leurs écrits. La liberté d'expression des uns vaut pour les autres.
      En ce qui concerne les personnages cités, ils ne sont JAMAIS anonymes. Quand un pape "sodomise", il est cité.
      La liberté a des limites et n'est pas limitée à certains.
      Quand un journaliste est kidnappé, on y a droit tous les soirs au journal télévisé. Quand c'est un quidam, cela devient épisodique.
      Actuellement, on a droit au carré "Je suis Charlie" sur toutes les chaines. Comme par "hasard", il disparait au moment des pubs...
      No comment !!!
      Descendrez-vous dans la rue si Eric Zemmour, Denis Tillinac, Michel Houellebecq sont assassinés ??? S'il s'agit de journalistes de Minute ? du Figaro ?

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      michelpepper

    • Y a qu'à les assassiner pour voir s'il y aura autant de monde...

      · Il y a environ 2 ans ·
      P1000170 195

      arthur-roubignolle

    • michel pepper Vs le pour et le contre.
      Au moins il y a débat sans insultes, on progresse !

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Si je juge Charlie Hebdo innocent, c'est au nom de la présomption d'innocence. Je n'ai pas "jamais" lu Charlie Hebdo, je connais les principales caricatures pour lesquelles il a été attaqué et ces caricatures ne m'ont pas semblé une atteinte à la liberté d'expression. Mais chaque numéro de Charlie Hebdo contient des dizaines de caricatures provocantes, alors peut-être que l'une d'elles était réellement insultante. Celles que je connais m'ont semblé justifiées, donc je ne considère pas que Charlie Hebdo soit un journal qui ai dépassé les limites de la liberté d'expression.
      Dans la caricature où le pape sodomise quelqu'un, le pape est nommé mais pas la personne sodomisée. Et si la pape est nommé, c'est plus l'Eglise qui est attaquée que le pape lui-même.
      L'attentat contre Charlie Hebdo était particulièrement grave, car dans combien de pays existe-t-il des journaux comme celui-ci? Je suis heureux de vivre dans un pays où la liberté d'expression est acceptée, et les journaux comme Charlie Hebdo en sont un symbole fort. Si c'était des journalistes de Minute ou du Figaro qui avaient été tués, je serais pareillement en deuil, mais je serait moins inquiet, car je n'aurais pas forcément l'impression que les terroristes ont délibérément attaqué Charlie Hebdo pour attaquer notre liberté d’expression à tous.
      Enfin, si le carré "Je suis Charlie" n’apparaît pas pendant les pubs, c'est sans doute que le contenu des programmes dépend de la chaîne mais pas le contenu des pubs.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      le-pour-et-le-contre

    • Charlie hebdo personne n'est obligé de le lire… Moi, personne ne m'oblige à regarder des série de téléréalités comme" les anges", d'ailleurs je n'en suis pas un. Où est l'insulte et contre qui ?

      · Il y a environ 2 ans ·
      Avatar

      nyckie-alause

  • Je ne suis d'une manière générale pas d'accord avec cet article.
    Charlie Hebdo, c'est un défenseur de la liberté d'expression. Donc pour moi dire "je suis Charlie" signifie "je suis un défenseur de la liberté d'expression". C'est une formulation tout à fait correcte et qui reflète mes opinions, donc oui je suis Charlie.
    "Je suis Charlie" peut aussi vouloir dire "je soutiens Charlie", en considérant "suis" comme le verbe "suivre". Là encore, cela reflète mon opinion, et n'est pas un simple phénomène de réseaux sociaux.
    D'accord, ce slogan n'est pas parfait, mais en 3 mots, il exprime beaucoup de choses. Prendre comme slogan "je pleures Charlie" ? Ce n'est pas le message que je veux donner. Je ne veux pas pleurer passivement. Malgré peut-être certains défauts, ce slogan a été repris par énormément de monde, et tu as sans doute raison de penser que l'habitude prise par de nombreuses personnes de relayer des messages sur les réseaux sociaux et via SMS y ai pour beaucoup contribué. Mais je trouve ça bien que les gens affichent leur unité et leur solidarité grâce à ce slogan (même si je regrette que certains, car il doit y en avoir, revendiquent ce slogan sans comprendre sa portée). Et à ceux qui ne veulent pas être des moutons en disant "je ne suis pas Charlie", afficher plutôt votre différence en disant "je suis Charlie" ET en défendant la liberté d'expression d'une autre manière, par exemple en achetant le prochain numéro de Charlie Hebdo (et en le lisant bien sûr).
    Cet article soulève quelques idées intéressantes, mais certains de vos arguments n'ont pas de sens, comme comparer ce slogan à l'Ice Bucket Challenge ou en affirmant que les gens qui disent "je suis Charlie" s'identifient à des morts. Il y a aussi un côté provocateur qui est certainement voulu. Est-ce que cet article est vraiment une réflexion posée, ou alors juste un moyen de vouloir montrer que l’auteur n'est pas un mouton, qu’il pense différemment des autres (ce qui n'est pas le cas vu le nombre d'article "je ne suis pas Charlie" qui existent). Est-ce que cet article aurait été écrit quel que soit le slogan choisi, par simple provocation ? Si c'est le cas, c'est bien dommage.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    le-pour-et-le-contre

