Septembre

atrabilaire

Jamais la fin d’été ne m’avait paru si longue. Le pire hélas, c’est que je crois bien que les vignes de l’année n’auront pas de beaux raisins.

Septembre, mois des vendanges où tout reprend, à commencer par le froid et le mauvais temps.

Petit, je n’ai jamais aimé le jour de la rentrée. Pas tant pour le point final qu’il met aux vacances estivales, ni même par rejet de cette parenthèse de vie soumise au caractère nihiliste que représente l’école et son fondement socio-éducatif, mais en raison du fait qu’à l’inverse de mes camarades de classe, je ne me faisais aucune joie à l’idée de les retrouver enfin après deux longs mois durant lesquels il m’eut été si agréable de ne plus les voir.

Adulte, rien n’a changé. Retrouver ces mines radieuses au teint hâlé s’échanger devant la machine à café avec la même rengaine que la rentrée dernière leurs plus frivoles anecdotes et amabilités de circonstance aurait été de trop pour moi cette année. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, j’avais décidé de partir en vacances au mois de septembre. Un joli mois pour se dire au revoir.

Malgré quelques incantations indiennes, le mois de septembre sent venir son heure, passera-t-il l’été où sera-t-il avant condamné ?

Si longs me furent ces deux mois estivaux passés loin de la promiscuité des plages aoutiennes, enfermé seul dans un bureau sous la chaleur moite des persiennes élimées et d’un ventilateur sans pale, bien trop court fut en revanche mon séjour, hélas écourté pour des raisons que seuls certains patients de l’hôpital Cochin

pourraient bien comprendre.

A mesure que les jours raccourcissent, sous un ciel de plus en plus pâlissant, le mois de septembre sent venir son heure alors que l’on voit poindre au loin les simarres mordorées des juges de la nature.

Mes vacances passées dans le midi ne sont plus qu’un ardent souvenir. A l’ombre des pins parasols, perché seul sur mon promontoire d’où l’on pouvait dominer du regard l’immense et incandescente garrigue sauvage, je me laissais quelque peu m’assoupir, bercé par le chant des cigales tandis que ce bon vieux Mistral, de trop près hélas, raviva soudain les flammes autour du mas provençal.

Tel le mois de septembre devant la saison de l’automne, je me suis incliné, obligé de rebrousser chemin et repartir bien loin.

  • Ça me manque des textes comme ça, ils me font du bien. Malheureusement, j'ai pas le temps ni talent (surtout) d'écrire si belles chose. Ton texte est plus profond qu'il n'a pas l'air au premier abord. Cochin:)), on s'y connais. Sapassibo, camarade.

    · Ago over 4 years ·
    Img 4859 195

    Vladimir Tchernine

  • je sens que c'est comme un souvenir aimé et vécu

    · Ago over 6 years ·
    P241111 12.200001 195

    meli73

  • Un ressenti qui sonne juste. J'aime beaucoup.

    · Ago about 7 years ·
    Photo bea pour roman

    valy-bleuette

  • Un texte aux couleurs passantes de fin d'été...je déteste(mais vraiment) ces jours de chaleur factice qui ont du mal à réchauffer mon dedans...je déteste l'automne et l'hiver aussi et ne commence à retrouver vie qu'aux premiers vrais chauds de juin...
    Atrabilaire, ravie de retrouver votre plume...

    · Ago about 7 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

  • Très agréable crépuscule...

    · Ago about 7 years ·
    B3

    janteloven-stephane-joye

  • Le mois de septembre, celui des vraies vacances, calme et repos sont au rendez vous, agréable partage, j'aime beaucoup :)

    · Ago about 7 years ·
    Fb img 1499274464706

    Intrigante

  • Septembre est un mois doré, de soleil de feuilles rousses et de raisins impatients sous les feuilles ! En Périgord ! Monter à bord pour les vacances lui fait plaisir ! Mais l'automne attire l'hiver, mais c'est le cours des choses ! Tout çà pour dire que ce texte interrogatif me plaît beaucoup ! D'accord j'aurais dû commencer par là ! Mais Septembre m'inspire ! Et ces lignes aussi !

    · Ago about 7 years ·
    Ma photo

    theoreme

  • Mais heureusement il y a toujours un été indien dans nos coeurs pour faire vibrer les souvenirs d'un été radieux

    · Ago about 7 years ·
    Image

    sandrinerebelle

  • Très beau. Super/hyper nostalgie. Cochin? Rien de sérieux j'espère.

    · Ago about 7 years ·
    Img 1518

    divina-bonitas

  • Mon commentaire sera du poète :
    Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
    Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.
    Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1587

    · Ago about 7 years ·
    Moi da orig

    Dominique Arnaud

  • Bravo,pour lnterstice petit filet de vent,au pin parasol,l image pépie,d un Coca,et super
    plus bas,un vert,verre apparait,le vent plus filasse,soudain,tour,billonns,et en feulant,
    frappe l ocre angle écaillé de peinture,une espagnolette,chat,vire,Bravo,et Merci,pour cette lecture dominicale.

    · Ago about 7 years ·
    2012 09 07 12.19.16   copie 92

    Fil,Hip,Oohhh, 18 Rockin Cher

  • beaucoup de délicatesse, des mots joliment choisis, précieux, ni trop ni trop peu. J'♥
    Les cœurs vont avec.

    · Ago about 7 years ·
    Locq2

    Elsa Saint Hilaire

  • Au fait ça se dit "hardant souvenir" ?

    · Ago about 7 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

  • J'aime beaucoup ! Un modeste écho, et écot à l'arrière-saison plus ou moins belle :

    · Ago about 7 years ·
    Sdc12751

    Mathieu Jaegert

Report this text