Tomber.

Louise Mc.

Happée par les abysses sans fond, infinies invisibles indiscernables même les yeux plissés; le corps a basculé, les pieds sur le bord du gouffre, les orteils dans le vide, le nez hésitant au-dessus du néant; et là, l'appel du rien, irrésistible, plongeon à pic, les membres flottants, ballotés par les frottements d'air, la chute est longue, infinie, indiscernable elle aussi, et la fin est toujours aussi proche et lointaine: une hésitation du temps qui ne sait pas trop encore quand il s'arrêtera de courir devant moi.

Report this text