Soleil glacé

Elleetlui

Je suis en train de me perdre, quelque part entre un espace infini glacé et un soleil que je devine.. 
Certains désirs, tels des retours de flammes,
Même si le corps est occupé ailleurs,
Même si l'âme bat pour un autre rêve,
Peuvent brûler et consume encore.
Je n'ai de désir que de jouir que par toi...
Même te désirer entre mes jambes affole mes sens et mes dessous s'en souviennent.
J'imagine la douceur de tes bras envelopper mon sommeil.
Et là, je prendrais ta main, je l'ouvrirais de mes doigts, je la presserais contre ma joue.
Et je me loverais entre tes jambes, contre ton torse.
Je sentirais autant les contours de ton corps que les miens.
Les miens finiraient où les tiens commenceraient et c'est une sensation de plénitude qui me ferait désirer que cela ne finisse plus.
J'aimerais que l'on s'endorme ainsi. Puis que dans un mouvement de poisson soyeux, je me retourne,
tes bras ramenés sur moi, une main sous mon sein, que je sente le poids de tout ton corps comme la mer qui me couvrirait toute. 
Alors, je serais la voyageuse. La passante.
Sur le chemin, je prendrais les fleurs et leurs épines.
Même si mon âme, en secret, espère une aubépine.
Je serais ce que je veux être : l'amante.
Et j'imagine aussi que, là, mes fesses trouveraient l'abri qu'elles ont toujours désiré.
Et qu'elles se montrent accueillantes à leur tour pour mieux sentir ta présence douce mais qui deviendrait aux mouvements de nos corps, si impérieuse.
J'aimerais ces réveils et endormissements-douceur où nos corps se rappelleraient la complicité de nos esprits.
Report this text