Silence ça pousse!

minuitxv

Nous avons décidé de nous asseoir à l'intérieur.

Il a pris la banquette et moi la chaise.

Cela faisait presque dix mois que nous ne nous étions pas vus.

Il faut dire que son année a été assez chargée à cause de ses études et de ses examens.

Et nous ne pouvions pas compter, comme autrefois, sur les réunions de famille pour nous voir car j'avais réglé mes comptes et que tout le monde m'avait tourné le dos.

Il m'avait dit qu'il ne voulait pas savoir...

Nous avions gardé contact, par texto ; c'est mieux que rien.

Il était venu chez le barbier du coin ; il y en a qui ont pignon sur rue ici. Il en avait profité pour venir me dire bonjour. Je l'ai invité à boire un verre. Il a pris une desperados et moi un diabolo fraise.

La conversation a tourné autour de ses épreuves, de sa petite amie puis de la famille.

Des différends qui m'opposent à elle .

Il pensait à tort que ces histoires remontaient à mon enfance ; je lui ai dit que non. Cela a attisé sa curiosité. Alors je lui ai demandé s'il voulait savoir.

Je me souviendrai toujours de cet instant qui comprit son « oui » et mon soupir. C'était comme si je me jetais dans le vide: j'ai hésité une seconde mais non, je ne pouvais pas lui mentir.

J'ai cherché mes mots, ne sachant pas par où commencer.

Tant bien que mal j'ai réussi et j'ai vécu ce moment que je redoutais tant : j'ai lu la déception, la douleur sur son visage. Une étincelle s'est éteinte. Une étoile est tombée, l'image qu'il se faisait de son père . Quant à notre mère, ce n'est pas pareil, il n'est pas aussi attaché à elle.

Il a été privé de sa sœur et moi de mon frère. Pendant plus de dix-sept ans. Nous aurions pu grandir ensemble. Mais il en fut autrement. Le secret a été gardé pendant toutes ces années. Ses parents le lui ont bien caché. C'est moi qui lui ai tout dit. Sa réaction m'a réconfortée. Il a pris ma défense alors que les autres ont fait l'autruche. Il m'a dit qu'il ne pouvait pas garder cela pour lui et qu'il allait leur en parler. Ils les a traités de menteurs qui l'ont pris pour un con. Son père avec ses beaux discours... Il m'a dit qu'il vivait avec des personnes qu'il ne connaissait pas, des « gros malades ». Maintenant j'ai un peu peur des représailles. Peur de perdre mon emploi, qu'ils s'en prennent physiquement moi car j'ai touché à la prunelle de leurs yeux.

Le verre s'est prolongé par un dîner parsemé de moments silencieux où seuls nos regards communiquaient. Il était inutile d'en dire plus, nous nous comprenions. Il m'a raccompagnée car il se faisait tard. Il m'a prise dans ses bras pour me dire au revoir. Je m'en souviendrai toujours. Je ne sais pas s'il a déjà parlé ; il faut dire que ce n'était pas le bon moment car sa grand mère a été incinérée vendredi... J'imagine que peut-être ce soir...

J'ai laissé un petit mot sur la table. Si jamais il m'arrive quelque chose … Quelqu'un le trouvera et saura à qui s'adresser...

J'avais peur de sa réaction. Son avis est tellement important pour moi ! J'espère qu'il ne souffrira pas trop et qu'il trouvera la voie du pardon. Pour les autres, je ne leur souhaite pas de mal au contraire. J'aimerais maintenant être en paix. C'est assez compliqué je l'avoue, quand on se heurte au silence. Quand les bourreaux se portent en victime et que la victime est rejetée. Le meilleur moyen est de couper les ponts n'est-ce pas ? Et de souhaiter le meilleur à ceux qui vous ont fait du mal.

Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il faut tendre l'autre joue non, juste prendre du recul, avoir de la gratitude car les épreuves sont là pour être surmontées. On n'apprend rien de la vie quand tout va bien. C'est Maud qui me l'a dit.

Bon, il se fait tard. Je vais méditer ce soir, après la fin de l'interview de Frédéric Pierucci sur Thinkerview. Le monde va mal. Je travaille à aller mieux. Tu diras aux autres que… Tu vois, je n'ai pas retenu la leçon, je n'ai pas encore intégré qu'il n'y a plus rien à dire puisqu'ils ne me parlent plus. Il me reste à continuer d'approfondir l'apprentissage de la solitude et de l'aimer comme jamais. Toi évidemment tu ne dis rien. J'espère que je saurais prendre soin de toi, j'aime te voir pousser à mes côtés. 

  • La famille! Une organisme vivant à lui seul où chaque membre occupe une place bien déterminée. Nous avons tous, dans nos tiroirs, une petite histoire de famille à raconter… Merci Marie!

    · Ago 2 months ·
    Kalvmxlw

    minuitxv

  • Un témoignage que l'on sent écrit dans l'émotion... les secrets de famille sont des choses très lourdes à porter et le meilleur moyen d'avancer est de passer par le pardon...

    · Ago 2 months ·
    W

    marielesmots

Report this text