Préface "Mauvais rêves".

saurimonde

Préface du recueil de nouvelles et poésies 'Mauvais rêves'.

Vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir.

Je vous avertis que les histoires que vous êtes sur le point de découvrir dépassent toutes compréhensions, elles ne relèvent que de la fiction, l'univers est inventé, les personnages qui s'y trouvent n'existent pas et s'ils existaient devraient être mis de suite hors d'état de nuire ou être abattus, car ils sont d'une dégénérescence telle que si l'on permettait sa propagation le monde sombrerait dans des abysses innommables. Ses ruines ne laisseraient plus place qu'à un indicible chaos.


L'apparition de ces histoires est une erreur et n'aurait jamais dû même voir le jour ou poindre dans la nuit la plus noire qui soit, ni sourdre de l'imagination de l'esprit le plus sombre de tous les esprits les plus sombres. Mais par inadvertance elles naquirent sous le joug d'une folie morbide et ne sont que les fruits infâmes de la maladie, les vomissures d'une démence sans nom. Vous n'apprendrez rien, perdrez votre temps et la totalité est détestable, déplaisante. Ceci dit ces histoires ne devraient pas vous attrister car les personnages sont laids, fous, inhumains et leur malheur n'est donc que tout naturel. Aussitôt que ces romances immondes déjà évanides se soit refermées, ce microcosme cauchemardesque n'existe plus et retourne au néant là où il aurait dû sommeiller sans normalement ne jamais se réveiller.


Chaque page est désagréable, ridicule, miroite seulement une bribe d'une pensée perverse, amorphe, incomplète. Sa lecture est ennuyante ; une imbécillité criante fait place de façon vivace au sein de l'oeuvre décadente, et j'espère que quand son papier maculé d'horribles et ignobles écrits sera jeté au feu, que l'idée de ne serait-ce que le linéament d'une veinule des méandres d'un monde pareil ne soit seulement jamais plus rêvé.

Report this text