SOUS LE GRAND PARASOL. (Logo Rallie 13 de Yl5)

Etaine Eire

Photo de : https://pixabay.com/fr/users/salao-4685/

« Il faut que vous considériez que les lignes qui vont suivre sortent tout droit du rêve que j'ai fait cette nuit. »


Paula, bigleuse comme une taupe, était une jeune femme travailleuse, méticuleuse et exigeante. L'été de ses vingt-trois ans, elle rencontra Grégory un étudiant dans les sciences de l'architecture. Ils eurent, ensemble, un petit garçon fragile. C'était un grand asthmatique. Sa santé nécessitait qu'il rencontrât, régulièrement, des spécialistes. Les traitements étant fort coûteux et Grégory un gros fainéant, la responsabilité financière en incombait à Paula. Elle possédait un miroir incrusté de turquoises. Cet objet, précieux, lui provenait de ses ancêtres italiens. Un soir où son chérubin était au plus mal, Paula comprit que leur trésorerie était à sec. Après avoir enregistré son fils aux urgences du comté, la jeune mère rentra chez elle. Elle se dirigea dans la chambre et saisit la boîte à chapeau dans l'armoire en chêne. Elle l'ouvrit pensant y trouver son héritage. Elle reçut un choc émotionnel en constatant que la boîte était vide. Son mari, qui spéculait en bourse, l'avait vendu pour rembourser ses dettes. Elle saisit son smartphone et appela son époux pour lui dire sa façon de penser. Avec un calme Olympe, elle rejoignit la terrasse et s'assit à la table sous le grand parasol. Elle l'informa que désormais tout était fini entre eux. Il essaya de se défendre, mais elle lui dit qu'elle ne croyait plus en ses mensonges. Elle lui annonça qu'elle ne lui pardonnerait jamais. Elle lui expliqua que lorsqu'il lui avait volé son bien, il avait condamné leur fils. Le petit garçon mourut dans les bras de sa mère à 23 h 15 exactement.

Report this text