SOYOUZ

milton-edouard

Le rythme d'un pas résonne, cliquetis d'escarpins borgnes.

Décompte les mesures qui séparent, le dernier baiser, dernier bar.

Je vois des Soyouz, le monde au hublot givré d'un Soyouz.

Je croise le regard d'Octave et celui de Lena D'OItcheva.

Rouge comme un face à face, l'aurore gardera leurs traces.

Je vois des Soyouz, le monde au hublot givré d'un Soyouz.

Gober le poison idéal, c'est la poursuite infernale.

la radio d'un Antonov capte un sample d'Yvan Rebroff: Tu le crois?

Je vois des Soyouz, le monde au hublot givré d'un Soyouz.

Alors que pointe le jour...

Report this text