S'acquitter

Christian Lemoine

Il importerait que les pas se mettent à marcher dans les pas raisonnables d'envie de désir et de sagesse. Il y aurait nécessité. Les vilenies paraissent dérisoires, les bévues tout autant, lorsque l'innocence voulue s'affiche en faux-nez des horreurs assumées. Et toute plainte s'épuise, dans le tribunal du concret qui ni ne commue ni questionne ni encore moins ne pardonne, non plus qu'il n'apprécie aucune circonstance prétendument atténuante, car rien n'atténuera plus la sentence légitime des espèces massacrées. Sur le chemin vers le gouffre, se verraient en file indienne des spectres en sursis, quand on soupçonnerait des presque occis d'en talonner d'un peu moins spectraux qu'eux, et leur sarabande lugubre pour rendre les honneurs à tout absous franc se confondant en pénitence. Pantalonnade grotesque de vertueuses décharnées qu'on besognerait en vain pour tenter d'y semer quelque génération funeste : celle-ci ne pourrait guère s'acquitter mieux de sa destinée qu'en se vouant à la géhenne sans s'y blâmer d'autre façon que par ces ex-voto puérils carrelés aux murs des églises, crédulité en un hasard qui aurait conçu pour lui-même un dessein, et pour l'âme émue le privilège d'une clémence divine. N'y aurait-il pas lieu de se mettre en branle, de mouvoir les carcasses ? mais par quel feu chauffer le renoncement ?

Report this text