  • Depuis trois jours, je suis comme beaucoup, touchée, émue, et comme anesthésiée. Pour une fois muette alors que je mets bien souvent en mots ce que je ressens. Quelque chose m'a pourtant retenue de mettre en photo de profil sur les réseaux sociaux le fameux slogan. je ne savais exactement quoi, peut être avez vous mis le doigt dessus, il me gêne peut être par ce qu'il sous entend d'assimilation, d'identification. la nuance existe entre ces notions et l'empathie. Je suis profondément choquée par ce qui est arrivé, par les symboles auxquels cela s'attaque.

    Je trouve votre titre un peu maladroit et donneur de leçons, mais je suis interpelée par la contradiction qu'impliquent certains commentaires : ils se réclament de la défense du droit à la liberté d'expression et pourtant si quelqu'un (vous ou moi) se permet d'exprimer une opinion différente, c'est une levée de boucliers parfois non argumentée et juste agressive. Il peut y avoir débat sans cela, échange d'idées, dans le RESPECT de l'autre. Dire "jesuischarlie" c'est aussi cela que ça implique non ?

    Je crois qu'utiliser le #jesuisCharlie peut englober des tas de différentes idées ou intentions, tout comme les croyants des différentes religions n'éprouvent pas la même foi au sein d'un même culte.
    Mais tout ceci n'est que mon humble avis, à chaud et encore sous le coup de l'émotion...
    Je n'irai pas aux manifestations parce que la foule me fait peur, parce que je n'ai pas besoin de ça pour y penser sans arrêt depuis que c'est arrivé, mais je comprends le besoin que l'on peut avoir de partager ce type de moments ou de se joindre aux rassemblements.
    Je pense surtout aux proches des victimes, nul n'est à leur place et ne peut ressentir leur chagrin...

    · Il y a environ 2 ans ·
    Img 6678

    venise3

    • Choqué nous le sommes tous je pense. Si le titre est maladroit, l'idée défendue n'est pas agressive, elle est sincère et, je l'espère, argumentée.
      Pour ce qui est du débat d'idées courtois, je crains que notre société ait assassiné la nuance dans l'esprit de beaucoup. Beaucoup d'avis et d'opinions pour si peu d'idées.
      Merci pour votre commentaire simplement humain.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Merci, l'humain reste le plus important. Je ne disais pas que votre idée était agressive ou non argumentée, bien au contraire. Pour continuer le débat un autre point de vue là http://frayer-monblog.blogspot.fr/2015/01/onze-hommes-et-une-femme.html#more .
      J'ajouterai que "je suis avec charlie" m'aurait mieux convenu mais que je suis agréablement surprise de l'élan positivement massif qui entraine la foule et que j'espère qu'il ne sera pas sans lendemain une fois l'émotion un peu dissipée.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Img 6678

      venise3

    • Il y aurait tant à dire sur les répercussions de cet élan populaire spontanément canalisé et les (très prochaines) lois liberticides.
      90% des Charlie réclament ce matin de nouvelles lois de sécurité. Muray appelle cela "l'envie de pénal"…
      Pour l'instant, nous avons encore le droit d'émettre un jugement dubitatif sur la forme, mais pour combien de temps ?
      "Je suis avec Charlie" ne m'aurait inspiré que du respect et le recueillement qui s'impose.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Nous sommes d'accord. Il faut attendre de voir ce qui va en sortir, quelles ficelles vont être tirées et par qui. Et ne pas manquer de s'inquiéter de voir qui l'emportera...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Img 6678

