Souvenirs perdus

ellaine

Au creux de mes soirées, quand ma langue mouille mes lèvres,
C'est un cri, un appel à bien d'autres fièvres,
Celle de ta queue  offrant à ma bouche, son souffle brûlant
Ou celle de ton anneau, à tes soupirs, palpitant

Mon ami, de toi ma main est orpheline,
Depuis bien trop longtemps privée de ta pine
Mais ce qui le plus lui manque et la chagrine,
C'est le cocon de la tienne pour une promenade coquine

Mais c'est de bien d'autres jeux que ma main se voudrait guerrière
Comme ces moments où elle se glisse sous tes tissus, aventurière, 
Retrouvant sans jamais s'en lasser, de ta peau, le toucher,
Dégrafant  les boutons d'une chemise bien trop ordonnée

Elle se fait caresses dans le noir de mes nuits
Quand tant de toi,  elle brûle et se languit
Pourtant c'est ton corps, qu'elle esquisse et dessine 
Quand derrière mes paupières, pour toi, elle se veut câline ! 

Report this text