Prose café

Alain Cattiaux


Souvent quand la journée tombe dans l'apathie
Je vais sur mon balcon la voir se mettre au lit
Je pose mon café sur la dalle en ciment
Où la gravitation m'a tenté tant et tant

Je regarde la ligne qui sépare sol et air
Attendant doucement qu'un soleil s'y enterre
Dans un orange digne du plus beau des agrumes
Je souffle au récipient la fumée de ma brune

Les yeux bien au-delà d'un funeste présent
Où des demains peut être se feront firmament
Je vois cet embarras de se choisir un gris
Pour cette nuit à naître du défunt aujourd'hui

Dans cet indélébile aquarelle d'un soir
J'impose les raisons qui me mènent à le voir
Avec mes mots futiles à coup de crépuscule
Je repeins l'horizon aux couleurs qui fabulent

Signaler ce texte