.

Sahra

Au bout de mes lèvres, cette fumée se décompose.

Je n'ose à peine la murmurer.

C'est au creux de mes reins qu'elle se dépose,

Se nourrir de spleen et de grands regards moroses.

Où mon esprit se consume,

Je la sens venir dans son carcan pour réclamer sollicitude.

A mi-mots, elle souhaite l'allégresse.

Je la rejette.

Elle reviendra sans préambule.





Signaler ce texte