      venise3

  • Bonjour,
    Au titre provocateur, je m’attendais à un texte odieux, sans fondement et tout simplement prétentieux. Alors je tenais à vous féliciter pour avoir présenté vos idées sans insulter, et en fondant au mieux vos arguments.
    Or, je ne suis pas d’accord avec plusieurs points.
    Premièrement, Charlie ne se limite pas qu’aux dessinateurs de Charlie Hebdo. Non, Charlie est aussi l’allégorie de notre liberté d’expression. On ne peut pas dire que Charlie est mort, au contraire. Tout comme nos ancêtres qui se sont battus pour nos droits, ils resteront immortels. Il faut continuer à exprimer ses opinions tout en restant pacifiste, en n’incitant aucune haine, et faire réagir les autres. Comme disait Charb « je préfère mourir debout que vivre à genoux ». Etre Charlie, c’est défendre ces valeurs là.
    Ensuite, les réseaux sociaux donnent peut-être l’impression de dénaturer le deuil, chose que vous reprochez, mais ce n’est pas le cas. Tout le monde veut s’exprimer d’une manière ou d’une autre, avoir le sentiment d’affirmer son opinion, de se battre pour la cause, sans forcément faire quelque chose de « grand », d’où les #JesuisCharlie. Mais oui, vous pouvez être sensible à cette barbarie sans forcément afficher ce slogan, le faire en silence. Chacun exprime sa tristesse différemment. Cependant ne faîtes pas de préjugés sur une soi-disant hypocrisie.
    Cet horrible attentat nous a tous touchés, et sincèrement je n’apprécie pas beaucoup ceux qui s’affirment en ces circonstances «anticonformistes » ou bien « moi je pense différemment, je ne suis pas hypocrite » en se la jouant donneur de leçons. Personnellement, j’estime que l’heure n’est pas à celui qui fera le meilleur deuil ou au concours du plus anticonformiste (certes j’exagère un peu mais ça me donne cette impression). Nous sommes tous solidaires dans la douleur, et nous avons le droit de pleurer sur ces malheureux morts. Point, il n'y aucune arrière pensée. Et il est normal que l’émotion nous fasse agir, et dans ces rassemblements ou minute de silence, je ne vois aucun acte irrationnel ou faux semblant.
    Enfin, on manifeste car aucun prétexte ne peut justifier une telle barbarie, et c’est très insultant de votre part de le mettre (« presque ») à la même échelle que l’attentat. Vous qui reprochez de manque raisonnement, vous en faites preuve dans cette phrase.
    Je pense avoir dit le principal, et je vous souhaite une bonne continuation dans l’écriture,

    Rosam

    · Il y a environ 2 ans ·
    Dior bd   copie

    rosam

    • Merci pour votre commentaire calme et argumenté.
      Je n'ai pas parlé d'hypocrisie, car je ne pense pas du tout que le plus grand nombre ( auquel j'appartiens ) ait feint l'émotion.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Au temps pour moi, c'est le mot "mascarade" que j'ai mal interprété ^^

      · Il y a environ 2 ans ·
      Dior bd   copie

      rosam

  • Merci. Non à la panurgarisation de bon ton.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Cp

    petisaintleu

  • Bien dit. J'applaudis des deux mains, enfin une pensée libre et anticonformiste.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Insolente 300

    linsolente

  • S'il y avait vraiment quelqu'un qui avait été pour une totale liberté d'expression, aurait-il dit, le 16 septembre 1989, « Je suis Faurisson », ou, le 18 mars 1979, « Je suis Duprat » ?

    Non, d'abord parce qu'il aurait été aberrant de s'approprier la souffrance d'autrui, ensuite parce que personne ne s'est converti au catholicisme après l'attentat contre Jean-Paul II, enfin parce que les grandes douleurs sont muettes.

