Sans préambules

menestrel75

... des bulles renaissent dans le vestibule ! Car ces bulles sont éternelles et se répètent et se multiplient.
 
Venez dans ma bulle, Ma Dame…
Faire des bulles… faire la bulle…
Faire l'obnibule…Diurne ou noctambule.
Quelques heures.
Volées à l'ordinaire quotidien.
Hors du temps.
Quelques heures, où nous serions nous.
Vous et moi. De nouveau.
Où nous serions vrais.
Où nous serions tout, rien, l'un pour l'autre...
Où j'oublierais jusqu'au nom du jour.
Quelques heures qui n'existeraient
que pour ces frissons qui vous parcourraient l'échine.
Que pour mes lèvres sur vos lèvres.
Que pour vous voir, dans mes yeux.
Quelques heures pour que ma peau puisse raconter à la votre
Des secrets frôlés...
Du bout des doigts.
Quelques heures qui s'égrèneraient au rythme de nos respirations.
Ponctuées par nos soupirs, nos halètements...
Rythmées par votre bassin, par vos reins.
Quelques heures où mes mains vous réinventeraient.
Où ma bouche vous ferait naître.
Où mon sexe vous existerait.
Quelques heures de désir.
De miel qui coule.
De sperme répandu.
Quelques heures de jeux sacrés,
sucrés et salés et même secrets,
Quand vous pisseriez sur mes doigts
L'esprit romantisé sans effroi
Votre regard se noyant sur moi.
Quelques heures câlines, parfois divines,
Lorsque votre salive crée sur moi des bulles
Quand ma langue jouera sur votre cul…
Des bulles, Ma Dame, mon émule
je vous les auraii envoyées, rafraîchies, avec quelques virgules
pensant à vos jolies petites saccules,
me disant que ce jour-là vous aurait apporté des émotules
sans pour autant vous mettre sur les rotules
ne cherchez pas le sens du mot émotules
il sort de mes intenses versicules…

Quelques heures...
Une bulle...deux bulles…tchin tchin !!!
 
Signaler ce texte