Silences

menestrel75

parfois savoureux, parfois douloureux, le silence est un aveu et la récompense du musicien.
Que le temps semble long .
Le silence envahit son appartement, une lumière résiste à la clarté du jour. Son écran de PC est resté allumé.
C'est ainsi tous les jours, ami fidèle des bons comme des mauvais jours. Rituel accompli, elle s'installe devant son écran.
Elle va lire les sourires des uns et le malheur des autres, de sites en sites, de blogs en blogs.
Le sien est ainsi fait, de ses joies, de ses peines, de ses envies, de rêves aussi.
A travers ses récits, à travers les images, elle refait son histoire, juste le temps d'une pause.
Soudain, un jour, contre toute attente, le téléphone la sort de son silence.
Une voix masculine provoque en elle une vive émotion.
Cette voix profonde et chaude, complice de moments ordinaires et intimes déclenche en elle un tourbillon d'images.
Les secondes s'égrènent lentement, la mémoire remonte le passé, et le temps ralentit son passage.
Hier redevient présent. Il aime à lui redire, elle aime à l'écouter, s'amuse même à le faire répéter.
Leurs rires résonnent comme l'écho des montagnes. Ils aiment leurs désirs mutuels et se complètent.
Ils oublient la distance, ils en oublient l'absence.
Comme on s'arrête sur une image, leur vie s'est arrêtée aux souvenirs partagés.
Ils ont gardé dans leurs coeurs ces souvenirs qui ne sont pas encore écrits mais qui ne s'effaceront jamais.
Hantés par le désir qu'ils ont eu l'un de l'autre, privés de plaisirs parallèles, traversés par les mêmes envies, ils conjuguent un lendemain heureux.
Un échange où tous les mots sont permis, où toutes les envies sont bienvenues car , jamais, n'exista une telle osmose érotique qu'entre deux, malgré la folie apparente de leurs pulsions,  où chacun laisse divaguer son esprit au risque de ne voir s'écouler les minutes. Mais la barrière du temps ironique et cruelle suspend leur "entre-deux".
Elle passe devant la glace et se regarde. Son imagination fait corps avec l'image qu'elle lui renvoie.
De ses deux mains elle coiffe ses cheveux, lentement elle les démêle. 
Sa nuque est dégagée, elle sent les baisers passés qu'il lui aurait offerts là.
Elle ferme les yeux et sort de la réalité.
Elle sent une présence, devine la chaleur d'une bouche qui dépose un tendre baiser, ressent la caresse frôler sa nuque et son corps s'abandonne.
Elle a dans son esprit un rêve, et le tourbillon de l'amour dans son coeur.
 
Elle jette un regard discret autour d'elle.
Elle sourit, alors qu'elle a envie de pleurer, son ami le silence est toujours là, elle s'asseoit, hésite un court instant, puis se décide.
Les mains s'avancent vers le clavier qui attend, elle commence à écrire, un mot, puis deux et les phrases s'enchaînent malgré la lenteur de ses petits doigts maladroits et timides... 
Il aura suffit de quelques instant magiques, d'un dialogue tendre et chaleureux pour qu'en un éclair son esprit ait envie d'écrire pour mieux se souvenir.
Ses doigts s'agitent sur le clavier et l'histoire prend vie...elle pleure à chaudes larmes car elle a sottement décidé qu'il valait mieux pour elle rester malheureuse sans cette folie qui l'avait si totalement étreinte...
Elle voudrait écrire... elle ne sait plus... elle pleure autant que son sexe est ému...
Maintenant, elle se sent forte, elle veut le croire depuis qu'elle s'est libérée de cette incroyable et douce emprise qui lui avait enfin apporté... tout ce à quoi elle aspirait depuis si longtemps...
Report this text