Randonnée

menestrel75

Voyage au centre des souvenirs
Nous arrivions à la fin de notre périple, l'expérience tant attendue, ne sera plus que souvenir dans quelques heures, un bonheur fugace mais à l'intensité profonde.
Elle sait, aujourd'hui, que la vie n'est pas que douleur et qu'il y a sur cette terre des hommes qui sont apparentés aux anges.
Dans la rondeur de ses pupilles elle s'est vue briller, dans la couleur de son iris elle s'est plongée.
Comment conter ce passage sans en oublier un peu ?
Comment romancer ces instants sans mentir à la réalité ?
Quand il lui a demandé si elle souhaitait se laver, sur le moment elle n'a pas compris de quoi il en retournait.
Son regard sur elle, son visage souriant, cherchant à dissimuler son désarroi, cherchant à cacher sa tristesse, ses mains dans les siennes.
Il lui répète la question :
« Veux-tu te laver ? ».
Le soleil est encore haut, malgré un début d'après-midi bien avancé, l'homme qui doit venir la chercher ne semble pas vouloir arriver.
Du moins, c'est ce qu'il lui a laissé croire.
Le voyage ne leur avait pas donné l'occasion de se laver entièrement, sauf le jour du passage au puits, jolis que ces moments-là, aussi !
Faire plusieurs heures de trajet plus ou moins ensablée ne l'enchantait guère. Et puis, demandé avec tant d'insistance, elle n'a pas su dire non.
Un éclair est passé dans ses yeux, il est parti, la priant de l'attendre là.
Là, à l'intérieur de l'enclos des chevaux, sur la terrasse, devant les portes qui donnent :
une, sur la pièce qui sert de cuisine, de salle à manger et de dortoir quand cela s'avère nécessaire aux randonneurs, celle-là même où il lui a servi le dernier repas de ce périple,
et l'autre porte, celle qu'elle allait découvrir, celle où ils allaient pénétrer et vivre avec intensité des instants angéliques.
Une pièce pourtant loin du paradis, où se trouvent stockées des bûches, des boîtes de conserve, des bougies et diverses autres choses que ses souvenirs ont oubliées,
c'est là aussi, que se trouvent les sanitaires et tout au fond sur la droite, un espace carré dans lequel une douche est installée.
Au centre de tout cela, une ampoule est accrochée au bout de fils électriques, elle offre sa faible lumière, suffisante pourtant, à cet épisode qui va suivre.
Il est revenu avec deux bidons dans les mains ; pendant son attente elle a pris dans son sac de quoi laver ses cheveux et son corps.
Elle s'est avancée vers cet espace qui allait lui permettre de se désensabler.
Il est passé devant, déposant les deux bidons d'eau.
Évidemment, cet espace douche a bien un pommeau, mais pas d'eau pour qu'il puisse servir.
Dans un coin, se trouve un fond de bouteille en plastique découpé qui servira de récipient pour déverser l'eau sur le corps.
Elle le regarde préparer l'endroit, étonnée mais pas surprise, elle se sent déjà hors du temps.
Cela n'a pas cessé de la surprendre tous le long du voyage, guettant sa fatigue, préservant son intimité chaque fois que c'était possible..
Il n'a pas arrêté un instant d'être vigilant à son bien-être, il s'est conduit avec tendresse, passion, douceur, attention,
veillant sur elle et la recouvrant de ses plumes d'homme angélique.
Comment ne pas se laisser encore prendre par l'envoutement de ses actes quasi célestes.
Une fois tout installé, il s'est retourné vers elle, lui tendant la main, il l'invite à s'avancer.
Elle s'approche de lui, il prend les flacons qu'il dépose au sol, debout devant elle, il entreprend de la déshabiller,
adroitement il lui retire son top, décroche la ceinture et le pantalon, elle se tient sur ses épaules quand il se baisse pour lui retirer.
Il glisse délicatement son string et le dépose sur les vêtements. Elle rougit délicieusement lorsque ses yeux étaient à hauteur de son sexe.
Debout à nouveau, il s'attaque au soutien-gorge, les crochets pris à l'envers résistent à son entreprise, elle finit par l'aider à le retirer.
Chacun des gestes porte sa douceur, chacun des actes la met en valeur, il la transforme en femme, son regard sur elle la rend belle.
Il a retiré son pantalon, son slip. Ils sont entrés dans le carré.
Remplissant le fond de bouteille, il l'a entièrement mouillée, lentement, graduellement.
Dans ses mains il a versé du savon et progressivement il l'enduit.
Elle a fermé les yeux et comme une enfant elle se laisse faire.
Cet homme, mûr et à l'allure solide est là, passant ses mains sur son corps rond, lui faisant la toilette n'oubliant aucun endroit.
Comme on s'occupe de son enfant, de la chair de sa chair.
Ses mains glissent le long de ses bras, s'occupent de chacun de ses doigts, remontent sur son cou,
passent à l'arrière des oreilles, puis dans les oreilles, reviennent sur le cou pour s'attarder sur ses seins lourds,
elle retient dans sa gorge des gémissements, les larmes se mêlent au savon.
Accroupi devant elle, il entreprend son ventre, sans même s'apercevoir des traces inscrites par ses grossesses, il ne voit que son âme, qu'il lave en profondeur.
Elle se réchauffe de ce bonheur, de ses aspirations, purifiant ainsi, la plus infime partie d'elle.
Rien ne lui échappe, pas le moindre orteil, pas le plus infime espace.
Quand il se relève, c'est pour lui verser de l'eau sur ses cheveux, il passe derrière elle et entreprend de s'occuper d'eux.
Méthodiquement, en silence il glisse ses doigts sur son crâne, un doux massage l'emporte au plus haut.
Il ne la lave plus vraiment, il la détend, malaxant doucement sa nuque, glissant ses pouces le long de sa colonne vertébrale,
remontant tout en haut, pesant sur ses deltoïdes.
Elle sent la chaleur de cet homme irradier son propre corps.
Elle sent qu'il s'est accroupi derrière elle, pressant ses mains si douces, si fortes sur ses reins.
Elle frémit lorsqu'il glisse sur ses fesses qu'il pétrit, glissant ses doigts enduits de savon et nettoyant doucement son antre.
Elle tremble en ressentant une envie intense, étonnante, nouvelle, si nouvelle.
Mais ses doigts restent à l'extérieur. Elle plaque ses mains sur les siennes, voulant prolonger cette caresse indécente.
Attentif, attentionné, il continue une toilette devenue inutile, mais une caresse qui la fait gémir.
Il abandonne son adorable postérieur et la prend par les épaules, la tourne, essuie ses larmes, et la serre contre lui.
Émue, elle l'enserre dans ses bras, ils restent là, l'un contre l'autre, jouissant de ce hasard hors du temps !
Avec la même tendresse, dans le même rituel,
dans un prolongement de ce moment, elle prend soin de lui, glissant ses paumes sur cette virilité divine. passant délicatement sur toutes les parties de son corps, caressant son intimité sans la moindre ambigüité, sans la moindre honte mais avec une envie indicible d'aller plus loin, plus fort.
Poursuivant ce qui ne fait qu'un, en unissant leur âme, refermant le cercle du Ying et du Yang, offrant à la vie les deux moitiés cet UN formé dans le ventre de la mère, dans la jouissance éternelle, dans l'illumination de la terre.
La terre brûlante, le centre du monde, la puissance du silence et de l'immense, donnent à cet homme et à cette femme toute sa chaleur accumulée, toute la vigueur de l'invisible.
La nuit les étoiles brillent sur ces montagnes de cailloux.
Il est un monde aussi étincelant que le firmament.
Elle l'a lu dans ses yeux, la lueur de son regard porte l'éclat des étoiles de son ciel.
  • Quelle étrange coincidence!