    Je crains que l'absorption d'un deuil dans un slogan soit contraire à toute liberté d'expression.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    yvan914

    • C'est votre façon de le dire, par exemple.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Je ne me suis pas amusé à lire les tous les commentaires mais je suis un peu près certaine que plusieurs d'entre-eux vont à l'encontre de ce texte. Certains ont sûrement du cracher leur venin, leur rage, leur incompréhension, face à un texte légèrement plus long que les trois mots "Je suis Charlie". J'aime certaines des idées que véhicule ce texte, elles me paraissent justes et réfléchies.
    Cependant, "Je suis Charlie" est pour moi une façon de représenté tous ceux qui sont morts pour avoir libéré la pensée, aussi bien sur un champ de bataille pendant des siècles que sur de simples feuilles de papier. C'est une façon de rappeler que penséer est un droit et que, moi aussi, je pense et j'ose le dire. Je ne crie pas ces trois mots haut et fort pour faire partie d'un pseudo cortège funéraire fait à la va-vite. Je le cire car je pense, au plus profond de moi, être Charlie. Un Charlie qui est libre, un Charlie qui dit m*rde (désolé pour le vocabulaire) et qui se révulse face à ces gens qui cherchent à me faire taire. Je ne parle ici que de moi. Ceci est mon opinion, partagé ou pas, et je pense qu'il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac comme le fait ce texte. Alors j'entends ce que vous dites, je comprends aussi pourquoi vous le dites (enfin, j'espère) et je trouve ça dommage que, en effet, certain brandissent des #JeSuisCharlie sans en comprendre la signification.
    "Je suis Charlie" c'est aussi une façon pour le monde (presque) entier, de s'unir face à ce massacre au sens lourd.
    J'espère avoir été claire dans mes propos, je ne cherche ni le conflit, ni la critique, simplement à donner mon avis que j'espère constructif.
    Je vous souhaites tout de même une bonne année, malgré ce sombre début et je vous remercie pour ce texte très instructif.
    Bien sûr je n'oublie pas les victimes et leurs familles, mais je la garde cette pensée pour moi car il n'y a nulle besoin d'en parler.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Emivie

    • Votre avis est sincère, et même touchant, je vous remercie de l'avoir partagé sur cette page. Je suis moi-même très touché. Pour Charlie, ne cessons pas de réfléchir, ensemble.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Quelque chose que j'ai essayé d'exprimer à ma façon...
      https://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2015/01/10/elle-chante-la-bouche-muette-rc/

      · Il y a environ 2 ans ·
      Another flying machine     ( zouing machine)

      Re Chab

  • La prochaine fois écrit "Je ne suis pas Charlie" et donne tes arguments. Je répond par rapport aux précédents coms, ou tu prétends que chacun fait ce qu'il veut. Dans ce cas là pour quoi dire "Personne n'est Charlie"? Ton opinion ne vaux que pour toi et grand bien t'en fasse. Pour moi "Je suis Charlie" est symbole d'unité nationale. Le pays tout entier à été attaqué en son cœur et le pays répond comme un seul homme. Et je ne vois pas d'ou tu sors qu'en disant ça on se prive de liberté de pensée...

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Sébastien Blondet

    • Non tu ne vois pas non, c'est bien le sujet.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Dans ce cas je te laisse à ta condescendance et ton "esprit supérieur" :)

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Sébastien Blondet

    • Au nom de la liberté d'expression, descendriez-vous dans la rue si Eric Zemmour, Denis Tillinac, Michel Houellebecq sont assassinés ??? S'il s'agit de journalistes de Minute ? du Figaro ?

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      michelpepper

    • Et d'autre part, lors d'agressions similaires, - je pense par exemple à ce qui se passe au Nigeria ... - est-ce ça a soulevé tant d'indignation ?--- non, parce que c'était "loin"... et pourtant c'est la même chose...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Another flying machine     ( zouing machine)

      Re Chab

    • Iraq - victimes civiles "officielles"
      5 janvier 2014 - 40 morts
      6 janvier 2014 - 83 morts
      7 janvier 2014 : 53 morts

