somnolence - d'août

Louise Mc.

Face à face sous un chapeau blanc aux larges bords, les bras repliés entre nous, poings fermés, paupières mi-closes ; la flaque d'ombre se troue de rayons téméraires. La densité d'une plage bondée en cette fin d'août n'est rien de plus qu'un fond de toile sonore à notre fresque de sommeil solaire. La peau marquée par le sable qui habille nos jambes, l'épiderme n'en fonce pas moins sur ses genoux et le mien rougit. Un murmure s'étouffe dans la lumière épaisse de chaleur, celui de l'amour qui bat à nos poignets nus.

  • Je vous vois somnolant sur cette plage bondée, essayant d'échapper à la foule qui broie tout et vous y arrivez car l'amour, en un murmure timide, bat à vos poignets nus...Quelle jolie brève !

    · Ago almost 3 years ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text