    · Il y a 14 jours ·
    Creersavie

    anna_lise

  • Quelle merveilleuse nouvelle...on se plairait à prendre cette douche...

    · Il y a 15 jours ·
    Louve blanche

    Louve

  • moi qui fais assez souvent des randonnées, je m'inscrirais bien vite pour tenter de suivre les chemins escarpés. Ardèche?Pyrénées?Alpes?Lozère?

    · Il y a 17 jours ·
    Mauve

    marivaudelle

    • Toute région est accessible! Est-ce ma randonnée qui vous a inspiré votre footing raté très réussi en fait!

      · Il y a 15 jours ·
      Cavalier

      menestrel75

  • Quelle belle randonnée... Que viennent faire les chevaux ?

    · Il y a 17 jours ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • J'imagine que c'est peut-être une randonnée à cheval? ou en roulotte.

      · Il y a 17 jours ·
      Mauve

      marivaudelle

    • Ah oui, c'est peut-être aussi simple que cela :)

      · Il y a 17 jours ·
      Coquelicots

      Sy Lou

    • c'est aussi simple en effet !

      · Il y a 15 jours ·
      Cavalier

      menestrel75

    • A cheval bien sûr, avec la plus noble conquête de l'homme ...et de la femme!

      · Il y a 15 jours ·
      Cavalier

      menestrel75

Signaler ce texte