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Descendre dans la rue pour d'autres journalistes ? Bien évidemment que je le ferais, peu importe son origine sociale ou ses idées. Cela n'a rien avoir avec une question d'opinion politique. La preuve en est que je ne suis pas du tout de gauche, bien au contraire, mais cela n'a strictement aucune espèce d'importance à mes yeux dans cette situation. Quant aux agressions qui ont eu lieu à l'extérieur, cela soulève tout autant d'indignation à mes yeux car il s'agit des mêmes actes de guerre dont nous avons été les victimes et je soutiendrais toujours ceux qui combattront l'obscurantisme. Ce que visiblement beaucoup de gens ne comprennent pas c'est que ce message "Je suis Charlie" est bel est bien un symbole d'unité nationale, contre une agression des ennemis de la république qui ont décidé de la frapper au coeur. Et ceci devrait dépasser tout les clivages politiques. Mais visiblement ce concept en dépasse certains...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Sébastien Blondet

  • J'ai bien lu jusqu'au bout. Je comprends ce que tu veux dire. Je reste Charlie malgré tout, chacun fait ce qu'il veut non?

    · Il y a environ 2 ans ·
    Cat

    dreamcatcher

    • Oui dreamcatcher, chacun fait ( et écrit ) ce qu'il veut.
      Si tu te reconnais dans cette formule, c'est ton droit le plus strict et je le respecte.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Et en parlant d'attraper les rêves, si tu pouvais nous aider à sortir de ce cauchemar… merci d'avance !

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Suffit de continuer à rêver.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Cat

      dreamcatcher

    • Rêver conscients alors

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Merci de lire ce texte jusqu'au bout et d'essayer de comprendre ce qu'il raconte avant de commenter sous le feu de l'émotion qui nous touche tous.
    Le débat d'idées ( sans insultes ) est sans doute le meilleur hommage que l'on puisse rendre à la liberté d'expression. Entre personnes civilisées. Encore une fois, merci.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Lo portrait hawaii

    riatto

  • Non tu n'es pas Charlie, tout simplement parce que ça fait bien chier les donneur de leçons à deux balles comme toi de s'assimiler à d'autres personnes tellement ton ego est grand.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Raph Martin

    • Ah. Ça sent la leçon de tolérance au nom de la liberté d'expression… Merci mon grand.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Pourquoi une telle ironie stp ?

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Raph Martin

    • Aucune ironie, vraiment. Ma réponse se met à la hauteur de ton commentaire. "chier"... "ego trop grand"…
      Je comprends ton message, il est hostile et je respecte ton ressentiment.
      J'ai écrit ce que je ressentais, mon ego on s'en tape complètement.
      Je ne pense pas donner de leçon mais plutôt réfléchir en essayant de garder mon calme ( pas facile)

      Leben und leben lassen ( Goethe)

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Oui mon commentaire est hostile autant que ton ton est provocateur.

      De quel droit me dire que je ne suis pas Charlie ?
      Ton pamphlet serait deux fois plu long, tu n'en demeures pas moins illégitime à estimer la profondeur symbolique de ce slogan.
      Tu te crois dépositaire du droit d'imposer à tous ton interprétation de ce slogan ?

      Pour moi :
      #jesuischarlie# c'est un slogan d'indignation générale : nous sommes Charlie car nous sommes ici aujourd'hui debouts pour dire que l'on s'oppose à la haine et à la violence. Il ne s'agit pas d'usurper l'identité d'un journal. Nous sommes Charlie car nous avons tous ressenti la douleur comme les journalistes, les illustrateurs.
      Nous sommes Charlie car en dépit de la distinction de mort et de vie que tu sembles faire, nous affirmons que la pensée de Charlie a survécu et qu'elle saura voir la justice la satisfaire.

      J'aurai honte à ta place d'imposer ta vision comme tu le fais.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Raph Martin


    • Toi qui sais ce qui est bien, ce qui est bon, ce qui est juste.
      Honte d'écrire ce que je pense ?
      Non je n'ai pas honte et tu n'es pas à ma place.
      Pardonne-moi et relis-toi, Ô Ayatollah.
      WLW est un site d'expression écrite où l'insulte n'a pas sa place.
      Bien à toi

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Ce n'est pas ta vision qui me gêne, tu es libre de la livrer. C'est la manière impérative dont elle est imposée : "pourquoi vous n'êtes PAS" et c'est ça que je trouve honteux.

      Tu me reproches de t'insulter mais tu suggères à tes lecteurs de consulter un psy ! Tu sens pas le paradoxe la ?

