Souvenirs des îles

max-w

Baignés d'une blanche et chaude lumière

Le ciel et la mer se confondaient

Mille bleus où disparaissait la terre

Battue par l'écume qui ondoyait


La brume s'accrochait aux mornes verts

En faisant prisonnière la forêt

Le sable fin et la touffeur de l'air

Assaillaient les corps sous la palmeraie


Des rais de feu sur l'immensité plane

S'étend le chant des oiseaux noctivagues

Le jour finit dans les vapeurs de canne


Quand la nuit m'enveloppait de fatigue

Ne vibraient plus seulement sous mon crâne

Que l'odeur du rhum et le bruit des vagues.

Report this text