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Raph Martin

    • C'est insultant de conseiller un psy ?
      explique moi mieux ce qui te dérange...
      Tu te trompes de cible.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Bon écoute je suis désole que mon langage familier t'aie choque. Je ne t'empêche pas d'avoir ta vision des choses et il y'a sûrement du vrai dans ton article mais la manière dont tu l'as rédigé le rend lamentable. C'est tout. C'est inapproprié. On dirait une publicité Facebook invitant à cliquer pour lire la suite. Sérieux, c'est ridicule.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Raph Martin

    • Je respecte le point de vue exprimé dans cet article mais je me range du coté de Raph. La provocation on la retrouve dès le titre...un peu prétentieux.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Julien Wall E

    • La prétention de l'auteur
      Quelle importance ?
      Il y a des choses bien plus importantes
      signé : l'auteur.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Je ne pleure pas Charlie, je pleure les douze morts de Charlie.
    Je pense à ceux, potes et collègues, qui sont actuellement à l'hôpital, hors de danger mais terriblement choqués.
    Je soutiens l'équipe qui s'est remise au travail ce matin.
    Je ferai partie du million à acheter un exemplaire du prochain numéro qui sera funeste et drôle, forcément.
    Quand même le NASDAQ "est Charlie", on comprend que cela n'a aucun sens.
    En revanche, je suis Charlie dans ses délires et ses éditos dessinés, à défaut de pouvoir les devancer !

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Laure Noualhat

    • Vous le dites avec sincérité et tellement plus de coeur. Merci

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • De rien, mais j'insiste: Charlie n'est pas mort.
      Il sera en kiosques mercredi prochain!

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Laure Noualhat

    • J'ai lu Charlie Hebdo pendant près de 20 ans, je suis sous le choc.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • J'ai eu le malheur d'écrire un texte similaire sur mon profil facebook et la levée de bouclier a été terrible... Merci donc pour ce très beau texte qui me fait sentir beaucoup moins seul...!

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Chrls Jsph

    • Certaines réactions sont effrayantes en effet...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

    • Ce qui me semble très effrayant c'est surtout l'incapacité de beaucoup à penser de manière construite et réfléchie à l'aune d'évènements aussi grave où c'est le sens même qui est assiégé, le sens des mots, le sens des signes et leur portée. Reprendre à l'unisson une "image de mots" parce que les mots ne sont "pas assez forts" pour reprendre les mots exacts du créateur de ce "Je suis Charlie" revient ainsi à poursuivre cette dialectique glissante et dangereuse au final... Etre incapable de se dissocier de tels mécanismes publicitaires alors que ce sont ceux-là même qui aident et génèrent une masse populaire capable de basculer dans l'extrémisme... C'est cet aveuglement qui me terrifie et les réactions que cela génère avec une sensibilité d'un ego à fleur de peau ne présage rien de bon car si l'histoire nous a appris une chose c'est qu'en de pareilles circonstances, la nature humaine est notre meilleure ennemie...

      · Il y a environ 2 ans ·
      Default user

      Chrls Jsph

    • Tu l'expliques admirablement. Merci Chris ;-)

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Deuxième réflexion après coup: "Charlie Hebdo" représente une certaine idée du peuple français, son impertinence et son humour.Charlie n'est pas les douze personnes qui sont décédées même si elles en étaient les auteurs. D'autres journalistes, caricaturistes, humoristes contribuaient à la parution de Charlie Hebdo. Pour eux, pour les proches des douze personnes décédées, il me semble nécessaire de montrer un soutien, une solidarité. Que tous, comme un seul homme voulons refuser la censure et lutterons pour la liberté d'expression.
    Bonne journée

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Anne Jourdain Giorgi

    • Vous avez parfaitement raison.

      · Il y a environ 2 ans ·
      Lo portrait hawaii

      riatto

  • Pour moi "je suis Charlie" signifie que je suis attachée à la liberté d'expression, ecoeurée et secouée par le fait que des hommes en tuent d'autres pour des dessins quels qu.ils soient.
    De mon point de vue, afficher par milliers "je suis Charlie" est un moyen de dire que nous sommes des millions à soutenir Charlie, à le pleurer et à vouloir défendre notre liberté d'expression.
    Je suis consciente que le danger est que cela ne signifie pas cela pour tous et je te remercie de faire entendre t voix avec courage.

    · Il y a environ 2 ans ·
    Default user

    Anne Jourdain Giorgi

  • Voir plus de commentaires
Signaler ce texte